Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


La bosse des maths selon Stanislas Dehaene, de l’Académie des sciences

Savons- nous compter dès la naissance ?

En compagnie de Stanislas Dehaene, membre de l’Académie des sciences, professeur au collège de France à la chaire de psychologie cognitive, découvrez simplement comment fonctionne le calcul mental chez l’Homme et l’animal, quelles sont les zones du cerveaux sollicitées et quels troubles du calcul ont été mis en évidence.


Bookmark and Share

Le saviez-vous ? Les animaux ont une capacité arithmétique mais leur calcul mental ne permet pas de « visualiser ». Les animaux comptent comme nous, mais ils comptent « flous »...
Des expériences avec les chimpanzés, des rats, des pigeons, ou encore des lionnes ont prouvé que nos amis les bêtes savaient aussi bien compter des choses visuelles que sensorielles ou auditives.
Attention cependant à ne pas céder au charlatanisme ! Dans les années 1900, un allemand prétendait pouvoir faire additionner des fractions à son cheval Hans, alors qu'il ne s'agissait en réalité que d'une excellente communication entre le maître et l'animal !

Si les animaux ont une intuition des nombres, il en est de même pour les êtres humains, et cela, dès leur plus jeune âge. Dans les années 1990, des expériences ont prouvé que les bébés de moins d'un an avaient déjà un certain concept de nombre (avant même de pouvoir l'associer à des objets de leur environnement). Mieux, ils savent additionner 1+1 = 2 de manière intuitive !
Dès que nous demandons à notre cerveau de résoudre une addition, une soustraction ou encore une multiplication, des zones différentes sont mises à contribution. Des expériences récentes, grâce aux progrès de l'imagerie cérébrale ont permis de valider ses hypothèses. Mieux, en 2002, la théorie des neurones de calculs a été validée !
Ainsi, lorsque vous réalisez une soustraction, deux régions sont mises à contribution :
- la région préfrontale (pour manipulation mentale)
- la région pariétale, le gyrus angulaire (pour la soustraction)

Pour les multiplications, c'est le cortex pariétal inférieur qui intervient intensément

Et lorsque l'on demande à un individu de comparer une série de chiffres, c'est l'hémisphère droit qui est activé.


Attention cependant à ne pas tomber dans la néo[hrénologie.

Le(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 23€, soit moins de 2€ par mois. abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires