Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La Victoire du 8 novembre 1942, La Résistance et le débarquement des Alliés à Alger

Le livre de José Aboulker présenté par Jean-Louis Crémieux-Brilhac, correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques

José Aboulker est, à Alger, l’animateur principal des jeunes résistants qui, le 7 novembre 1942, arrêtent les généraux de l’armée de Vichy, occupent les État-majors et le Palais du Gouverneur général : l’entrée des troupes américaines et anglaises se fait sans combat, en quinze heures, le 8 novembre 1942. l’opération "Torch" a commencé. Écoutez Jean-Louis Crémieux-Brilhac, historien et ancien résistant, évoquer la personnalité de José Aboulker, « un des plus étonnants héros de notre histoire » , et son livre posthume.


Bookmark and Share

Beaucoup d'ouvrages essentiels concernant la Résistance sont aujourd'hui introuvables, pour diverses raisons dont la moindre n'est pas la modestie d'auteurs qui furent des héros.
Avec l'association Liberté-Mémoire, les Editions du Félin ont entrepris de mettre ou de remettre à la disposition du public des livres qui témoignent d'un passé brûlant.
Jean-Louis Crémieux-Brilhac, président de l'association Liberté-Mémoire, a écrit la préface et la postface de l'ouvrage de José Aboulker. Il précise d'emblée : j'ai été très heureux de participer à la publication du livre de José Aboulker, neurochirurgien des Hôpitaux de Paris, malheureusement disparu en 2009 ; avant que son livre -qui a occupé à temps plein toute la fin de sa vie- ne fût achevé. Il n'avait plus à écrire que sur les quelques mois séparant l'entrée des troupes alliées à Alger de l'arrivée du général de Gaulle le 31 mai 1943. C'est pour conclure son ouvrage que, dans la postface, j'ai résumé brièvement ces quelques mois du 8 novembre 1942 à début juin 1943.
José Aboulker a rejoint Londres, où j'étais moi-même, en juin 1943. Je ne peux oublier le bonheur que j'ai ressenti en découvrant ce jeune homme de 22 ans : c'était un « prince de la jeunesse ».



José Aboulker, chef des « 400 » à Alger


Étudiant en médecine algérois de 22 ans, José Aboulker est, dans la nuit du 7 au 8 novembre 1942, quelques heures avant le débarquement allié en Afrique du Nord, le chef des quatre-cents jeunes gens, civils à quelques exceptions près, Juifs pour plus des deux-tiers, qui, avec l'aide d'un unique officier supérieur de la place, font prisonniers l'amiral Darlan, le général Juin commandant en chef des forces d'Afrique du Nord, son adjoint le général Koeltz et le général Mendigal, commandant de l'aviation.

Ils occupent ou neutralisent les centres de commandement et de transmission de la ville et paralysent des heures durant les défenses. José Aboulker, installé au commissariat central de police d'Alger, dirige les rebelles grâce aux lignes téléphoniques le reliant aux divers commissariats locaux que d'autres de ses équipes occupent.

Même quand les autorités reprennent progressivement les rênes, ils maintiennent l'agitation dans la ville jusqu'au début de l'après-midi, ouvrant la voie sans combat aux Américains avec lesquels le général Juin signe à 17h30 un(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires