Accueil 

Mots-clés

Académie des sciences morales et politiques

Autres groupes de mots-clés

Académie des sciences morales et politiques


Articles

L'action extérieure de la France : entre ambition et réalisme

L’action extérieure de la France : entre ambition et réalisme

Entretien avec l’historien Georges Henri-Soutou, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
En 2019, l’Académie des sciences morales et politiques a consacré ses travaux à « L’action extérieure de la France ». Aujourd’hui rassemblées en un volume publié par les Presses universitaires de France (PUF), les quelque trente communications de ce cycle examinent l’ensemble des domaines qui concourent au rang d’un pays sur la scène internationale : la diplomatie bien sûr mais aussi, les capacités militaires, l’économie, la culture, les sciences, le droit, etc. De la sorte, l’ouvrage brosse un tableau saisissant des enjeux géopolitiques contemporains. Tout en décryptant les lignes de force de l’actualité internationale, Georges-Henri Soutou, maître d’œuvre de ce programme en tant que président de l’Académie pour l’année 2019, explique que cette réflexion collective fait émerger un impératif : élaborer, pour notre pays, une stratégie réaliste, tenant compte de nos moyens, sans céder ni au déni ni au dénigrement.

vendredi 8 janvier 2021

“Le pouvoir médical”

“Le pouvoir médical”

Par Jean-François Mattei, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, président de l’Académie de médecine
Dans cet exposé, le Professeur Jean-François Mattéi explore les évolutions du rapport que le médecin entretient avec le patient et avec la société. S’agissant de cette dernière, il étudie plus particulièrement six mutations modifiant profondément cette relation : la révolution scientifique, l’émergence de l’éthique, la perte de la confiance absolue dans les médecins, le développement des nouvelles technologies de l’information et de la communication, l’installation de la pensée dite postmoderne et la médicalisation croissante de la vie.

mercredi 23 décembre 2020

Le tableau d'honneur : Philippe Levillain se souvient de l'école d'autrefois

Le tableau d’honneur : Philippe Levillain se souvient de l’école d’autrefois

Entretien avec Philippe Levillain, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
“Ce récit est le remerciement que j’adresse, avec presque soixante-dix ans de retard, à tous mes professeurs du lycée Michel de Montaigne à Bordeaux.” C’est ainsi que l’historien Philippe Levillain présente le livre qu’il consacre à ses souvenirs de collégien des années 50 : Le Tableau d’honneur (Éditions Sud-Ouest, septembre 2020). Au fil de portraits ciselés et d’anecdotes savoureuses, c’est le portrait de l’école d’autrefois qu’il brosse. “Nos professeurs nous demandaient beaucoup d’efforts, mais toujours ils nous encourageaient, nous assuraient que nous étions capables de progresser et réussir. Ils voulaient que nous donnions le meilleur de nous-mêmes. Ils savaient que les années d’enfance et de jeunesse sont décisives et croyaient au pouvoir du travail, de l’instruction et du savoir”, explique-t-il, sans nostalgie mais avec une grande gratitude.

mardi 13 octobre 2020

Raconter Pierre Laval

Raconter Pierre Laval

par Renaud Meltz, lauréat du prix Maurice Baumont de l’Académie des sciences morales et politiques
Auteur d’une biographie célébrée de Pierre Laval publiée en 2018, Renaud Meltz, professeur à l’université de Haute Alsace, évoque les raisons qui l’ont poussé à écrire ce livre et signale les échos que la personnalité de Pierre Laval trouve dans le monde politique actuel. Décrivant les passions de Laval pour l’argent, le pouvoir et les succès politiques, l’historien résume le parcours heurté qui mena cette figure trouble au pouvoir et aux pires formes de la collaboration. Une analyse foisonnante et largement renouvelée du personnage le plus détesté de l’histoire de France.

mardi 6 octobre 2020

“Un pouvoir reçu d'en haut ?”

“Un pouvoir reçu d’en haut ?”

Communication de Mgr Rougé, évêque de Nanterre, devant l’Académie des sciences morales et politiques, le 23 septembre 2020
“Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu”. Cette formule de Jésus que l’on trouve dans les évangiles, entrée dans le langage commun, est habituellement considérée comme “l’alpha et l’oméga” de la doctrine chrétienne. Mais, comme le rappelle Mgr Rougé, évêque de Nanterre, elle est pourtant loin d’épuiser la conception catholique du pouvoir temporel, de sa légitimité et de son rôle.

mardi 29 septembre 2020

Exploration culturelle de la “Planète catholique”

Exploration culturelle de la “Planète catholique”

Entretien avec le géographe Jean-Robert Pitte, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques
Dans son dernier ouvrage (La Planète catholique, Editions Tallandier, 2020), Jean-Robert Pitte, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques, dresse une “géographie culturelle” du catholicisme. Bien sûr, il y rappelle comment se répartissent les catholiques à la surface du globe. Mais, de façon très sensible, vivante et accessible, il cartographie aussi des paysages intérieurs, expliquant combien les valeurs et les croyances catholiques ont façonné une manière singulière d’habiter le monde, de vivre, aimer, travailler, bâtir, manger, boire, dormir et bien sûr de mourir.

mardi 29 septembre 2020

Endettement et création monétaire : de trompeuses illusions

Endettement et création monétaire : de trompeuses illusions

Entretien avec Jacques de Larosière, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Pour atténuer les effets délétères du ralentissement économique provoqué par la crise sanitaire mondiale, de nombreux États ont recouru à une politique de relâchement budgétaire quitte à aggraver considérablement leur endettement. Pour Jacques de Larosière, ancien directeur du Fonds monétaire international (FMI) et gouverneur de la Banque de France, ce comportement s’inscrit toutefois dans un glissement plus ancien : “Dès 2019, avant même que ne frappe la pandémie, la dette globale - publique et privée - atteignait 230% du PIB mondial, marquant un record historique en temps de paix”. Afin de faire face à cette situation inédite, la tentation est forte de recourir à la création monétaire. Comme il l’écrivait déjà dans un précédent ouvrage (Les lames de fond se rapprochent, Éditions Odile Jacob, mai 2017), tout porte cependant à croire que cette attitude consiste à sacrifier l’avenir au présent en se berçant de trompeuses illusions dont le coût pourrait se révéler prohibitif pour les générations à venir. D’où son appel à placer les politiques de l’après-crise sous le signe de la responsabilité et du réel.

mardi 21 juillet 2020

Actuels parce qu'éternels : les grands mythes gréco-romains

Actuels parce qu’éternels : les grands mythes gréco-romains

Entretien avec Pierre Brunel, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Preuve que notre imaginaire reste profondément marqué par la mythologie gréco-latine, nous parlons très naturellement de force herculéenne, de comportements narcissiques, de paroles sibyllines, de projets prométhéens… Mais connaissons-nous vraiment les mythes qui ont forgé ce vocabulaire ? Rien n’est moins sûr ! Afin d’apporter un remède à cette amnésie, Pierre Brunel, professeur émérite de littérature comparée et membre de l’Académie des sciences morales et politiques, a récemment publié un ouvrage de vulgarisation sur la mythologie antique (Les Grands mythes pour les nuls, Éditions First, 2020). Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il souligne notamment combien “la connaissance de ces mythes, loin de représenter un simple enrichissement culturel, permet, en confrontant l’antique et le moderne, de puiser des éléments de réflexion qui éclaire les questionnements les plus actuels”.

mercredi 15 juillet 2020

« La Mer Noire : haut lieu commercial dans l'Antiquité »

« La Mer Noire : haut lieu commercial dans l’Antiquité »

Par Thibaut Castelli, lauréat du Prix de la Fondation des travaux historiques et scientifiques, avec le soutien de l’Académie des Sciences morales et politiques.
Située entre l’Ukraine, la Russie, la Géorgie, la Turquie mais aussi la Roumanie et la Bulgarie, la Mer Noire constitue un vaste bassin propice au commerce international, aujourd’hui indispensable à l’Europe. Dans sa thèse Recherches sur les échanges économiques des cités grecques du littoral de la Mer Noire du Ve au Ier siècle avant J.C., Thibaut Castelli remonte aux origines de ces échanges en analysant les premières relations économiques des cités grecques de l’Ouest de la Mer Noire. Son travail se fonde sur une approche aux dimensions multiples, croisant l’étude des récits historiques et géographiques anciens, la numismatique, l’analyse des timbres amphoriques et l’usage de technologies de pointe pour l’archéologie, comme celles permettant l’étude des grains de blé carbonisés. Sa maîtrise d’un grand nombre de langues (le roumain, le bulgare, le russe) a permis au jeune chercheur une collaboration fructueuse avec les chercheurs locaux.

mardi 16 juin 2020

Pandémie de Covid-19 : quelles conséquences géopolitiques ?

Pandémie de Covid-19 : quelles conséquences géopolitiques ?

Entretien avec Thierry de Montbrial, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
En raison de son amplitude mondiale, la pandémie de Covid-19 aura nécessairement des conséquences sur l’ordre international et les rapports de forces géopolitiques. Mais lesquelles ? Les collapsologues y voient le facteur déclenchant de l’effondrement de la société industrielle, les souverainistes une nouvelle preuve de l’incurie de l’Union européenne, les européistes une confirmation de l’impuissance des États nationaux, les populistes l’amorce de la fin de la mondialisation, les déclinistes, une nouvelle preuve de notre déclin… Loin de ces prophéties univoques, Thierry de Montbrial, président de l’Institut français des relations internationales, nous invite à “déconfiner” notre réflexion, à la libérer de tout enfermement idéologique de façon à saisir, avec finesse et réalisme, la complexité radicale de notre monde.

mardi 12 mai 2020

La Chine face à l'épidémie de Covid-19

La Chine face à l’épidémie de Covid-19

Entretien avec la sinologue Marianne Bastid-Bruguière, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Depuis que l’épidémie de Covid-19 s’est déclenchée en Chine, ce pays se trouve au cœur d’un grand nombre de questions et probablement aussi d’une forte interrogation sur les responsabilités de la crise mondiale en cours. Les dirigeants chinois ont-ils bien géré l’épidémie ? Ont-ils fait preuve de transparence et d’esprit de coopération ou ont-ils, au contraire, cherché à dissimuler la gravité de la situation à leurs partenaires étrangers ? Et quelles sont les conséquences possibles de cette épreuve sur l’évolution du régime, sur sa diplomatie et son économie ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles Marianne Bastid-Bruguière répond dans un entretien enregistré alors que la France entre dans sa quatrième de confinement.

mercredi 15 avril 2020

<i>Réinventer les aurores</i> : plaidoyer pour la République

Réinventer les aurores : plaidoyer pour la République

Entretien avec le grand rabbin Haim Korsia, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
“Jamais les crépuscules ne vaincront les aurores / Étonnons-nous des soirs mais vivons les matins.” Ces deux vers d’Apollinaire donnent son ton et son titre au livre qu’Haïm Korsia, grand rabbin de France et membre de l’Académie des sciences morales et politiques, consacre au malaise français et aux moyens de le surmonter (Réinventer les aurores, Fayard 2020). Quand certains doutent, se résignent ou se désolent, cet ancien aumônier général israélite, se souvient de la devise volontariste de l’armée de l’air : “Unis pour faire face”. Puisant dans la sagesse immémoriale des textes bibliques et talmudiques il propose au pays une espérance active. Pour Haïm Korsia, il existe bel et bien, pour la France, une voie de renouveau : retrouver le dynamisme d’un idéal républicain capable de se réinventer au cœur même des crises.

mercredi 8 avril 2020

Santé : le grand bouleversement

Santé : le grand bouleversement

Entretien avec le professeur Jean-François Mattei, ancien ministre de la Santé et membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Alors que la France affronte à son tour la pandémie de Coronavirus qui frappe la planète, le professeur Mattei fait part de sa conviction que “nous serons capables de surmonter cette épreuve” mais aussi d’en tirer les enseignements en rompant notamment avec les écueils court-termistes et individualistes qui caractérisent la postmodernité. Auteur d’un récent ouvrage consacré aux défis, à la fois technologiques et éthiques, posés à la médecine (Santé, le grand bouleversement, Editions Les Liens qui Libèrent, 2020), il exprime sa foi dans le maintien du lien de confiance qui, depuis toujours, unit le médecin au malade et à la société tout entière.

mardi 31 mars 2020

Quelle place pour la protection internationale des minorités dans la période d'entre-deux guerres ?

Quelle place pour la protection internationale des minorités dans la période d’entre-deux guerres ?

Par Benjamin Lloret, lauréat du prix René Cassin décerné par l’Académie des Sciences Morales et Politique pour sa thèse La protection internationale des minorités. Le regard de la doctrine française de l’entre-deux guerres.
A l’issue d’un parcours universitaire en droit international public et en histoire du droit, Benjamin Lloret se consacre à la réalisation d’une thèse de doctorat dans le cadre d’une cotutelle internationale entre l’université Paris 2 Panthéon Assas et l’université barcelonaise Pompeu Fabra. À travers ce travail, intitulé La protection internationale des minorités. Le regard de la doctrine française de l’entre-deux guerres, le jeune juriste étudie la manière dont la SDN, nouvellement créée, traite de la question de la protection des minorités, au cœur de cette courte et intense période de reconstitution politique du monde moderne. Bien que l’entre-deux guerres constitue une période centrale dans la construction et consolidation du droit international, ainsi que dans la protection des droits de l’Homme, cette période ne commence que très récemment à être étudiée par les juristes du droit international.

mardi 24 mars 2020

Guérir les “vérités devenues folles”

Guérir les “vérités devenues folles”

Entretien avec le philosophe Rémi Brague, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Critique impitoyable de son époque, Gilberth Keith Chersterton voyait dans les valeurs du monde moderne des “vérités devenues folles” parce qu’elles avaient été déracinées du terreau spirituel antique et médiéval qui leur donnait vigueur, équilibre et cohérence. Dans un recueil de conférences prononcées outre-atlantique (Des vérités devenues folles, Editions Salavatore, 2019) le philosophe Rémi Brague s’inscrit dans le sillage du célèbre écrivain anglais. Loin de s’en tenir à une vaine dénonciation des écueils contemporains, l’auteur, spécialiste de la philosophie médiévale, y propose de “sauver les vertus, les idées ou les vérités que le projet moderne a conduites à la folie, en retrouvant la forme prémoderne de ces bonnes choses”. Car, oui, il est possible de guérir les “vérités devenues folles”…

mardi 24 mars 2020

“L'Islam et le pouvoir”

“L’Islam et le pouvoir”

Par Rémi Brague, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Après avoir rappelé qu’en arabe quinze termes désignent le pouvoir avec un éventail de sens allant de la capacité d’agir jusqu’à l’influence, l’autorité judiciaire, la domination, l’auteur a toutefois souli-gné qu’une formule rituelle résume la conception islamique du pouvoir : « Il n’est de force et de puissance qu’en Dieu ». L’important est le contexte : si la formule connote l’échec des hommes à maîtriser les événements, elle est ambiguë, car elle signifie tout à la fois « en Dieu » et « par le moyen de Dieu ». Tout le problème est là : comment peut-il y avoir dans le monde créé par Dieu un autre pouvoir que celui de Dieu ? Et au cas où il existerait, comment s’articule-t-il avec le pouvoir de Dieu ?

mardi 17 mars 2020

“La transmission du pouvoir dans la Bible”

“La transmission du pouvoir dans la Bible”

Par Haïm Korsia, membre de l’Académie
On a parfois l’impression que la Bible est une histoire de guerre du pouvoir. Qu’est-ce que le pouvoir dans la Bible ? C’est la capacité d’un homme ou d’un groupe d’hommes et de femmes à conduire les Hébreux vers le destin que le Créateur leur a proposé, à définir les moyens d’y parvenir, à édicter et faire respecter les règles pour accomplir ce projet divin. Le pouvoir est donc un pouvoir de droit divin. Mais de quel pouvoir s’agit-il ? De pouvoir spirituel ? matériel ? politique ? S’agit-il de dominer, diriger, guider ?

mardi 10 mars 2020

“Peut-il y avoir encore un pouvoir souverain ?”

“Peut-il y avoir encore un pouvoir souverain ?”

Communication de M. Olivier Beaud, professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas à l’Académie des sciences morales et politiques
Toute une littérature juridique actuelle nous invite à penser un État post-moderne, un néo-constitutionnalisme mondial mais Olivier Beaud estime, à l’instar de son confrère britannique Martin Loughlin, que la figure de l’État n’est ni périmée ni moribonde et que la théorie de État reste pour l’instant sans alternative, n’ayant perdu ni son objet, ni son territoire. Certes, le pouvoir souverain évolue en droit et en fait. En droit, il n’est plus imperméable : l’État accepte de voir son pouvoir limité au profit d’une autorité européenne ou internationale. Il est plus menacé par les faits : l’État est-il encore capable de transcender les forces économiques et sociales qui le menaceraient dans sa souveraineté ? Une logique de réseaux supplanterait donc une logique de territoires. Toutefois, pour Olivier Beaud, tant que le pouvoir souverain n’est pas menacé en droit, seul son non-usage pourrait comporter le risque de conduire à son abandon. Mais ceci relève de la politique.

mardi 3 mars 2020

“Raymond Aron : pouvoir et puissance”

“Raymond Aron : pouvoir et puissance”

Communication de M. Jean-Claude Casanova, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Après avoir souligné que toute l’œuvre de Raymond Aron, de l’Introduction à la philosophie de l’Histoire à Guerres entre les nations à Guerres entre les nations ou Penser la guerre, est dominée par les questions de pouvoir et, surtout, de puissance, l’orateur s’est attaché à établir ce qui distingue la puissance du pouvoir ; d’analyser ce qui fait de la rivalité des puissances le concept clé de l’ordre international ; enfin, d’examiner si ce paradigme explicatif demeure valide aujourd’hui.

mardi 28 janvier 2020

“Le concept de pouvoir”

“Le concept de pouvoir”

Communication de Jean Baechler, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
L’orateur souligne que le pouvoir est présent dans toutes les aventures humaines, du couple aux sphères du pouvoir politique. Toute relation de pouvoir combine quatre moments : une volonté équipée d’un argument, l’obéissance, la désobéissance, la sanction. Dès lors, il s’agit de comprendre les ressorts de l’obéissance. Ils sont au nombre de trois : il y a la peur, qui instaure une relation de pouvoir de l’ordre de la puissance, la fascination qui établit une relation de pouvoir fondée sur l’autorité et, enfin, le calcul qui induit un troisième mode de pouvoir : celui de la direction. Le pouvoir est donc un espace à trois dimensions : puissance, autorité, direction. A partir de cette définition, on peut identifier trois régimes politiques : le régime autocratique fondé sur une relation de puissance, la hiérocratie fondée sur l’autorité et la démocratie fondée sur la direction.

lundi 13 janvier 2020

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...