Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


Jean Rossier : la biologie et la biopuce

Biologiste, associé étranger à l’Académie des sciences

Jean Rossier, professeur de biologie, associé étranger à l’Académie des sciences, évoque sa carrière ponctuée de nombreuses découvertes, entre les diverses hormones influençant notre cerveau, à la mise en place de la puce ADN... Rencontre.


Bookmark and Share

Les peptides opioïdes

Dans les années 70, les récepteurs des molécules des médicaments étaient encore mal connus.

Jean-Pierre Changeux (membre de l’Académie des sciences), a été l'un des premiers à caractériser le récepteur à l’acétyle colline, un récepteur nicotinique.
En d’autre terme, la nicotine se fixe sur ce récepteur et provoque la contraction des muscles.

Très vite, a également été découvert un récepteur de la morphine.
Mais si le corps possède de tels récepteurs, cela signifie-t-il que notre corps fabrique naturellement des morphines endogènes ?
Et si oui, existe-t-il des liguants, des molécules extérieures qui vont se fixer sur ce récepteur de la morphine, et avoir toutes les propriétés que l’on donne aux morphiniques ? La réponse est oui aux deux questions !

Deux Britanniques ont découvert en 1973 les premières molécules endogènes, les premiers peptides opioïdes. Au Salk Institute en Californie, Jean Rossier, en cherchera d’autres. Car si notre corps fabrique son propre anti-douleur, il en fabrique des différents, agissants sur plusieurs récepteurs.


Les bêta carbolines

À son retour des Etats-Unis, Jean Rossier revient en France et intègre le laboratoire de physiologie nerveuse dirigé par Robert Naquet. Il travaille sur les bêta-carbolines, des molécules qui facilitent la performance d’animaux dans des tâches d’apprentissage et de mémoire. Mais à forte dose, celles-ci provoquaient des crises d’épilepsies. Il était donc exclu de pouvoir les utiliser en clinique.
Cependant, cette observation a été à la base du développement par l’industrie pharmaceutique, de molécules promnésiques.


La fonction principale des bêta-carbolines est d’inhiber la destruction de sérotonine et de provoquer une accumulation de cette hormone dans les synapses. Plusieurs de ces bêta-carbolines sont en outre analgésiques parce qu'elles peuvent se lier à des récepteurs d’opiacés du cerveau. Cet ensemble forme une catégorie de substances fascinante.


Biopuce : merveille de nanotechnologie





En 1997, Jean Rossier et ses équipes travaillent à partir de la puce à ADN ou biopuce :

Ce système(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires