Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Montagnes, les grandes oeuvres de la Terre

Par Paul Tapponnier, membre de l’Académie des sciences
Dans Montagnes, les grandes oeuvres de la Terre, découvrez les montagnes comme vous ne les avez jamais vues ! A travers une sélection de 190 clichés réalisés par sa femme Kevin Kling, l’académicien Paul Tapponnier spécialiste de la déformation des continents, nous livre tous les secrets de ces vieilles dames, photographiées dans leur vie secrète...


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : PAG217
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/pag217.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida1045-Montagnes-les-grandes-oeuvres-de-la-Terre.html
Date de mise en ligne : 2 novembre 2006


À travers quatre chapitres, le géologue Paul Tapponnier et la photographe Kevin Kling passent en revue la naissance, la croissance et la mort des montagnes. À la manière d’une étude sociologique, les spécificités de chacunes d’entre elles sont relevées, même celles que l’on nomme cavalièrement "les fausse montagnes" et qui ne sont rien d’autres que les volcans ou les hauts plateaux !
« La planète Terre est aujourd’hui, le seul grand architecte des chaînes de montagnes » écrit Paul Tapponnier. « De la plaine du Gange jusqu’à la Taïga sibérienne, elle (la Terre) a fabriqué l’ensemble de reliefs le plus vertigineux du globe. Le seul que l’on verrait depuis Vénus ou Mars (...)
Cinq millions de kilomètres carrés de crêtes et de vallées, dix fois la surface de la France. Les altitudes les plus hautes. A eux trois, l’Himalaya, Karakorum et Pamir, seuls à frôler ou à dépasser les 8000 mètres d’altitude, forment un arc continu de 3000 kilomètres, toute la longueur de la méditerranée, entre l’Espagne et le Liban... »


Lac rose, près de Gerze, Tibet. Comme dans les "salars" de l’Altiplano chilien, certains lacs tibétains prennent des couleurs saumonées. les grés plissés sont les plus vieux du Tibet. Leur dépôt a accompagné les premiers instants de collision.
Lac rose, près de Gerze, Tibet. Comme dans les "salars" de l’Altiplano chilien, certains lacs tibétains prennent des couleurs saumonées. les grés plissés sont les plus vieux du Tibet. Leur dépôt a accompagné les premiers instants de collision.
© Kevin Kling

Dans cette émission, invitation au voyage, découvrez le Tien Shan (monts céleste en mandarin), frontière naturelle entre le Kazakhstan, le Kirghizistan et la Chine, le Qilian Shan (conséquence la plus récente de la collision entre l’Inde et l’Eurasie depuis 50 millions d’années) ou encore les hauts plateau du Tibet.

Paul Tapponnier nous emmène aussi en Bolivie, au Chili ainsi qu’en Ethiopie, et nous fait partager à la fin de cette émisson Au fil des pages, quelques anecdotes vécues au cours de ces voyages. Ce livre rassemble quelque 20 années d’expéditions !


Balcon sur le haut plateau, Bolivie. En équilibre presque instable, le refuge domine l’escarpement qui marque la limite de l’Altiplano, du côté amazonien des Andes.
Balcon sur le haut plateau, Bolivie. En équilibre presque instable, le refuge domine l’escarpement qui marque la limite de l’Altiplano, du côté amazonien des Andes.
© Kevin Kling
Sédiments ravinés, Pamir, Xinjiang. Quoique récentes, les hautes montagnes de la rivière Gez sont déjà ravinées par le ruissellement, illustrant le pouvoir de destruction des eaux météoriques sur les roches tendres, telles que les limons et les graviers. Dans les régions semi-arides de l’Asie centrale, un seul orage peut appronfondir les ravines d’un mètre.
Sédiments ravinés, Pamir, Xinjiang. Quoique récentes, les hautes montagnes de la rivière Gez sont déjà ravinées par le ruissellement, illustrant le pouvoir de destruction des eaux météoriques sur les roches tendres, telles que les limons et les graviers. Dans les régions semi-arides de l’Asie centrale, un seul orage peut appronfondir les ravines d’un mètre.
© Kevin Kling
Cheminée géante, Simien, Ethiopie. Le diamètre de ce neck basaltique, déjà tranché en deux par l’érosion, permet d’imaginer le débit et le volume fantastiques de basaltes fluides et brûlants (1100°C), crachés au paroxysme de l’éruption.
Cheminée géante, Simien, Ethiopie. Le diamètre de ce neck basaltique, déjà tranché en deux par l’érosion, permet d’imaginer le débit et le volume fantastiques de basaltes fluides et brûlants (1100°C), crachés au paroxysme de l’éruption.
© Kevin Kling

Paul Tapponnier est géophysicien, spécialiste de la tectonique des plaques. Au cours de ses recherches, il s’est particulièrement attaché à la compréhension de la déformation des continents. Paul Tapponnier est membre de l’Académie des sciences dans la section Sciences de l’univers depuis 2005.

Paul Tapponnier, Kevin Kling, Montagnes, les grandes œuvres de la Terre, éditions La Martinière, 2006

En savoir plus :
- Paul Tapponnier, membre de l’Académie des sciences
- Écoutez également Paul Tapponnier sur la question de la Pourquoi une déformation des continents et des séismes ?






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires