Accueil 

Mots-clés

Thèmes

Autres groupes de mots-clés

Littérature


Rubriques


Articles

Celui qui disait non, d'Adeline Baldacchino

Celui qui disait non, d’Adeline Baldacchino

Par Haïm Korsia, membre de l’Académie des sciences morales et politiques.
Le 13 juin 1936 dans le port de Hambourg où Hitler vient baptiser un navire, August Landmesser, un jeune ouvrier allemand est seul à ne pas faire le salut nazi, geste ou plutôt non geste immortalisé sur la photo prise par un journaliste. Fascinée par cet homme, Adeline Baldacchino a mené l’enquête sur cet homme avant de lui redonner vie dans un roman (Celui qui disait non, Fayard, 2018). Haïm Korsia, membre de l’Académie des sciences morales et politiques et grand rabbin de France depuis 2014, explique pourquoi ce livre l’a particulièrement touché.

mercredi 11 juillet 2018

Autoportrait de Paris avec chat : Dany Laferrière croque Paris

Autoportrait de Paris avec chat : Dany Laferrière croque Paris

Entretien avec l’écrivain de l’Académie française à propos de son dernier livre, entièrement écrit et dessiné à la main
“Tout mon mérite vient du fait que peu de gens qui dessinent aussi mal que moi ont osé faire un livre de ce genre. De quel genre est celui-ci ? Je ne saurais le dire, mais je ne me suis jamais senti aussi libre de ma vie d’écrivain.” C’est ainsi que Dany Laferrière, de l’Académie française, présente son dernier ouvrage : quelque 424 pages et 1200 dessins entièrement réalisés à la main pour nous introduire dans sa découverte de Paris où il passe désormais une grande partie de son temps. Véritable carnet aux trésors, débordant d’observations, de réflexions et d’anecdotes, ce livre singulier, à fois intime et érudit, est une invitation à redécouvrir Paris “du pas lent du visiteur subjugué” ainsi qu’à célébrer la douceur d’un ”présent gorgé de passé”.

jeudi 5 juillet 2018

Haute Couture : méditations sur les saintes de Zurbarán

Haute Couture : méditations sur les saintes de Zurbarán

Entretien avec Florence Delay, de l’Académie française
“Ce livre est né d’une rencontre de jeunesse. Dès mon premier voyage à Séville, j’ai été stupéfaite par la suite de jeunes filles splendides, admirablement vêtues de robes totalement imaginaires, et par ce détail tout à fait étrange ; chacune tenait un instrument qui venait contredire la paix de son visage et l’harmonie de son vêtement : l’une, avait une immense épée à la main, l’autre une roue dentée, l’autre un clou énorme…” Telle est la genèse du livre que Florence Delay a récemment consacré aux saintes peintes, au Siècle d’or espagnol, par Francisco de Zurbarán (Haute couture, Editions Gallimard, 2018). Décidée à en savoir plus sur les élues d’un peintre qu’elle admire depuis toujours, elle a mené l’enquête en se fiant aussi bien aux sources historiques qu’à ses souvenirs et à sa propre sensibilité. Avec cet exercice de contemplation, Florence Delay nous invite à redécouvrir combien la beauté a partie liée avec le sacré.

mercredi 27 juin 2018

Décapitées : une enquête (historique) dans l'Italie de la première renaissance

Décapitées : une enquête (historique) dans l’Italie de la première renaissance

Entretien avec Élisabeth Crouzet-Pavan, correspondante de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
« La première se nommait Agnese Visconti, et elle avait été décapitée en 1391 ; la deuxième, Beatrice di Renda, morte en 1418, la troisième, Parasina Malatesta exécutée, en 1425. Quant à leurs maris, ils comptaient parmi les personnages les plus importants de l’Italie du temps. » Comment expliquer que ces aristocrates de la première Renaissance italienne aient été exécutées par leur mari alors qu’à cette époque l’adultère n’était pas puni de mort ? Pour résoudre cette énigme, Élisabeth Crouzet-Pavan et Jean-Claude Maire Vigueur ont mené l’enquête. Leurs recherches, révélant la dimension politique et symbolique de ces exécutions, jettent un éclairage nouveau sur les tensions institutionnelles, sociales et culturelles qui ont accompagné le passage du Moyen Âge à la Renaissance et sur la condition féminine à cette époque charnière de notre histoire (Décapitées, Éditions Albin Michel, mars 2018).

mercredi 20 juin 2018

Claire de Oliveira, prix Jules Janin 2017 décerné par l'Académie française,

Claire de Oliveira, prix Jules Janin 2017 décerné par l’Académie française,

présente sa nouvelle traduction de La Montagne magique de Thomas Mann.
En décembre dernier, La Montagne magique, le chef d’oeuvre de Thomas Mann publié en 1924, a été réédité dans une nouvelle traduction signée Claire de Oliveira. Cinq ans ont été nécessaires à cette maître de conférence de la Sorbonne pour réaliser ce travail qui lui a valu le prix Jules Janin 2017 de l’Académie française. Pour les experts de Mann, cette version, plus fidèle que la précédente réalisée en 1931, rend au roman de Thomas Mann tout son humour et son tragique.

mercredi 13 juin 2018

L'œuvre d'Alain Besançon : un puissant antidote à la sombre séduction des idéologies

L’œuvre d’Alain Besançon : un puissant antidote à la sombre séduction des idéologies

L’historien revient sur son itinéraire intellectuel à l’occasion de la publication d’un recueil de ses essais par les Belles Lettres

mercredi 6 juin 2018

Thomas Schlesser, lauréat du prix Bernier décerné par l'Académie des beaux-arts présente son ouvrage <i>L'Univers sans l'homme - les arts contre l'anthropocentrisme.</i>

Thomas Schlesser, lauréat du prix Bernier décerné par l’Académie des beaux-arts présente son ouvrage L’Univers sans l’homme - les arts contre l’anthropocentrisme.

Thomas Schlesser directeur de la Fondation Hartung-Bergman à Antibes et professeur d’histoire de l’art à l’Ecole polytechnique présente L’Univers sans l’homme. Dans cet ouvrage qui lui a valu le prix Bernier décerné par l’Académie des beaux-arts, il présente les œuvres d’art qui, de 1755 à nos jours, se sont attaquées à l’anthropocentrisme.

mercredi 30 mai 2018

Bérets noirs, bérets rouges

Bérets noirs, bérets rouges

Michel Zink, de l’Académie française et secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, présente son dernier roman.
Un notable lyonnais sexagénaire reçoit un professeur parisien septuagénaire à la recherche de son enfance lyonnaise et du mystère entourant un frère et une sœur, dont il était proche lors de ses années passées au Lycée du Parc. Tel est le point de départ du roman que vient de publier Michel Zink, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres : Bérets noirs, bérets rouges (Éditions de Fallois, 2018). Au fil de leurs échanges, les souvenirs refont surface pour se fondre peu à peu dans la mémoire collective. Aux joies et drames intimes de la jeunesse se mêlent bientôt d’autres tragédies comme la guerre et la Libération, l’Indochine et l’Algérie pour brosser un tableau doux amer de la France des années cinquante.

mercredi 30 mai 2018

Origines de l'Homme, origines d'un homme

Origines de l’Homme, origines d’un homme

Yves Coppens présente ses Mémoires professionnelles
“Faire étalage de ma vie personnelle n’est pas dans mon habitude”, confie le paléoanthropologue Yves Coppens. Au travers de ses propres Mémoires, et à la lumière des découvertes qui ont rythmé sa vie de sa Bretagne natale aux terres africaines qu’il a tant aimées, ce sont, en quelque sorte, les Mémoires de l’humanité que nous restitue ici Yves Coppens, en conjuguant savoir scientifique et convictions humanistes.

jeudi 8 mars 2018

Le Spectre d'Atacama d'Alain Connes

Le Spectre d’Atacama d’Alain Connes

Un roman d’aventures mathématiques
Qu’est-ce que le spectre lumineux capté par l’observatoire d’Atacama au Chili ? Un message extraterrestre, un aléa quantique ou une pure illusion ? Telle est l’énigme que devront résoudre, à travers mille rebondissements et péripéties dignes des aventures de Tintin ou des histoires de Jules Verne, les personnages du roman écrit par le mathématicien Alain Connes, membre de l’Académie des sciences, avec la complicité de son épouse et de son ancien directeur de thèse (Le Spectre d’Atacama, Éditions Odile Jacob, 2018). Hymne à l’esprit scientifique, cette quête aux confins des mathématiques et de la métaphysique est aussi une sévère mise en garde contre la tentation d’aliéner la liberté humaine à des machines prétendument intelligentes.

jeudi 1er mars 2018

« Bonheurs et malheurs de l'esthétique »

« Bonheurs et malheurs de l’esthétique »

Par Marc Jimenez, philosophe, professeur à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne.
Docteur ès Lettres et docteur en philosophie, Marc Jimenez est professeur émérite à la Sorbonne où il a enseigné l’esthétique et les sciences de l’art. Il dirige la Collection d’Esthétique auprès des éditions Klincksieck-Les Belles Lettres depuis 1986. Traducteur de T.W. Adorno, Théorie esthétique, et d’August Wilhelm Schlegel, La doctrine de l’art. Considérations sur les Belles Lettres et l’Art, il est l’auteur de nombreuses publications parmi lesquelles : Vers une esthétique négative. Adorno et la modernité (Klincksieck), Qu’est-ce que l’esthétique ? (Gallimard), La querelle de l’art contemporain (Gallimard), Fragments pour un discours esthétique, (Klincksieck). Art et technosciences. Bioart, neuroesthétique (Klincksieck). Son dernier ouvrage, paru en 2016, est consacré à la poésie de Friedrich Nietzsche : Rien qu’un fou, rien qu’un poète. Une lecture des derniers poèmes de Nietzsche (Belles Lettres-encre marine). Membre de l’Association internationale des critiques d’art (AICA), il participe à de nombreux colloques en France et à l’étranger (Europe, Amérique latine, Afrique noire francophone et Maghreb) et collabore régulièrement à des revues d’art.

jeudi 22 février 2018

Diplomatie et “relations internationales” au Moyen Âge

Diplomatie et “relations internationales” au Moyen Âge

Entretien avec Jean-Marie Mœglin, correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
Si le terme même de “relations internationales” suppose, par définition, l’existence de nations, il n’en est pas moins vrai qu’avant leur émergence, les puissants entretenaient entre eux des relations suivies, notamment marquées par la nécessité de résoudre leurs conflits. C’est à l’exploration de ces relations que nous invitent Jean-Marie Moeglin et Stéphane Péquignot avec leur ouvrage Diplomatie et “relations internationales” au Moyen Âge. De la décomposition de l’Empire de Charlemagne à la Renaissance, cette magistrale synthèse dévoile les étapes qui ont permis l’émergence progressive de nouvelles pratiques diplomatiques encore en vigueur de nos jours.

jeudi 22 février 2018

« La littérature identité de la France »

« La littérature identité de la France »

Jean-Marie Rouart (Académie française)
1er volet des Conversations chez M. Thiers organisées à la Fondation Dosne Thiers à l’occasion des journées du patrimoine 2017. Débat animés par François d’Orcival

jeudi 19 octobre 2017

Un personnage d'aventure : la petite philosophie de l'enfance de Chantal Delsol

Un personnage d’aventure : la petite philosophie de l’enfance de Chantal Delsol

Entretien avec la philosophe, membre de l’Académie des sciences morales et politiques

mardi 30 mai 2017

“L'École des muses, Marcel Proust et les arts”

“L’École des muses, Marcel Proust et les arts”

Colloque organisé le 22 mars 2017 par l’Académie des beaux arts

mercredi 12 avril 2017

Une jeunesse perdue : un hymne à la passion

Une jeunesse perdue : un hymne à la passion

Entretien avec Jean-Marie Rouart de l’Académie française
« C’est l’histoire d’un homme vieillissant, qui croit que sa vie s’arrête : il a le sentiment de ne plus être un objet de désir. Et puis…il va rencontrer une jeune femme russe, incroyablement belle, fantasque et séduisante », explique Jean-Marie Rouart à propos de son dernier roman : Une jeunesse perdue. (Editions Gallimard) On pourrait y voir le récit d’une déchéance. Mais c’est aussi celui d’une renaissance car, comme l’affirme encore l’auteur, “les femmes dites fatales permettent souvent aux hommes de se révéler à eux-mêmes”. S’agit-il d’une passion destructrice ou rédemptrice ? Probablement les deux !

mercredi 15 mars 2017

Quarante ans : retour en arrière littéraire dans le Paris de la fin du 2e millénaire

Quarante ans : retour en arrière littéraire dans le Paris de la fin du 2e millénaire

Entretien avec Marc Lambron, de l’Académie française, à propos de son journal de l’année 1997

mercredi 8 mars 2017

“Le désarroi des cols-blancs”

“Le désarroi des cols-blancs”

Extrait de Quarante ans, journal tenu par Marc Lambron au fil de l’année 1997 (Éditions Grasset, janvier 2017).

mercredi 8 mars 2017

“Les Ailes intérieures” : une carrière au service de la télévision et la culture

“Les Ailes intérieures” : une carrière au service de la télévision et la culture

Entretien avec Patrick de Carolis, journaliste, écrivain et ancien président de France Télévision

mercredi 22 février 2017

“Agréger, révéler, libérer” : les vertus de la culture

“Agréger, révéler, libérer” : les vertus de la culture


mercredi 22 février 2017

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...