Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


Un portrait du génial déchiffreur des hiéroglyphes, Champollion

Par l’égyptologue Jean Leclant, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1920-2011)
Qui n’a pas entendu le nom du génial Jean-François Champollion ? Tout à la fois : philologue, historien archéologue, connu comme le pionnier de l’égyptologie dont les travaux ont sorti du silence 3 millénaires d’histoire pharaonique. L’égyptologue Jean Leclant (1920-2011), secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (1983-2011), nous présente l’illustre figure de Jean-François Champollion dans cette émission enregistrée en 2006.


Télécharger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : HAB216
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/hab216.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 16 novembre 2006

Jean-François Champollion est né le 23 décembre 1790 à Figeac dans le Lot. La Révolution française ayant fermé les anciens collèges provinciaux, l’enfant fut confié, pour son apprentissage, comme l’avait été son frère aîné Jacques-Joseph, à un moine de l’abbaye supprimée de Figeac, Dom Calmet. Celui-ci s’étonna des facultés précoces de son élève. À treize ans, Jean-François savait tout ce que son maître pouvait lui apprendre. Enfant prodige, ses jeux se faisaient en hébreux ou en grec, en arabe ou en syriaque. Il poursuivit ses études à Grenoble sous la bienveillance de son frère Jacques-Joseph avec lequel il entretenait un lien quasi gémellaire.

Jean-François Champollion (1790-1832) fut membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
Jean-François Champollion (1790-1832) fut membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
Portrait de Léon Cogniet, 1831.

Familier, dès sa jeunesse, de l’Académie de province de Grenoble, de l’Institut de France, de l’École des langues orientales et de l’Université impériale, naissantes, il peut, en 1812, lire du copte dont il comprit très tôt que résidait là, la clef de l’écriture des hiéroglyphes. À 19 ans, il est professeur à l’Université de Grenoble. Dès 1821, il est convaincu de l’unité du système graphique égyptien et pense que les trois écritures hiéroglyphique, hiératique et démotique, dérivent l’une de l’autre et dans cet ordre. Il choisit de vérifier ses intuitions sur les noms de Ptolémée et de Cléopâtre. Il sut utiliser pour cela les monuments-mêmes et la pierre de Rosette. Il comprit alors que certains hiéroglyphes avaient une valeur phonétique. La fameuse pierre de Rosette est un fragment de stèle, découverte dans le village égyptien de Raïchid en juillet 1799 durant la campagne l’Expédition d’Égypte. Elle fut remise aux Britanniques lors de la capitulation en 1801 mais dès 1800, une reproduction fut envoyée en France. Jean-François Champollion n’a jamais travaillé sur l’original.

La pierre de Rosette fut découverte en 1799, durant la campagne de Napoléon en Egypte par un jeune officier du génie, Pierre-François-Xavier Bouchard.
La pierre de Rosette fut découverte en 1799, durant la campagne de Napoléon en Egypte par un jeune officier du génie, Pierre-François-Xavier Bouchard.
Dimensions : 114,4 cm x 72,3 cm x 27,9 cm

Le 27 septembre 1822, il expose, ses découvertes devant l’Académie des inscriptions et belles-lettres dans un texte, resté célèbre, La lettre à M. Dacier. Il pensait que l’écriture phonétique existait en Égypte, à une époque très reculée, et qu’elle était une partie de l’écriture idéographique. Dès 1823, les sommités de l’orientalisme français lui rendirent hommage pour la découverte de l’alphabet hiéroglyphique.

Ses premiers pas en Égypte en 1828 marquèrent un tournant dans sa vie. Il défendit la valeur artistique et l’historicité de l’Égypte ancienne contre l’Église et une partie du monde savant de son époque.

Champollion conféra à l’étude des antiquités égyptiennes un véritable statut scientifique et ouvrit au Louvre un département d’égyptologie en 1827. À son retour d’une expédition en Égypte durant laquelle il remonta la vallée du Nil jusqu’à Abou Simbel, il collecta une somme immense de notes et de dessins.

Il fut nommé professeur au Collège de France où fut créée, pour lui, la chaire d’archéologie égyptienne.

Il mourut d’épuisement et de maladie à Paris en mars 1832, à peine âgé de 42 ans.

On lui doit le projet de faire transporter à Paris l’obélisque de Louxor. Son frère Jacques-Joseph Champollion put achever le projet de son frère défunt, un an après la mort de Champollion.

Quelques œuvres de Jean-François Champollion :

- L’Égypte sous les pharaons ou recherches sur la géographie, la religion, la langue, les écritures et l’histoire de l’Égypte avant l’invasion de Cambyse. Description géographique, Grenoble, 1811.
- Dictionnaire copte
- Lettre à monsieur Dacier, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles- lettres, relative à l’alphabet des hiéroglyphes phonétiques employés par les Égyptiens pour inscrire sur leurs monuments les titres, les noms, et les surnoms des souverains grecs et romains, Paris Firmin-Didot, 1822, 52 pages et 4 pl.
- Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens, ou recherche sur les éléments premiers de cette écriture sacrée, sur les diverses combinaisons et sur les rapports de ce système avec les autres méthodes graphiques égyptiennes, 1824, réédité en 1828.
- Lettres à M. le duc de Blancas d’Aulps, premier gentilhomme de la chambre, pair de France, relative au Musée royal égyptien de Turin, 1824, 1826.
- Catalogue raisonné de plusieurs stèles précieuses. Du musée de Genève, 1826.
- Lettres de Champollion le Jeune, écrites pendant son voyage en Égypte en 1828 et 1829.

En savoir plus

Jean Leclant (1920-2011), ancien secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres
Jean Leclant (1920-2011), ancien secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
© Canal Académie

Jean Leclant, fut secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres de1983 à 2011. Il est décédé à Paris le 16 septembre 2011. Il avait été élu membre ordinaire de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1974 au fauteuil de Jacques Vandier.

Hervé Champollion et Diane Harlé, L’Égypte de Jean-François Champollion par Jean-François Champollion, Editon de Lodi, 2001.
L’Égypte : lettres et journaux du voyage 1828-1829, Edition de Lodi, 2005.
Champollion, Grammaire égyptienne, coédition Actes Sud-Solin, 1997.
Michel Dewachter, L’Égypte, Bonaparte et Champollion, Éditeur Musée Champollion, 1991.
Michel Dewachter, Champollion, un scribe pour l’Égypte, Découvertes Gallimard, 1993.
Michel Dewachter et Alain Fouchard, L’égyptologie et les Champollion, Recueil d’études, PUG, 1994.
Alain Faure, le savant déchiffré, Fayard, 2004.

Jean Leclant, Aux sources de l’Égyptologie européenne : Champollion, Young, Rosellini, Lepsius, Institut, 1991.
Jean Leclant, Champollion, la pierre de Rosette et le déchiffrement des hiéroglyphes, Institut, 1992.

Écoutez notre émission avec Michel Dewachter : L’Egypte à l’opéra

- Retrouvez le programme complet de nos émissions consacrées à l’Égypte.

Site Internet du musée Champollion à Figeac






© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Commentaires