Accueil 

Mots-clés

Thèmes

Autres groupes de mots-clés

Politique


Articles

“Deux parlements pour un objectif : la coopération entre l'Assemblée nationale et le Bundestag allemand”

“Deux parlements pour un objectif : la coopération entre l’Assemblée nationale et le Bundestag allemand”

Communication de Wolfgang Schäuble, président du Bundestag allemand, membre associé étranger de l’Académie des sciences morales et politiques
Prenant pour point de départ de son propos la récente création de l’Assemblée parlementaire franco-allemande réunissant des parlementaires issus de l’Assemblée nationale et du Bundestag, Wolfgang Schäuble a précisé les objectifs de cette chambre : “intégrer le point de vue légitime de l’autre dans notre propre perspective, pour élaborer ainsi ce qui nous est commun”. Puis, élargissant son propos, il a livré une réflexion sur les défis qu’affrontent les démocraties occidentales. Il a notamment appelé à sortir d’une approche purement matérialiste des politiques publiques, car “le bonheur des gens dépend aussi de la capacité à mener sa vie d’une manière telle que l’on est en harmonie avec soi-même ; que l’on bénéficie d’attaches, que l’on se sent enraciné, abrité ; que l’on s’appuie sur un socle, un chez-soi”. Celui-ci est en grande partie représenté par les États-nations, mais il est temps, a estimé W. Schäuble, de travailler à compléter les identités nationales par une identité européenne, qui soit l’expression d’une communauté d’histoire et de culture mais aussi de la volonté, pour les Européens de peser dans l’ordre mondial.

mardi 23 avril 2019

Le modèle français en échec : la République helvétique (1798-1803)

Le modèle français en échec : la République helvétique (1798-1803)

Communication de Robert Kopp, professeur de littérature française à l’université de Bâle et correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques
A travers le rappel du bref épisode historique qu’a constitué, de 1798 à 1803, la République helvétique calquée sur les institutions du Directoire français, l’orateur a montré comment celui-ci avait contribué à façonner le rapport de la Confédération helvétique avec son voisin français et plus généralement avec le reste de l’Europe, jusqu’à nos jours. En effet, bien que revendiquée au XIXe siècle par les radicaux comme la matrice du futur État fédéral, ce régime éphémère a été généralement associé à l’imposition d’un modèle exogène, synonyme de perte d’indépendance. Pour Robert Kopp, c’est précisément en cela que la République helvétique représente “un moment de catalyse, qui a précipité certains traits du fédéralisme helvétique”. En effet, “confrontée à son contraire”, la Suisse a “pris conscience, au prix d’une guerre civile, de ce qu’elle était, de ce qu’elle pouvait être et de ce qu’elle ne voulait pas être”. Ce discernement s’est en particulier appliqué aux trois principes fondamentaux qui, depuis le Moyen-Âge, définissent l’identité politique de la Suisse et que heurtait de front la République helvétique : sa neutralité, son refus du centralisme et ses libertés locales.

vendredi 29 mars 2019

“L'intérêt national”

“L’intérêt national”

Communication de par Thierry de Montbrial, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Spécialiste reconnu des relations internationales, Thierry de Montbrial fait le constat qu’à rebours d’une longue tradition inaugurée par Richelieu et portée en particulier au XXe siècle par le général de Gaulle, l’intérêt national est victime en France, depuis une dizaine d’années, d’une “étrange ellipse”. Certes, les présidents continuent de se référer à des “intérêts vitaux”, mais ils ont tendance à les confondre plus ou moins avec le statut de puissance nucléaire. Les autres dimensions de l’intérêt national sont tues, dissoutes dans la notion plus vague d’influence globale, quand elles ne sont pas niées. Pour l’orateur, le temps est donc venu d’une refondation de la politique extérieure française autour d’une conception renouvelée de l’intérêt national. Pour lui, loin de se limiter aux seules sphères économiques ou stratégiques, celui-ci doit être appréhendé comme un “bien public” dont la définition requiert l’engagement de toutes les forces de la nation car, comme l’avait bien perçu Samuel Huntington, “nous devons savoir qui nous sommes, avant de pouvoir savoir quels sont nos intérêts”.

lundi 18 février 2019

“L'École pratique des hautes études (1868-2018) : l'érudition dans le débat public et ses rapports avec l'opinion.”

“L’École pratique des hautes études (1868-2018) : l’érudition dans le débat public et ses rapports avec l’opinion.”

Communication de M. Hubert Bost, président de l’École pratique des hautes études (EPHE)
Cette communication a été prononcée, le 11 juin 2018. Elle concluait la journée d’étude organisée conjointement par l’Académie des sciences morales et politiques et l’École pratique des hautes études, à l’occasion du 150e anniversaire de cette dernière, sur le thème “De l’érudition à l’opinion”. L’orateur a notamment souligné que “si l’EPHE a joué un rôle dans l’opinion, ce n’est pas dans le domaine des débats d’idées animés par la presse et les médias, mais plutôt dans sa contribution aux évolutions fondamentales et lentes, par sa manière de reposer et de penser à nouveaux frais certaines questions en revenant aux sources”. Et de citer, à titre d’exemple, le rôle joué crucial joué par l’École dans le développement de nouvelles disciplines - la sémantique (Bréal), la sociologie (Mauss), l’anthropologie (Lévi-Strauss) - ou le renouvellement des plus anciennes.

mercredi 20 juin 2018

“Populisme ou retour des peuples européens ?”

“Populisme ou retour des peuples européens ?”

Conférence donnée le 27 mars par Vincent Coussedière à l’Académie des sciences morales et politiques dans le cycle « La vie de l’esprit dans l’Europe du centre-est depuis 1945 »

mercredi 19 avril 2017

Les pathologies politiques françaises

Les pathologies politiques françaises

Entretien avec Alain Duhamel, membre de l’Académie des sciences morales et politiques

mercredi 30 novembre 2016

« Religion et politique en islam »

« Religion et politique en islam »

Communication de Rémi Brague, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, lundi 21 septembre 2014.

vendredi 25 septembre 2015

" La France et le marché : les sources philosophiques d'une incompatibilité d'humeur"

" La France et le marché : les sources philosophiques d’une incompatibilité d’humeur"

Retransmission de la séance de l’Académie des sciences morales et politiques - 17 juin 2013
Le 17 juin 2013, Jean-Pierre Dupuy, professeur émérite à l’École Polytechnique, professeur de philosophie, littérature et sciences sociales à l’Université Stanford, était l’invité de l’Académie pour faire une communication intitulée : " La France et le marché : les sources philosophiques d’une incompatibilité d’humeur". L’histoire et la pensée politique libérale vues par Jean-Pierre Dupuy, une intervention suivie des échanges entre l’orateur et les académiciens.

dimanche 23 juin 2013 - Emission proposée par : Marianne Durand-Lacaze

" Le modèle français en Europe nous survivra-t-il ? " par Eugen Simion

" Le modèle français en Europe nous survivra-t-il ? " par Eugen Simion

Retransmission de la séance de l’Académie des sciences morales et politiques - 10 juin 2013
Le 10 juin s’est déroulée une séance commune entre l’Académie des sciences morales et politiques et l’Académie Roumaine, en Grande salle des séances de l’Institut de France au cours de laquelle plusieurs personnes ont pris la parole : Ionel Haiduc, Eugen Simion, Thierry de Montbrial et Jacques De Decker. Une rencontre interacadémique européenne sur la pérennité du modèle français en Europe.

dimanche 16 juin 2013 - Emission proposée par : Marianne Durand-Lacaze

La Grèce et l'Europe par Dora Bakoyannis, membre associé étranger de l'Académie des sciences morales et politiques, ancien ministre des Affaires étrangères de la Grèce

La Grèce et l’Europe par Dora Bakoyannis, membre associé étranger de l’Académie des sciences morales et politiques, ancien ministre des Affaires étrangères de la Grèce

Retransmission de la séance de l’Académie du 27 mai 2013
La politique est-elle encore un outil de progrès ? Le dialogue publique est-il discrédité aujourd’hui ? Dora Bakoyannis évoque dans sa communication, l’Europe et de son avenir dans une situation économiquement grave : le point de vue d’une femme politique qui s’exprime avec franchise sur les démocraties européennes.

dimanche 2 juin 2013

Penser, préparer et faire la guerre à l'américaine

Penser, préparer et faire la guerre à l’américaine

Par Yves Boyer, colloque "Guerre et politique"
La guerre aux États-Unis est d’abord une guerre navale. Yves Boyer, professeur à l’École Polytechnique, dresse un panorama de la manière dont les Américains pensent et font la guerre depuis les origines de la république américaine à nos jours (hormis la Guerre de Sécession) : concepts et doctrines militaires à travers l’exemple américain.

dimanche 26 mai 2013 - Emission proposée par : Marianne Durand-Lacaze

Même les Suisses…

Même les Suisses…

Toujours d’actualité... la chronique de François d’Orcival de l’Académie des sciences morales et politiques
On savait nos voisins allemands sceptiques sur nos réformes (au point de voir le magazine Bild nous prédire un avenir à la grecque) ; on savait aussi les Anglais méfiants sur nos prétentions de redressement ( The Economist nous présente comme une bombe à retardement au cœur de l’Europe). On oubliait les Suisses. Même eux s’y mettent – dans un dossier de l’Agefi (agence économique et financière) de Genève, et ils ont de bonnes raisons de le faire : « La France, disent-ils, a détruit 750 000 emplois en dix ans. La Suisse en a créé 500 000 (en bonne partie assumés par des immigrés, expatriés et frontaliers français). »

dimanche 23 décembre 2012

Même les Suisses…

Même les Suisses…

Toujours d’actualité... la chronique de François d’Orcival de l’Académie des sciences morales et politiques
On savait nos voisins allemands sceptiques sur nos réformes (au point de voir le magazine Bild nous prédire un avenir à la grecque) ; on savait aussi les Anglais méfiants sur nos prétentions de redressement ( The Economist nous présente comme une bombe à retardement au cœur de l’Europe). On oubliait les Suisses. Même eux s’y mettent – dans un dossier de l’Agefi (agence économique et financière) de Genève, et ils ont de bonnes raisons de le faire : « La France, disent-ils, a détruit 750 000 emplois en dix ans. La Suisse en a créé 500 000 (en bonne partie assumés par des immigrés, expatriés et frontaliers français). »

dimanche 9 décembre 2012

Touche pas à mon code civil !

Touche pas à mon code civil !

Toujours d’actualité... la chronique de François d’Orcival de l’Académie des sciences morales et politiques
La gauche ne l’avait pas vu venir. Ni l’ampleur du mouvement, ni ses ressorts. Et ce n’était qu’un ballon d’essai : la manifestation massive du 17 novembre contre le mariage gay n’a eu aucun soutien médiatique, aucune marque officielle, seulement un collectif, des réseaux, le moderne bouche à oreille. Sans doute aurait-on pu rêver d’un slogan plus puissant que « Touche pas à mon code civil ! » - c’est pourtant là que se trouvaient la vérité de cette manifestation, et la cause de son succès.

dimanche 2 décembre 2012

La démographie d'Obama

La démographie d’Obama

Toujours d’actualité... la chronique de François d’Orcival de l’Académie des sciences morales et politiques
Barack Obama incarne une Amérique qui a changé de visage. « Ce qui rend l’Amérique exceptionnelle, a-t-il dit après sa victoire, c’est qu’elle rassemble la nation la plus diversifiée de la terre. » Cette Amérique que revendique Obama doit pouvoir offrir un avenir à tous, « que vous soyez blanc, noir, hispanique, asiatique ou indien américain, jeune ou vieux, riche ou pauvre, apte ou handicapé, gay ou hétéro… »

dimanche 25 novembre 2012

La médaille dont rêve Moscovici

La médaille dont rêve Moscovici

Toujours d’actualité... la chronique de François d’Orcival de l’Académie des sciences morales et politiques
Pierre Moscovici rêve de faire mieux que la droite en gestion des finances publiques. Mais, prudent, il cite la philosophe Hannah Arendt pour qui « le progrès et la catastrophe sont l’avers et le revers de la même médaille. » Aux amis de la Revue des Deux Mondes qui lui demandaient l’autre soir quelles économies l’Etat allait faire en contrepartie du choc fiscal, le ministre des Finances répondait par son propre exemple : « Sur mes 170 000 agents, je supprime 2 350 postes et, croyez-moi, ça ne leur fait pas plaisir ! » La loi de finances pour 2013 prévoit en effet 12 298 suppressions d’emplois dans les ministères, tout en recrutant deux fois plus à l’Education nationale et à l’Intérieur.

dimanche 18 novembre 2012

Même Obama le dit !

Même Obama le dit !

Toujours d’actualité... la chronique de François d’Orcival de l’Académie des sciences morales et politiques
« En augmentant les impôts, on pèse sur la croissance. » Mitt Romney, le candidat républicain à la Maison Blanche, ne cesse de le répéter. La situation des finances publiques américaines est pourtant pire que la nôtre : un déficit de 1 000 milliards de dollars, une dette de 18 000 milliards (dix fois les chiffres français quand le rapport des populations est de un à quatre). Mais les Américains ne raisonnent pas comme nous.

dimanche 21 octobre 2012

La leçon du Pr Pompidou

La leçon du Pr Pompidou

Toujours d’actualité... la chronique de François d’Orcival de l’Académie des sciences morales et politiques
Incorrigibles Français. « Il faut bien être conscient qu’en France, politique sociale et politique démagogique sont machinalement confondues. » Le propos ne date pas d’hier. Il est signé Georges Pompidou et figure dans une lettre que celui-ci adressait, comme premier ministre, au général de Gaulle (à paraître à la mi-octobre 2012 dans Lettres, notes et portraits , chez Robert Laffont).

dimanche 7 octobre 2012

L'asphyxie fiscale des PME

L’asphyxie fiscale des PME

Plus que jamais d’actualité... la chronique de François d’Orcival de l’Académie des sciences morales et politiques
Ministre des Finances et l’un des rares ministres expérimentés de ce gouvernement, Pierre Moscovici ne prétend pas moins une chose et son contraire. Il se bat, dit-il, pour défendre les PME et les entreprises de taille intermédiaire (ETI) parce qu’elles constituent l’essentiel du tissu économique français ; il les voudrait plus nombreuses et plus fortes. Mais dans la même démonstration (au grand jury RTL Le Figaro LCI), il confirme qu’il va taxer le capital à la même hauteur que le travail. Toujours au nom de la justice… Seulement, c’est une ânerie qui va compromettre l’ambition annoncée.

dimanche 30 septembre 2012

Le commandeur de l'Euro

Le commandeur de l’Euro

Plus que jamais d’actualité... la chronique de François d’Orcival de l’Académie des sciences morales et politiques
En Europe, il est de plus en plus « le président » : l’italien Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne. Protecteur de l’euro et faiseur de politique. En six semaines, il a fait bondir de trois cents points la Bourse de Paris. Son élection à la présidence de la BCE, le 1er novembre 2011, avait déjà été saluée par les marchés. Que dit-il le 26 juillet dernier ? Que la banque centrale est prête à tout faire pour sauver l’euro.

dimanche 23 septembre 2012

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...