Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La révolution douce du développement durable

Inventons les droits de l’homme du XXIe siècle !

Geneviève Guicheney suggère dans cette chronique Les droits de l’homme au XXIe siècle, avec des gestes et des actions simples mais efficaces pour la préservation de l’environnement. Une réflexion sur la révolution douce du développement durable.


Bookmark and Share

« Borloo veut une DDHDD ». Traduction dans le même article de journal : le ministre de l'Ecologie, du développement et de l’aménagement durable va demander à l'Académie française de rédiger une « Déclaration des droits de l'homme et du développement durable en collaboration avec d'autres institutions culturelles dans le monde entier » car, précise le ministre, « le développement durable, c'est les droits de l'homme du XXIe siècle ! ». En d’autres termes, la France prend la tête d’une révolution douce dont l’objet est de faire entrer le monde dans un nouvel humanisme, en rupture avec la forme actuelle de la mondialisation souvent présentée comme fatale tout en déplorant sa brutalité quant aux conséquences qu’elle entraîne : délocalisations, désorganisation sociale, reconversions difficiles, déséquilibres entre parties du monde et tant d’autres. Son impact psychologique n’est pas le moindre tant elle semble réduire les victimes potentielles que nous sommes toutes et tous à l’impuissance, dépossédées. Le désordre symbolique est partout qui se traduit par une profonde détresse.

Où trouver le réconfort ? Est-ce qu’une déclaration nouvelle est de nature à enrayer la spirale infernale dont on découvre tous les jours de nouveaux anneaux ?

Élaborer un texte est une démarche intellectuelle. Il oblige à penser la situation. Dénombrer et identifier les seuls désordres du monde est sans doute la première étape. Mais après ? La mise en commun par « les institutions culturelles du monde entier » est un pas intéressant en ce qu’il induit le partage. Mise en commun des diagnostics et aussi des solutions. L’idée de faire front ensemble est déjà un réconfort.

Partager le désespoir cependant ne conduit pas loin. Les incantations ne servent de rien sinon à le creuser encore davantage. Oui, le monde semble fou et l’est sans doute. Oui, la planète suffoque sous les coups de boutoir des humains qui la dévastent, chacun espérant que quelqu’un d’autre voudra bien commencer à changer ses pratiques pour pouvoir continuer les siennes. C’est dans ce contexte calamiteux que les institutions culturelles devraient penser un nouvel humanisme.

Comment enclencher un mouvement inverse et entrer dans le développement durable ? Et d’ailleurs qu’est-ce que le développement durable ? Dans de précédentes chroniques nous avons livré quelques(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires