Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Paul Valéry : le poète paradoxal

Quand l’Académie française lui rendait hommage en 1972.

Paul Valéry (1871-1945) fut, certes, poète, mais aussi un brillant esprit scientifique. Sa vie fut ponctuée de prises de position courageuses. Le 16 mars 1972, lui était rendu à l’Institut de France un vibrant hommage. Prenaient respectivement la parole : Gaston Palewski, de l’Institut ; René Huyghe, de l’Académie française et Jean Guitton, de l’Académie française. Découvrez ce portrait à trois voix, brossé par David Gaillardon.


Bookmark and Share

Par un curieux paradoxe, Paul Valéry essentiellement connu du grand public comme le poète auquel on doit Le Cimetière marin et La jeune parque, fut avant tout l'un des esprits scientifiques les aiguisés de son époque et, à ce titre, l'interlocuteur privilégié d'Albert Einstein, de Louis de Broglie ou de Raymond Poincaré.

Passionné d'art, ce disciple de Stéphane Mallarmé fréquenta les grands salons artistiques et littéraires du Paris du premier XXe siècle. Il fut à ce titre l'ami de Manet et de Degas, de Pierre Louÿs et de Maurice Ravel...
Professeur au Collège de France (c'est pour lui que l'on créa la chaire de poétique), il fut élu à l'Académie française en 1925.
Sa réception sous la coupole donna lieu à un épisode resté fameux puisque le poète réussit le tour de force de ne jamais citer son prédécesseur au 38e fauteuil : l'écrivain Anatole France à qui il n'avait pas pardonné le refus de publier (cinquante-trois ans plus tôt !)le manuscrit de L'Après-Midi d'un faune, de Stéphane Mallarmé, dans la revue Le Parnasse français...

Quand éclate la Seconde Guerre mondiale, Paul Valéry choisit son camp et ne s'en cache pas : le discours d'hommage qu'il prononce à la mort de Bergson fut jugé par ses pairs comme un acte de bravoure et de résistance. Un geste confirmé par l'opposition du poète à son collègue académicien Abel Bonnard qui souhaitait que l'Académie rende hommage au maréchal Pétain, après la rencontre de Montoire. Le refus de Valéry avait d'autant plus de portée qu'il était celui que l'Académie avait désigné, en 1931, pour accueillir Philippe Pétain, sous la coupole...

A sa mort (le 20 juillet 1945), Paul Valéry a eu droit à des obsèques nationales, sur volonté du général de Gaulle.

Cette émission En Habit vert brosse le portrait d'une des plus brillantes intelligences de son temps, évoquée à partir des discours de trois hommes qui l'ont côtoyé à l'Institut : le diplomate et homme politique Gaston Palewski,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires