Accueil 

Mots-clés

Académie des sciences morales et politiques

Autres groupes de mots-clés

Académie des sciences morales et politiques


Articles

Journées d'étude « Guerre et armée » - Partie 8

Journées d’étude « Guerre et armée » - Partie 8

organisées par Jean Baechler et Bernard Boëne

lundi 3 août 2015

Journées d'étude « Guerre et armée » - Partie 7

Journées d’étude « Guerre et armée » - Partie 7

organisées par Jean Baechler et Bernard Boëne

lundi 3 août 2015

Journées d'étude « Guerre et armée » - partie 6

Journées d’étude « Guerre et armée » - partie 6

organisées par Jean Baechler et Bernard Boëne

lundi 3 août 2015

Journées d'étude « Guerre et armée » - Partie 5

Journées d’étude « Guerre et armée » - Partie 5

organisées par Jean Baechler et Bernard Boëne

lundi 3 août 2015

Journées d'étude « Guerre et armée » - Partie 4

Journées d’étude « Guerre et armée » - Partie 4

organisées par Jean Baechler et Bernard Boëne

lundi 3 août 2015

Journées d'étude « Guerre et armée » - Partie 3

Journées d’étude « Guerre et armée » - Partie 3

organisées par Jean Baechler et Bernard Boëne

lundi 3 août 2015

Journées d'étude « Guerre et armée » - Partie 2

Journées d’étude « Guerre et armée » - Partie 2

organisées par Jean Baechler et Bernard Boëne

lundi 3 août 2015

Journées d'étude « Guerre et armée » - Partie 1

Journées d’étude « Guerre et armée » - Partie 1

organisées par Jean Baechler et Bernard Boëne

lundi 3 août 2015

Fin de vie et directives anticipées : examen critique des débats parlementaires actuels

Fin de vie et directives anticipées : examen critique des débats parlementaires actuels


vendredi 24 juillet 2015

Qu'est-ce que l'humain ?

Qu’est-ce que l’humain ?

Entretien avec Jean Baechler, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Tout à la fois philosophe, historien et sociologue, Jean Baechler était parfaitement armé pour s’attaquer à la question qui est devenue le titre de son dernier ouvrage : « Qu’est-ce que l’humain ? » Dans cet entretien inédit, il présente le cheminement intellectuel qui a été le sien pour valider son intuition initiale, à savoir que « la réponse est inscrite dans les champs de possibles ouverts à la carrière humaine et dans les opérations conduites par des acteurs à la recherche des solutions à leurs problèmes ». Son propos prend la forme d’une présentation inédite des efforts déployés par l’espèce humaine pour assumer une condition marquée du sceau exigeant de la liberté. Car pour Jean Baechler, la destinée humaine tient à cette singularité fondatrice : seule dans le règne du vivant, l’espèce humaine est vierge de toute programmation biologique.

vendredi 6 mars 2015

L'institut et la mémoire de la Grande Guerre

L’institut et la mémoire de la Grande Guerre

Entretien avec Georges-Henry Soutou, membre de l’Académie des sciences morales et politiques

vendredi 19 décembre 2014

Et si nous devenions « modérément modernes » ?

Et si nous devenions « modérément modernes » ?

Entretien avec Rémi Brague, de l’Académie des sciences morales et politiques, à propos de son ouvrage « Modérément moderne »
Et si nous passions la modernité au crible de l’esprit critique qu’elle prétend promouvoir en toutes circonstances ? Et si nous sortions de l’état de sidération qu’elle provoque chez nombre de nos contemporains ? C’est ce qu’a fait le philosophe Rémi Brague en recourant notamment aux pensées antiques et médiévales dont il est l’un des meilleurs connaisseurs. Il ne s’agit pas là d’un simple exercice d’érudition mais d’une démarche salutaire. Son enjeu ? Découvrir des antidotes à la crise morale que traversent nos sociétés, malades d’un « excès de modernité ».

vendredi 19 septembre 2014

L'identité de l'Europe

L’identité de l’Europe

Entretien avec Chantal Delsol, professeur de philosophie, membre de l’Académie des sciences morales et politiques.
« À trop sacrifier à un esprit critique qui faisait, avec son originalité, sa légitimité, l’Europe est victime de ses propres démons. Après avoir cru être tout, et pour cela se détestant elle-même, elle croit maintenant n’être rien », écrivait Chantal Delsol en introduction d’un ouvrage collectif consacré à l’identité de l’Europe, publié voici quelques années. Dans l’entretien inédit qu’elle a accordé à Canal Académie, elle revient sur cette étrange propension au déni de soi qui caractérise le Vieux Continent à l’aube d’un siècle où, en revanche, d’autres civilisations se redécouvrent et s’affirment. Et si, pour relever les défis de la mondialisation, l’Europe devait se réconcilier avec elle-même ?

mercredi 10 septembre 2014

« L'économie vue par un entrepreneur »

« L’économie vue par un entrepreneur »

Communication de M. Yvon Gattaz, ancien patron de Radiall et ancien président du CNPF, devant l’Académie des sciences morales et politiques, le 7 juillet 2014.
C’est donc en tant qu’entrepreneur, « ce microéconomiste de terrain », que l’orateur s’est attaché à « déceler la zone de compatibilité entre théories macro-économiques et la pratique du terrain ou micro-économie. » Retenant la définition de Schumpeter présentant l’entrepreneur comme « celui qui est capable de transformer une idée en une innovation réussie », il a indiqué que si « les économistes privilégient la réflexion, les entrepreneurs privilégient l’intuition et l’action », toutes deux orientées vers le client et la commande et, de ce fait, nécessairement confrontées « au mur granitique des réalités ». Sur le terrain des réalités, il a rappelé l’importance de l’industrie et l’aveuglement irresponsable des chantres de l’ère postindustrielle pour qui la France pouvait sans regret abandonner sa production industrielle à des pays émergents et ne garder que les seuls services. Enfin il s’est interrogé sur une curieuse spécificité française : « Pourquoi en Allemagne et aux États-Unis, l’entrepreneur est-il considéré comme un "premier de cordée" prenant tous les risques et méritant l’estime générale, alors qu’en France sa réussite éventuelle est rarement admirée mais plus souvent jalousée, voire dénigrée ? »

vendredi 18 juillet 2014

Jules Ferry, ou la tradition républicaine

Jules Ferry, ou la tradition républicaine

Entretien avec Mona Ozouf, historienne, lauréate 2013 du Prix de la Fondation Édouard Bonnefous.
Avant d’être un incontournable symbole de la République, fondateur de l’école "gratuite, laïque et obligatoire", Jules Ferry fut l’un des hommes les plus détestés de son temps. Ses adversaires condamnent son entreprise coloniale qui détournerait la France de la reconquête de l’Alsace-Lorraine. Ses lois scolaires sont accusées de diviser les Français et de substituer une religion "républicaine" au catholicisme. Dans “Jules Ferry. La liberté et la tradition”, Mona Ozouf, lauréate 2013 du Prix de la Fondation Édouard Bonnefous pour l’ensemble de son œuvre, démontre que Jules Ferry s’efforça pourtant d’unifier les Français par-delà leurs clivages : "Son œuvre, dit-elle, comme législateur et comme penseur de la République, continue à tisser nos vies".

vendredi 18 juillet 2014

« Le droit, entre morale et économie »

« Le droit, entre morale et économie »

Communication de Dominique Terré, chargée de recherche au CERSES, devant l’Académie des sciences morales et politiques, le 7 juillet 2014.
L’oratrice a notamment démontré que les 3 termes du titre de sa communication ne se présentaient nullement sous la forme statique d’un triptyque, mais au contraire dans un rapport dynamique, « la morale, force de la liberté, et l’économie, force de la nécessité » exerçant respectivement sur le droit une tension, alors que celui-ci « connaît une très grande expansion liée à une forte poussée éthique qui vient comme compenser l’instrumentalisation dont il est l’objet dans le cadre compétitif de la mondialisation et du marché. »

vendredi 11 juillet 2014

« Le droit, entre morale et économie »

« Le droit, entre morale et économie »

Communication de Dominique Terré, chargée de recherche au CERSES, devant l’Académie des sciences morales et politiques, le 7 juillet 2014.
L’oratrice a notamment démontré que les 3 termes du titre de sa communication ne se présentaient nullement sous la forme statique d’un triptyque, mais au contraire dans un rapport dynamique, « la morale, force de la liberté, et l’économie, force de la nécessité » exerçant respectivement sur le droit une tension, alors que celui-ci « connaît une très grande expansion liée à une forte poussée éthique qui vient comme compenser l’instrumentalisation dont il est l’objet dans le cadre compétitif de la mondialisation et du marché. »

vendredi 11 juillet 2014

"Histoire et politique"

"Histoire et politique"

"Histoire et politique" Communication de M. Jean Tulard, membre de l’Académie des sciences morales et politiques lors de la séance du 2 juin 2014
"L’historien ne se trompe jamais ou du moins rarement ; l’homme politique se trompe souvent, en tout cas parfois. C’est la différence entre l’histoire, une science exacte, et la politique, un art incertain, […] L’historien ne se trompe pas car il est le prophète du passé. Il décrit les événements d’hier. […] Le politique, lui, fait l’histoire, se trouve confronté au présent et doit prévoir l’avenir. Quelle voie choisir ? S’il se trompe, outre les conséquences d’une mauvaise décision, l’erreur sera relevée par l’historien et transmise par ses soins à la postérité. Le politique peut-il l’accepter ?" a expliqué l’historien. Et de poursuive, comme en réponse à cette interrogation, en estimant que "le fait nouveau de la fin du XXe siècle, c’est la loi par laquelle le politique impose sa vérité à l’historien." Un constat que ce spécialiste de Napoléon a, outre les "lois mémorielles", étayé par "le bicentenaire de la naissance de Napoléon en 1969 [qui] se passe dans un relatif consensus, le parti communiste citant Marx qui voyait en Napoléon le destructeur de la féodalité", alors qu’il n’en est plus de même aujourd’hui, avec "le refus officiel en 2005 de célébrer Austerlitz, la disparition des programmes d’histoire… La raison ? Bonaparte a rétabli l’esclavage en 1802."

mercredi 11 juin 2014

“Histoire et politique”

“Histoire et politique”

Communication de M. Jean Tulard, membre de l’Académie des sciences morales et politiques lors de la séance du 2 juin 2014
« L’historien ne se trompe jamais ou du moins rarement ; l’homme politique se trompe souvent, en tout cas parfois. C’est la différence entre l’histoire, une science exacte, et la politique, un art incertain, […] L’historien ne se trompe pas car il est le prophète du passé. Il décrit les événements d’hier. […] Le politique, lui, fait l’histoire, se trouve confronté au présent et doit prévoir l’avenir. Quelle voie choisir ? S’il se trompe, outre les conséquences d’une mauvaise décision, l’erreur sera relevée par l’historien et transmise par ses soins à la postérité. Le politique peut-il l’accepter ? » a expliqué l’historien. Et de poursuive, comme en réponse à cette interrogation, en estimant que « le fait nouveau de la fin du XXe siècle, c’est la loi par laquelle le politique impose sa vérité à l’historien. » Un constat que ce spécialiste de Napoléon a, outre les « lois mémorielles », étayé par « le bicentenaire de la naissance de Napoléon en 1969 [qui] se passe dans un relatif consensus, le parti communiste citant Marx qui voyait en Napoléon le destructeur de la féodalité », alors qu’il n’en est plus de même aujourd’hui, avec « le refus officiel en 2005 de célébrer Austerlitz, la disparition des programmes d’histoire… La raison ? Bonaparte a rétabli l’esclavage en 1802. »

mercredi 11 juin 2014

Fondations de l'Institut de France : un engagement ancien au service de nouveaux défis

Fondations de l’Institut de France : un engagement ancien au service de nouveaux défis

Entretien avec Gabriel de Broglie, chancelier de l’Institut de France
À l’occasion de la cérémonie de remise des Grands prix des fondations de l’Institut de France, le chancelier a précisé que ces distinctions n’avaient pas seulement une visée honorifique, mais également une vocation opérationnelle. Il s’agit en effet de récompenser et soutenir des hommes et des femmes qui, chacun dans leur domaine, contribuent par leur action à l’intérêt général et au bien commun.

vendredi 6 juin 2014

... | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 |...