Accueil 

Mots-clés

Thèmes

Autres groupes de mots-clés

Histoire


Articles

Quatre-Vingt-Quinze. La Terreur en procès

Quatre-Vingt-Quinze. La Terreur en procès

par Loris Chavanette, lauréat 2018 du prix Histoire de la Fondation Stéphane Bern-Institut de France
En 1795, la Révolution ne s’achève pas, elle recommence. Tel est le propos de Loris Chavanette, docteur en histoire et professeur de droit, qui a choisi la période thermidorienne pour examiner ce qu’il advient du droit en période révolutionnaire, dans le cadre de justices d’exception. Dans son livre Quatre-Vingt-Quinze. La Terreur en procès (CNRS Éditions, 2017), l’historien montre que sur les ruines de l’absolutisme révolutionnaire propre à la Terreur est née une difficile recherche d’équilibre démocratique et de modération, les thermidoriens tentant de redonner un espace politique et judiciaire aux idéaux de 1789. Loris Chavanette prépare actuellement une anthologie de la correspondance de Napoléon à paraître chez Robert Laffont dans la collection Bouquins et dirige un ouvrage collectif sur le Directoire en préparation chez CNRS éditions.

mardi 23 avril 2019

<i>Condamner à mort au Moyen Âge</i>

Condamner à mort au Moyen Âge

Entretien avec Claude Gauvard, professeur émérite d’histoire du Moyen Âge à l’université Paris
“Entre la rémission qui crée une mort fictive et le petit nombre d’individus jugés irrécupérables dans le royaume, sans compter la place importante des résolutions négociées, il est probable que les exécutions ont été moins fréquentes que ne le laisse supposer l’image d’un Moyen Âge violent et sanguinaire”, écrit Claude Gauvard, lauréate du Prix du Budget décerné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres pour son ouvrage Condamner à mort au Moyen Âge (PUF, 2018). En explorant la façon dont étaient prononcées les peines capitales en France du XIIIe au XVe siècle, elle souligne que cette pratique n’a jamais été anodine. Elle met aussi en lumière combien la condamnation à mort comme peine publique découle de l’idée, empruntée au droit romain, qu’aucun crime ne doit rester impuni parce qu’il lèse la chose publique avant de léser la partie adverse. Si bien que la condamnation à mort aurait été, conjointement avec la grâce, un instrument au service du pouvoir royal et étatique alors en cours d’affirmation.

mardi 23 avril 2019

Une vie au service de la protohistoire

Une vie au service de la protohistoire

Rencontre avec Jean Guilaine, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
“Je mesure le privilège que j’ai eu de disposer de tout mon temps pour prospecter, fouiller, voyager, rapporter, écrire, enseigner et, bien sûr, appréhender ce basculement fondamental qu’assumèrent nos semblables en devenant agriculteurs”, confie l’archéologue Jean Guilaine dans ses Mémoires d’un protohistorien (Éditions Odile Jacob, mars 2019). Riches en péripéties, ses mémoires professionnels sont aussi un plaidoyer en faveur de l’archéologie et le récit d’un combat pour faire connaître et reconnaître l’importance des dix millénaires qui ont conduit des ultimes sociétés de chasseurs-cueilleurs jusqu’au monde urbanisé antique.

lundi 15 avril 2019

"Hommage à Michel Jouvet"

"Hommage à Michel Jouvet"

par Étienne Ghys secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences

Michel Jouvet est l’auteur d’une oeuvre fondatrice en neurobiologie, marquée par une profonde originalité de pensée et par les ouvertures qu’elle permet dans de nombreuses directions, en physiologie et évolution, en psychologie, anthropologie, philosophie. Il a révolutionné la connaissance du fonctionnement cérébral par la découverte du sommeil paradoxal défini comme troisième état de vigilance du système nerveux central, outre l’éveil et le sommeil à ondes lentes, ainsi que par son association préférentielle aux rêves. Expérimentateur jamais à court d’idées nouvelles, il a largement déchiffré, avec ses collaborateurs de diverses spécialités, la complexité neurophysiologique des états de vigilance.

- Ouverture par Pierre Corvol et Claude Debru.
- “L’histoire sans fin du sommeil paradoxal”, par Pierre-Hervé Luppi.
- “Voir les rêves”, par Isabelle Arnulf.
- “Cause de la narcolepsie, un syndrome associé à une anomalie profonde du sommeil paradoxal”, par Emmanuel Mignot.


lundi 8 avril 2019

Le cerveau fin stratège

Le cerveau fin stratège

Olivier Houdé, membre de l’Académie des sciences morale et politiques, présente une nouvelle théorie de l’intelligence humaine
Les théories de l’intelligence ont longtemps été structurées par l’opposition entre deux visions antagonistes mettant l’accent, pour l’une sur la rationalité, pour l’autre sur l’intuition. Les recherches menées par Olivier Houdé à la tête du Laboratoire de Psychologie du Développement et de l’Education de l’Enfant (LaPsyDé) de la Sorbonne l’ont conduit à une nouvelle hypothèse, présentée dans son dernier livre (L’intelligence humaine n’est pas un algorithme, Éditions Odile Jacob, 2019) : l’intelligence humaine reposerait sur la capacité à solliciter l’une et l’autre de ces facultés au gré des circonstances et des besoins, autrement dit à agir en “fin stratège”.

lundi 8 avril 2019

Le cerveau humain, matière à mémoires

Le cerveau humain, matière à mémoires

Stanislas Dehaene

vendredi 22 mars 2019

Fantaisies philosophiques du XVIe siècle : rire et penser à la Renaissance

Fantaisies philosophiques du XVIe siècle : rire et penser à la Renaissance

par Alice Vintenon, lauréate du prix Monseigneur-Marcel décerné par l’Académie française
À la Renaissance, de nombreux auteurs de fiction et de poésie manifestent un goût affirmé pour l’invraisemblance comique et la fantaisie la plus débridée. Leurs récits, tout rocambolesques qu’ils soient, n’en possèdent pas moins une profondeur philosophique revendiquée, usant de toutes les ressources de l’allégorie et du paradoxe, jusqu’à l’hermétisme. Alice Vintenon nous convie à la lecture de ces textes bouffons et énigmatiques. Maîtresse de conférences à l’université Bordeaux-Montaigne, elle a été récompensée du prix Monseigneur-Marcel décerné par l’Académie française pour son ouvrage La Fantaisie philosophique à la Renaissance paru à la Librairie Droz en 2017.

lundi 4 mars 2019

Histoire et légendes de Bouvines

Histoire et légendes de Bouvines

Entretien avec Dominique Barthélemy, correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
La bataille de Bouvines, remportée le 27 juillet 1214 par le roi Philippe Auguste sur un empereur allemand, un comte de Flandre et d’autres coalisés financés par l’Angleterre est sans conteste l’un des actes fondateurs de la dynastie capétienne et l’un des épisodes les plus célèbres du “roman national” français. Du XIIIe siècle jusqu’à nos jours, elle a été l’objet de multiples légendes que l’historien médiéviste Dominique Barthélemy confronte à la réalité des faits. À l’issue d’une enquête fouillée (La bataille de Bouvines. Histoire et légendes, Éditions Perrin, 2018), il décrit un affronte-ment certainement plus modeste et moins épique que celui construit et enrichi au gré des nécessi-tés politiques. Mais de la sorte, il clôt moins un dossier qu’il ne nous invite à poursuivre la réflexion sur l’idée que les Français se font d’eux-mêmes.

lundi 25 février 2019

Adolphe Godin de Lepinay, “l'homme oublié du Canal de Panama”

Adolphe Godin de Lepinay, “l’homme oublié du Canal de Panama”

Entretien avec Bernard Meunier, membre de l’Académie des sciences
Dans la mémoire française, le canal de Panama reste associé à un gigantesque ratage et surtout à un scandale politico-financier qui ruina les épargnants français et faillit même emporter la IIIe République. Or, comme le révèle Bernard Meunier, membre de l’Académie des sciences, cet immense gâchis aurait pu être évité si, dès le démarrage du chantier, les promoteurs du projet avaient retenu la solution technique du barrage à écluses qu’adopteront finalement les Américains et qui avait été proposée dès le début par un ingénieur français aussi discret que brillant : Adolphe Godin de Lepinay. En retraçant le parcours professionnel de celui-ci, l’auteur ne rend pas seulement justice à “l’homme oublié du Canal de Panama” (CNRS Éditions, 2018), il ressuscite tout une époque, portant son regard sur “la France de la seconde moitié du XIXe siècle, celle du développement des chemins de fer, des infrastructures, de l’industrie, de la période encore heureuse de l’expansion européenne, avant que ce continent ne sombre dans la folie des deux guerres mondiales”.

mercredi 9 janvier 2019

Charlène Selva, lauréate du prix Paul-Bertrand, G. Deflandre et M. Deflandre-Rigaud, Jean Cuvillier décerné par l'Académie des sciences : parcours d'une jeune chercheuse en biologie animale

Charlène Selva, lauréate du prix Paul-Bertrand, G. Deflandre et M. Deflandre-Rigaud, Jean Cuvillier décerné par l’Académie des sciences : parcours d’une jeune chercheuse en biologie animale

Issue d’une formation en paléontologie, Charlène Selva a réalisé une thèse au Museum national d’histoire naturelle destinée à mieux comprendre la morphologie et la fonction du système vestibulaire de l’oreille interne des mammifères souterrains. Partageant sa passion pour le monde inattendu de ces petits animaux, elle relate les aspects variés d’une première recherche, entre contacts humains et recherche de financement, séjour au synchrotron de Grenoble et collaborations internationales.

jeudi 20 décembre 2018

Rome des origines à la mort d'Auguste

Rome des origines à la mort d’Auguste

Entretien avec Alexandre Grandazzi, lauréat 2017 du Prix Chateaubriand
Professeur de littérature latine et civilisation romaine à l’université Paris-Sorbonne, Alexandre Grandazzi est l’auteur de Urbs (Perrin), une somme magistrale sur l’histoire de Rome, des origines à la mort de l’empereur Auguste. Évacuant implacablement les origines mythologiques, il explique, de manière bien plus passionnante, comment le site de Rome, mal placé, parsemé de simples cabanes en bois, a pu devenir la Ville par excellence, centre du monde connu durant l’Antiquité. À travers l’épopée d’un peuple entièrement tourné vers la guerre et la conquête, Alexandre Grandazzi retrace, siècle après siècle, victoire après victoire, la construction d’une cité devenue un mémorial de pierre et de marbre, célébrant l’identité romaine, conquérante et assimilatrice. Dans Urbs, nouveau monument à la gloire de Rome, l’auteur réunit la quasi totalité du savoir actuellement disponible sur la Ville éternelle et le met à la portée de l’honnête homme.

jeudi 20 décembre 2018

La révolution abolitionniste

La révolution abolitionniste

Entretien avec l’historien Olivier Grenouilleau, lauréat 2018 du Prix Guizot-Institut de France.
En France, l’histoire de l’abolition de l’esclavage se focalise le plus souvent sur l’action de Victor Schœlcher, grand artisan de la loi de 1848 Or, le sujet ne saurait se réduire à cet épisode, si remarquable soit-il. Il méritait une histoire globale faisant la part des nombreux facteurs philosophiques, spirituels, économiques, politiques, géopolitiques qui ont abouti à l’authentique révolution que représenta, aux XVIIIe et XIXe siècles, l’abolition d’une pratique se confondant jusque-là avec l’histoire de l’humanité. C’est à cette tâche immense que s’est consacré Olivier Grenouilleau, lauréat 2018 du Prix Guizot-Institut de France pour son livre La révolution abolitionniste (Gallimard 2017). Parmi d’autres éclairages remarquables, cet ouvrage permet de comprendre combien ce projet révolutionnaire se conjuguait, chez ses promoteurs, avec un réformisme de l’action.

mercredi 31 octobre 2018

David Attié et Sébastien Procureur, lauréats du prix Yvan Peyches 2018 décerné par l'Académie des sciences, racontent leur participation à l'aventure ScanPyramids

David Attié et Sébastien Procureur, lauréats du prix Yvan Peyches 2018 décerné par l’Académie des sciences, racontent leur participation à l’aventure ScanPyramids

Chercheurs au centre CEA de Saclay, David Attié et Sébastien Procureur ont joué un rôle majeur dans la découverte d’une grande cavité, jusque-là inconnue, au cœur de la pyramide de Kheops. Concepteurs d’un télescope à muons créé à Saclay, ils racontent comment cette technologie basée sur le rayonnement cosmique a été mise au service de la mission internationale ScanPyramids. Le déploiement des détecteurs sur le plateau de Gizeh fut une aventure technologique et humaine aux résultats inespérés.

mercredi 24 octobre 2018

Conversations chez M. Thiers

Conversations chez M. Thiers

« Le vin et la gastronomie, quelle histoire ! », par Jean-Robert Pitte, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques
Animées par François d’Orcival, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, organisées à la Fondation Dosne-Thiers à l’occasion des journées du patrimoine 2018 (2e partie).

mercredi 24 octobre 2018

Conversations chez M. Thiers

Conversations chez M. Thiers

« La France et la Russie », par Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel de l’Académie française
Animées par François d’Orcival, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, organisées à la Fondation Dosne-Thiers à l’occasion des journées du patrimoine 2018 (2e partie).

mercredi 24 octobre 2018

Conversations chez M. Thiers

Conversations chez M. Thiers

- « Histoire et actualité de l’architecture », par Jean-Michel Wilmotte, membre de l’Académie des beaux-arts
Animées par François d’Orcival, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, organisées à la Fondation Dosne-Thiers à l’occasion des journées du patrimoine 2018 (2e partie).

mercredi 24 octobre 2018

Conversations chez M. Thiers

Conversations chez M. Thiers

« Subconscience et cerveau » par Yves Agid, membre de l’Académie des sciences.
Rencontres animées par François d’Orcival, (Académie des sciences morales et politiques), organisées à la Fondation Dosne-Thiers à l’occasion des journées du patrimoine 2018.

mercredi 17 octobre 2018

Bertin l'Aîné, combattant de la liberté de la presse

Bertin l’Aîné, combattant de la liberté de la presse

Entretien avec Jean-Paul Clément, correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques
Immortalisé par le célèbre portrait d’Ingres que l’on peut admirer au Louvre, Bertin l’Aîné est aujourd’hui mal connu après avoir pourtant été l’une des personnalités les plus influentes de la Restauration. Dans la biographie qu’il lui a consacrée, l’historien Jean-Paul Clément rappelle le rôle éminent joué par le fondateur du Journal des débats littéraires et politiques dans l’émergence, en France, d’un quatrième pouvoir. En contant la vie aventureuse de ce patron de presse courageux et opiniâtre qui, entre autres mésaventures, connut la prison sous le Consulat et l’exil sous l’Empire, l’auteur nous invite aussi à redécouvrir l’effervescence politique, intellectuelle et artistique de la première moitié du XIXe siècle français. On y croisera nombre de personnalités de premier plan telles Berlioz et Hugo, sans oublier bien sûr l’ami fidèle que fut, pour Bertin, Chateaubriand.

mercredi 26 septembre 2018

“Populisme et médias, le procès réciproque”

“Populisme et médias, le procès réciproque”

Par Chantal Delsol, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
À la racine de ce divorce, l’académicienne pointe une guerre idéologique doublée d’une lutte des classes, ce qui rend l’affrontement d’autant plus inexpiable. Au progressisme et à l’universalisme des élites, partagés par les médias, une partie des classes populaires oppose son besoin d’enracinement et la conservation des avantages acquis et de ses modes de vie, dans des proportions variables à droite ou à gauche. Ce clivage social, qui draine derrière lui ressentiment et mépris, fausse d’avance tout dialogue, en condamnant les deux camps à l’incompréhension. Il en résulte une situation dangereuse pour la démocratie, menacée dans son esprit, la politique se muant en guerre et l’adversaire en ennemi, si bien que Chantal Delsol, y voit un nouvel épisode de la « guerre civile européenne » que se livrent depuis deux siècles modernes et antimodernes.

mercredi 26 septembre 2018

Comment notre monde a cessé d'être chrétien

Comment notre monde a cessé d’être chrétien

Entretien avec Guillaume Cuchet, lauréat du Prix d’histoire des religions de la Fondation “Les amis de Pierre-Antoine Bernheim”
“Au milieu des années 1960, 94 % de la génération en France étaient baptisés et 25 % allaient à la messe tous les dimanches ; de nos jours, la pratique dominicale tourne autour de 2 % et les baptisés avant l’âge de 7 ans ne sont plus que 30 %.” Pour expliquer cet effondrement soudain, Guillaume Cuchet, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Est Créteil et auteur de Comment notre monde a cessé d’être chrétien. Anatomie d’un effondrement (Le Seuil 2018), ne s’est pas contenté des explications sociologiques habituellement avancées. En se plongeant dans les statistiques rassemblées par le chanoine Boulard, auteur de la célèbre Carte religieuse de la France rurale, il a en effet mis en évidence que “les phénomènes religieux ont aussi des causes religieuses” et qu’en l’espèce - sans préjugé de sa nécessité - la réforme de Vatican II aurait joué un rôle de déclencheur et d’accélérateur de la crise en raison de ses effets très déstabilisant sur le clergé et les fidèles. De la sorte, il renouvelle et relance le débat sur l’un des phénomènes les plus marquants de notre histoire contemporaine.

mercredi 19 septembre 2018

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...