Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Evolution de la nébuleuse protosolaire : du gaz aux premiers grains

Colloque de l’Académie des sciences

Remontez le temps pour comprendre comment en plusieurs millions d’années, de simples gaz ont formé des planètes. Guy Libourel, François Robert, Gérard Manhès et Anne Dutrey nous font part des dernières connaissanaces à ce sujet. Voici la deuxième émission d’une série de quatre dédiée à la formation du système solaire.


Bookmark and Share


Origine des premiers solides dans les nébuleuses

Guy Libourel, Centre de recherches pétrographiques et géochimiques (CNRS) et Ecole nationale supérieure de géologie, Vandoeuvre-lès-Nancy.

Depuis Urey (1952), la variabilité des compositions des corps planétaires de notre système solaire est interprétée comme le résultat d'un processus de condensation (nucléation et croissance de grains à partir d'un gaz) généralisé du gaz nébulaire primordial au sein de la nébuleuse protosolaire. Même si, à l'heure actuelle, certains modèles remettent en cause ces variations chimiques héliocentriques, il n'en reste pas moins que les processus de condensation demeurent les seuls susceptibles d'expliquer la nature des premiers matériaux formés dans notre système solaire (comme par exemple les inclusions réfractaires) ainsi que la diversité minéralogique et chimique des météorites les plus primitives. Ces mêmes processus de condensation gaz-solide sont également invoqués pour expliquer la formation de la poussière interstellaire à partir des émissions des géantes rouges ou des supernovae, poussière qui, on le sait, joue un rôle fondamental dans la physique (transfert de chaleur) et la chimie du milieu interstellaire ainsi que la formation des étoiles. Nous présenterons ici les avancées récentes de ce vaste domaine en mettant l'accent sur l'apport des techniques expérimentales.





La matière organique des météorites

François Robert, Muséum national d’histoire naturelle Paris

Les météorites carbonées renferment un polymère organique insoluble dont la structure moléculaire a été déterminée ces dix dernières années en confrontant les résultats de nombreuses techniques analytiques. La taille des unités aromatiques et leur taux de substitution, la longueur des chaînes aliphatiques et leur ramification, la spéciation de l'azote, du soufre et de l'oxygène, la composition isotopique de l'hydrogène à l'échelle de la liaison chimique, la place des gaz rares dans l'architecture moléculaire, la distribution des radicaux et des di-radicaux à l'échelle moléculaire, signent les conditions de cette organo-synthèse autour du soleil en formation.

Chronologie à l'aide des radioactivités de courte et longue période

Gérard Manhès, Institut de physique du globe de Paris

Mesurer la(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires