Accueil 

Mots-clés

Académie des sciences morales et politiques

Autres groupes de mots-clés

Académie des sciences morales et politiques


Articles

Pandémie de Covid-19 : quelles conséquences géopolitiques ?

Pandémie de Covid-19 : quelles conséquences géopolitiques ?

Entretien avec Thierry de Montbrial, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
En raison de son amplitude mondiale, la pandémie de Covid-19 aura nécessairement des conséquences sur l’ordre international et les rapports de forces géopolitiques. Mais lesquelles ? Les collapsologues y voient le facteur déclenchant de l’effondrement de la société industrielle, les souverainistes une nouvelle preuve de l’incurie de l’Union européenne, les européistes une confirmation de l’impuissance des États nationaux, les populistes l’amorce de la fin de la mondialisation, les déclinistes, une nouvelle preuve de notre déclin… Loin de ces prophéties univoques, Thierry de Montbrial, président de l’Institut français des relations internationales, nous invite à “déconfiner” notre réflexion, à la libérer de tout enfermement idéologique de façon à saisir, avec finesse et réalisme, la complexité radicale de notre monde.

mardi 12 mai 2020

La Chine face à l'épidémie de Covid-19

La Chine face à l’épidémie de Covid-19

Entretien avec la sinologue Marianne Bastid-Bruguière, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Depuis que l’épidémie de Covid-19 s’est déclenchée en Chine, ce pays se trouve au cœur d’un grand nombre de questions et probablement aussi d’une forte interrogation sur les responsabilités de la crise mondiale en cours. Les dirigeants chinois ont-ils bien géré l’épidémie ? Ont-ils fait preuve de transparence et d’esprit de coopération ou ont-ils, au contraire, cherché à dissimuler la gravité de la situation à leurs partenaires étrangers ? Et quelles sont les conséquences possibles de cette épreuve sur l’évolution du régime, sur sa diplomatie et son économie ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles Marianne Bastid-Bruguière répond dans un entretien enregistré alors que la France entre dans sa quatrième de confinement.

mercredi 15 avril 2020

<i>Réinventer les aurores</i> : plaidoyer pour la République

Réinventer les aurores : plaidoyer pour la République

Entretien avec le grand rabbin Haim Korsia, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
“Jamais les crépuscules ne vaincront les aurores / Étonnons-nous des soirs mais vivons les matins.” Ces deux vers d’Apollinaire donnent son ton et son titre au livre qu’Haïm Korsia, grand rabbin de France et membre de l’Académie des sciences morales et politiques, consacre au malaise français et aux moyens de le surmonter (Réinventer les aurores, Fayard 2020). Quand certains doutent, se résignent ou se désolent, cet ancien aumônier général israélite, se souvient de la devise volontariste de l’armée de l’air : “Unis pour faire face”. Puisant dans la sagesse immémoriale des textes bibliques et talmudiques il propose au pays une espérance active. Pour Haïm Korsia, il existe bel et bien, pour la France, une voie de renouveau : retrouver le dynamisme d’un idéal républicain capable de se réinventer au cœur même des crises.

mercredi 8 avril 2020

Santé : le grand bouleversement

Santé : le grand bouleversement

Entretien avec le professeur Jean-François Mattei, ancien ministre de la Santé et membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Alors que la France affronte à son tour la pandémie de Coronavirus qui frappe la planète, le professeur Mattei fait part de sa conviction que “nous serons capables de surmonter cette épreuve” mais aussi d’en tirer les enseignements en rompant notamment avec les écueils court-termistes et individualistes qui caractérisent la postmodernité. Auteur d’un récent ouvrage consacré aux défis, à la fois technologiques et éthiques, posés à la médecine (Santé, le grand bouleversement, Editions Les Liens qui Libèrent, 2020), il exprime sa foi dans le maintien du lien de confiance qui, depuis toujours, unit le médecin au malade et à la société tout entière.

mardi 31 mars 2020

Quelle place pour la protection internationale des minorités dans la période d'entre-deux guerres ?

Quelle place pour la protection internationale des minorités dans la période d’entre-deux guerres ?

Par Benjamin Lloret, lauréat du prix René Cassin décerné par l’Académie des Sciences Morales et Politique pour sa thèse La protection internationale des minorités. Le regard de la doctrine française de l’entre-deux guerres.
A l’issue d’un parcours universitaire en droit international public et en histoire du droit, Benjamin Lloret se consacre à la réalisation d’une thèse de doctorat dans le cadre d’une cotutelle internationale entre l’université Paris 2 Panthéon Assas et l’université barcelonaise Pompeu Fabra. À travers ce travail, intitulé La protection internationale des minorités. Le regard de la doctrine française de l’entre-deux guerres, le jeune juriste étudie la manière dont la SDN, nouvellement créée, traite de la question de la protection des minorités, au cœur de cette courte et intense période de reconstitution politique du monde moderne. Bien que l’entre-deux guerres constitue une période centrale dans la construction et consolidation du droit international, ainsi que dans la protection des droits de l’Homme, cette période ne commence que très récemment à être étudiée par les juristes du droit international.

mardi 24 mars 2020

Guérir les “vérités devenues folles”

Guérir les “vérités devenues folles”

Entretien avec le philosophe Rémi Brague, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Critique impitoyable de son époque, Gilberth Keith Chersterton voyait dans les valeurs du monde moderne des “vérités devenues folles” parce qu’elles avaient été déracinées du terreau spirituel antique et médiéval qui leur donnait vigueur, équilibre et cohérence. Dans un recueil de conférences prononcées outre-atlantique (Des vérités devenues folles, Editions Salavatore, 2019) le philosophe Rémi Brague s’inscrit dans le sillage du célèbre écrivain anglais. Loin de s’en tenir à une vaine dénonciation des écueils contemporains, l’auteur, spécialiste de la philosophie médiévale, y propose de “sauver les vertus, les idées ou les vérités que le projet moderne a conduites à la folie, en retrouvant la forme prémoderne de ces bonnes choses”. Car, oui, il est possible de guérir les “vérités devenues folles”…

mardi 24 mars 2020

“L'Islam et le pouvoir”

“L’Islam et le pouvoir”

Par Rémi Brague, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Après avoir rappelé qu’en arabe quinze termes désignent le pouvoir avec un éventail de sens allant de la capacité d’agir jusqu’à l’influence, l’autorité judiciaire, la domination, l’auteur a toutefois souli-gné qu’une formule rituelle résume la conception islamique du pouvoir : « Il n’est de force et de puissance qu’en Dieu ». L’important est le contexte : si la formule connote l’échec des hommes à maîtriser les événements, elle est ambiguë, car elle signifie tout à la fois « en Dieu » et « par le moyen de Dieu ». Tout le problème est là : comment peut-il y avoir dans le monde créé par Dieu un autre pouvoir que celui de Dieu ? Et au cas où il existerait, comment s’articule-t-il avec le pouvoir de Dieu ?

mardi 17 mars 2020

“La transmission du pouvoir dans la Bible”

“La transmission du pouvoir dans la Bible”

Par Haïm Korsia, membre de l’Académie
On a parfois l’impression que la Bible est une histoire de guerre du pouvoir. Qu’est-ce que le pouvoir dans la Bible ? C’est la capacité d’un homme ou d’un groupe d’hommes et de femmes à conduire les Hébreux vers le destin que le Créateur leur a proposé, à définir les moyens d’y parvenir, à édicter et faire respecter les règles pour accomplir ce projet divin. Le pouvoir est donc un pouvoir de droit divin. Mais de quel pouvoir s’agit-il ? De pouvoir spirituel ? matériel ? politique ? S’agit-il de dominer, diriger, guider ?

mardi 10 mars 2020

“Peut-il y avoir encore un pouvoir souverain ?”

“Peut-il y avoir encore un pouvoir souverain ?”

Communication de M. Olivier Beaud, professeur à l’Université Paris II Panthéon-Assas à l’Académie des sciences morales et politiques
Toute une littérature juridique actuelle nous invite à penser un État post-moderne, un néo-constitutionnalisme mondial mais Olivier Beaud estime, à l’instar de son confrère britannique Martin Loughlin, que la figure de l’État n’est ni périmée ni moribonde et que la théorie de État reste pour l’instant sans alternative, n’ayant perdu ni son objet, ni son territoire. Certes, le pouvoir souverain évolue en droit et en fait. En droit, il n’est plus imperméable : l’État accepte de voir son pouvoir limité au profit d’une autorité européenne ou internationale. Il est plus menacé par les faits : l’État est-il encore capable de transcender les forces économiques et sociales qui le menaceraient dans sa souveraineté ? Une logique de réseaux supplanterait donc une logique de territoires. Toutefois, pour Olivier Beaud, tant que le pouvoir souverain n’est pas menacé en droit, seul son non-usage pourrait comporter le risque de conduire à son abandon. Mais ceci relève de la politique.

mardi 3 mars 2020

“Raymond Aron : pouvoir et puissance”

“Raymond Aron : pouvoir et puissance”

Communication de M. Jean-Claude Casanova, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Après avoir souligné que toute l’œuvre de Raymond Aron, de l’Introduction à la philosophie de l’Histoire à Guerres entre les nations à Guerres entre les nations ou Penser la guerre, est dominée par les questions de pouvoir et, surtout, de puissance, l’orateur s’est attaché à établir ce qui distingue la puissance du pouvoir ; d’analyser ce qui fait de la rivalité des puissances le concept clé de l’ordre international ; enfin, d’examiner si ce paradigme explicatif demeure valide aujourd’hui.

mardi 28 janvier 2020

“Le concept de pouvoir”

“Le concept de pouvoir”

Communication de Jean Baechler, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
L’orateur souligne que le pouvoir est présent dans toutes les aventures humaines, du couple aux sphères du pouvoir politique. Toute relation de pouvoir combine quatre moments : une volonté équipée d’un argument, l’obéissance, la désobéissance, la sanction. Dès lors, il s’agit de comprendre les ressorts de l’obéissance. Ils sont au nombre de trois : il y a la peur, qui instaure une relation de pouvoir de l’ordre de la puissance, la fascination qui établit une relation de pouvoir fondée sur l’autorité et, enfin, le calcul qui induit un troisième mode de pouvoir : celui de la direction. Le pouvoir est donc un espace à trois dimensions : puissance, autorité, direction. A partir de cette définition, on peut identifier trois régimes politiques : le régime autocratique fondé sur une relation de puissance, la hiérocratie fondée sur l’autorité et la démocratie fondée sur la direction.

lundi 13 janvier 2020

« <i>Sapere aude</i> ! Le renseignement, une politique nationale indispensable et exigeante »

« Sapere aude ! Le renseignement, une politique nationale indispensable et exigeante »

Communication de Philippe Hayez, ancien directeur adjoint de la Direction Générale de la DGSE, professeur à Sciences Po.
Après avoir rappelé que par la loi du 24 juillet 2015, le législateur a reconnu une “politique publique de renseignement” l’orateur a examiné successivement trois questions permettant de démontrer que celle-ci peut être “tout autant un art qu’une science politique”. Pourquoi renseigner ? Comment renseigner en démocratie ? A quelles conditions peut-on continuer de s’appuyer sur le renseignement ? De la sorte, il exprime une conviction : instrument nécessaire à la survie des démocraties, le renseignement reste un outil corrosif voire dangereux auquel il faut accorder une attention exigeante, sans répulsion ni fascination.

lundi 6 janvier 2020

“L'Allemagne en surfusion. Le temps des incertitudes et des recompositions”

“L’Allemagne en surfusion. Le temps des incertitudes et des recompositions”

Communication de Georges-Henri Soutou devant l’Académie des sciences morales et poli-tiques
Pour l’orateur, l’Allemagne qui a été un extraordinaire laboratoire politico-idéologique depuis le XIXe siècle est sans doute en train de le redevenir. En effet, depuis les années 1990, l’Allemagne réunifiée paraissait être devenue un modèle de démocratie libérale apaisée, ouverte sur les évolutions de la société et le monde, faisant de l’économie sociale de marché un modèle envié par toute l’Europe. Toutefois, depuis la crise de 2008 et ses conséquences, ce modèle est remis en cause et la vie politique du pays est devenue imprévisible, telle un corps en surfusion qui attend une nouvelle cristallisation réorganisatrice.

mardi 17 décembre 2019

“ Les interventions militaires de la France sont-elles encore utiles et efficaces ?”

“ Les interventions militaires de la France sont-elles encore utiles et efficaces ?”

Communication du général Henri Bentegeat , ancien chef d’état-major des armées, devant l’Académie des sciences morales et politiques
L’orateur part du constat que, pour une série de raisons de diverses natures, l’interventionnisme déployé depuis 25 ans par notre pays est aujourd’hui jugé risqué et coûteux pour des résultats incertains. C’est la question de l’efficacité voire de l’utilité et de l’acceptabilité de nos engagements qui est posée. Y répondre est une impérieuse nécessité car, comme l’avait bien perçu Clausewitz, lorsqu’une nation est confrontée à la guerre, une communion parfaite entre le Prince, le Chef militaire et le Peuple s’impose.

mardi 10 décembre 2019

“La France, puissance polaire”

“La France, puissance polaire”

Communication de M Hervé Gaymard, ancien ministre, président du conseil départemental de Savoie, devant l’Académie des sciences morales et politiques
Dans cette intervention, l’orateur éclaire les enjeux et dresse les lignes de force de ce que pourrait être une politique polaire de la France, appelée à assumer son rôle de puissance polaire lors de sa présidence de la Réunion des Parties consultatives sur le Traité sur l’Antarctique (RCTA) en juin 2021. Il estime indispensable que la France se dote d’un Livre Blanc clarifiant ses positions et qu’elle décline une politique ambitieuse de recherche polaire car “les questions polaires constituent donc une partie intégrante d’une politique globale de la France”.

lundi 2 décembre 2019

“La France et les Nations Unies : une histoire critique”

“La France et les Nations Unies : une histoire critique”

Communication Alain Dejammet, Ambassadeur de France devant l’Académie des sciences morales et politiques
L’ancien ambassadeur de France aux Nations Unies souligne la distance qui existe entre la légende dorée et la réalité des relations entre la France et les Nations Unies. Cette légende serait due à la fortune actuelle du multilatéralisme dont la France serait la championne et au fait que l’ONU en serait le théâtre désigné, ce qui consacrerait l’idée d’un couple franco-onusien. Or, selon lui, la réalité est plus complexe…

lundi 25 novembre 2019

“La planète ne va pas si mal !”

“La planète ne va pas si mal !”

Allocution de Jean-Robert Pitte, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques.
Le géographe s’exprimait lors de l’édition 2019 des “Conversations chez M. Thiers”.

lundi 14 octobre 2019

“L'acte II d'Emmanuel Macron”

“L’acte II d’Emmanuel Macron”

Allocution d’Alain Duhamel, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Le politologue et journaliste s’exprimait lors de l’édition 2019 des “Conversations chez M. Thiers”.

lundi 14 octobre 2019

“L'Europe, l'euro et le dollar”

“L’Europe, l’euro et le dollar”

Allocution de Jean-Claude Trichet, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Le gouverneur honoraire de la Banque de France s’exprimait lors de l’édition 2019 des “Conversations chez M. Thiers”.

lundi 7 octobre 2019

“Napoléon et l'Europe”

“Napoléon et l’Europe”

Allocution de Jean Tulard, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
L’historien, spécialiste reconnu de l’Empire, s’exprimait lors de l’édition 2019 des “Conversations chez M. Thiers”.

lundi 7 octobre 2019

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...