Accueil 

Mots-clés

Académie des sciences

Autres groupes de mots-clés

Académie des sciences


Articles

“L'opinion et la crédulité”

“L’opinion et la crédulité”

Communication de Gérald Bronner, professeur de sociologie, Université Paris-Diderot
Par son intervention, l’orateur s’est penché sur les causes du vif contraste existant entre les espoirs nourris, au début des années 2000, en l’avènement de “sociétés du savoir” grâce à la généralisation d’Internet et l’écho favorable que rencontrent aujourd’hui les théories du complot et plus généralement un certain nombre de discours irrationnels. Décrivant les caractéristiques d’un marché de l’information désormais dérégulé, il a souligné combien celui-ci favorisait les “minorités active” motivées à faire entendre leurs convictions et faisait primer l’instantanéité sur le recul dans le traitement de l’information. De façon plus grave, il a également mis en garde contre les dangers de la “démagogie cognitive” qui permet à certains acteurs d’exploiter les biais cognitifs auxquels nous sommes tous sujets. D’où la conviction que la lutte contre la crédulité passe, de façon déterminante, par une meilleure connaissance des failles de notre cerveau dans la réception et l’analyse des informations qui lui sont proposées de façon massive.

mercredi 9 janvier 2019

“L'opinion et la crédulité”

“L’opinion et la crédulité”

Communication de Gérald Bronner, professeur de sociologie, Université Paris-Diderot
Par son intervention, l’orateur s’est penché sur les causes du vif contraste existant entre les espoirs nourris, au début des années 2000, en l’avènement de “sociétés du savoir” grâce à la généralisation d’Internet et l’écho favorable que rencontrent aujourd’hui les théories du complot et plus généralement un certain nombre de discours irrationnels. Décrivant les caractéristiques d’un marché de l’information désormais dérégulé, il a souligné combien celui-ci favorisait les “minorités active” motivées à faire entendre leurs convictions et faisait primer l’instantanéité sur le recul dans le traitement de l’information. De façon plus grave, il a également mis en garde contre les dangers de la “démagogie cognitive” qui permet à certains acteurs d’exploiter les biais cognitifs auxquels nous sommes tous sujets. D’où la conviction que la lutte contre la crédulité passe, de façon déterminante, par une meilleure connaissance des failles de notre cerveau dans la réception et l’analyse des informations qui lui sont proposées de façon massive.

mercredi 9 janvier 2019

Adolphe Godin de Lepinay, “l'homme oublié du Canal de Panama”

Adolphe Godin de Lepinay, “l’homme oublié du Canal de Panama”

Entretien avec Bernard Meunier, membre de l’Académie des sciences
Dans la mémoire française, le canal de Panama reste associé à un gigantesque ratage et surtout à un scandale politico-financier qui ruina les épargnants français et faillit même emporter la IIIe République. Or, comme le révèle Bernard Meunier, membre de l’Académie des sciences, cet immense gâchis aurait pu être évité si, dès le démarrage du chantier, les promoteurs du projet avaient retenu la solution technique du barrage à écluses qu’adopteront finalement les Américains et qui avait été proposée dès le début par un ingénieur français aussi discret que brillant : Adolphe Godin de Lepinay. En retraçant le parcours professionnel de celui-ci, l’auteur ne rend pas seulement justice à “l’homme oublié du Canal de Panama” (CNRS Éditions, 2018), il ressuscite tout une époque, portant son regard sur “la France de la seconde moitié du XIXe siècle, celle du développement des chemins de fer, des infrastructures, de l’industrie, de la période encore heureuse de l’expansion européenne, avant que ce continent ne sombre dans la folie des deux guerres mondiales”.

mercredi 9 janvier 2019

Charlène Selva, lauréate du prix Paul-Bertrand, G. Deflandre et M. Deflandre-Rigaud, Jean Cuvillier décerné par l'Académie des sciences : parcours d'une jeune chercheuse en biologie animale

Charlène Selva, lauréate du prix Paul-Bertrand, G. Deflandre et M. Deflandre-Rigaud, Jean Cuvillier décerné par l’Académie des sciences : parcours d’une jeune chercheuse en biologie animale

Issue d’une formation en paléontologie, Charlène Selva a réalisé une thèse au Museum national d’histoire naturelle destinée à mieux comprendre la morphologie et la fonction du système vestibulaire de l’oreille interne des mammifères souterrains. Partageant sa passion pour le monde inattendu de ces petits animaux, elle relate les aspects variés d’une première recherche, entre contacts humains et recherche de financement, séjour au synchrotron de Grenoble et collaborations internationales.

jeudi 20 décembre 2018

Conversations chez M. Thiers

Conversations chez M. Thiers

« Le savoir scientifique et son avenir », par Catherine Bréchignac, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences
Animées par François d’Orcival, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, organisées à la Fondation Dosne-Thiers à l’occasion des journées du patrimoine 2018 (2e partie).

mercredi 24 octobre 2018

Conversations chez M. Thiers

Conversations chez M. Thiers

« Nutrition, santé, microbiologie » par Pascale Cossart, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences.
Rencontres animées par François d’Orcival, (Académie des sciences morales et politiques), organisées à la Fondation Dosne-Thiers à l’occasion des journées du patrimoine 2018.

mercredi 17 octobre 2018

Conversations chez M. Thiers

Conversations chez M. Thiers

« Subconscience et cerveau » par Yves Agid, membre de l’Académie des sciences.
Rencontres animées par François d’Orcival, (Académie des sciences morales et politiques), organisées à la Fondation Dosne-Thiers à l’occasion des journées du patrimoine 2018.

mercredi 17 octobre 2018

Transition énergétique : relever le défi de l'approvisionnement en matière première

Transition énergétique : relever le défi de l’approvisionnement en matière première

Entretien avec Ghislain de Marsily, membre de l’Académie des sciences et Bernard Tardieu, membre de l’Académie des technologies
“Porteur de grands espoirs, le remplacement progressif des énergies fossiles par des énergies n’émettant pas de gaz à effet de serre ne sera toutefois pas sans conséquence sur l’usage qui sera fait d’autres ressources naturelles de la planète, en particulier des ressources minières”. C’est l’une des conclusions d’un rapport conjoint des Académies des sciences et des technologies. Comme l’expliquent MM. Ghislain de Marsily, et Bernard Tardieu, coordinateurs de ce travail, la transition énergétique va en effet entraîner une consommation accrue de nombreuses matières premières jusqu’ici peu exploitées comme les fameux métaux rares. Elle nécessite donc la mise en place d’une stratégie visant à conjurer les risques que représenteraient l’instabilité des cours de matière première, l’émergence de monopoles ou encore le lancement d’exploitations minières insuffisamment maîtrisées avec des conséquences inacceptables pour la santé. Réalisé pour éclairer les pouvoirs publics et souligner les atouts dont dispose la France grâce aux ressources présente dans son sous-sol, ce rapport mérite d’être consulté aussi par les citoyens car, comme le soulignent les auteurs, les défis de la transition énergétique ne pourront être relevés sans une adhésion collective aux décisions retenues.

mardi 2 octobre 2018

Homaira Nawabi, lauréate 2018 de la Fondation NRJ pour les neurosciences présente ses recherches sur la réparation du système nerveux

Homaira Nawabi, lauréate 2018 de la Fondation NRJ pour les neurosciences présente ses recherches sur la réparation du système nerveux

Homaira Nawabi dirige une équipe de recherche à l’Institut des neurosciences à Grenoble. Avec cette dernière, elle s’intéresse à la réparation des circuits nerveux. Elle a notamment mis au point un modèle de régénérescence à longue distance qui ouvre la voie à de nouvelles questions émergentes dans le domaine. Récemment plusieurs travaux, dont ceux de son équipe, ont permis la croissance axonale à longue distance dans le système nerveux central après lésion, permettant d’espérer un retour fonctionnel. Ces résultats, extrêmement prometteurs, ont toutefois mis en exergue les défis à relever : peut-on guider correctement ces axones vers leurs cibles ? Peuvent-ils reformer des circuits fonctionnels ? En effet, une partie des axones en cours de repousse innervent de façon anarchique certains territoires, pouvant conduire à des effets néfastes.

mercredi 5 septembre 2018

Mélodie Duval, présente sa thèse sur “la protéine ribosomique S1 au carrefour de la traduction et de l'expression des gènes”

Mélodie Duval, présente sa thèse sur “la protéine ribosomique S1 au carrefour de la traduction et de l’expression des gènes”

Cette thèse, couronnée du prix Madeleine Lecoq décerné par l’Académie des sciences, montre que la protéine ribosomique S1 permet d’ouvrir les structures secondaires des ARNm avant traduction et qu’elle est un élément essentiel du dégradosome, la structure qui dégrade les ARN, deux résultats tout à fait originaux. Depuis sa thèse, elle est en stage post-doctoral à l’Institut Pasteur à Paris dans l’unité des Interactions Bactéries-Cellules, où elle cherche à comprendre la régulation des gènes chez la bactérie Listeria monocytogenes. Elle a déjà isolé et caractérisé un nouveau gène de résistance à la lincomycine, un antibiotique naturellement présent dans le sol.

jeudi 5 juillet 2018

L'évolution du vivant et de la biodiversité - Des mondes fossiles à la biodiversité contemporaine

L’évolution du vivant et de la biodiversité - Des mondes fossiles à la biodiversité contemporaine

Conférence débat de l’Académie des sciences

L’immense majorité des organismes et espèces qui ont vécu sur notre planète sont éteints, parfois fossiles, et leurs caractères morphologiques hérités homologues et partagés avec des espèces actuelles permettent de retracer, à l’aide des sciences du Vivant et des sciences de la Terre, leur histoire de vie ou leurs relations de parenté avec une relative précision. Les progrès dans ces domaines ont permis d’évaluer l’importance relative des fluctuations de la biodiversité au cours des temps géologiques (le "temps long") en fonction des grands évènements physiques majeurs qui ont rythmé son histoire. Ils ont aussi permis d’affiner nos connaissances sur les environnements où ont vécu ces organismes disparus, apportant des informations sur les grand cycles biogéochimiques (carbone, calcium, soufre) qui ont contraint les climats et les environnements au cours de l’histoire de la vie. La biologie des organismes actuels permet parfois de définir des "proxies", des modèles grâce auxquels il est possible d’inférer dans une certaine mesure les caractéristiques des organismes fossiles qui leurs sont les plus étroitement apparentés. Par ailleurs, les nouvelles technologies d’imagerie et de biogéochimie permettent maintenant de reconstituer les tissus mous dont les traces sont exceptionnellement conservées dans les sédiments à la faveur de films bactériens, parfois avec une remarquable fidélité. Cette séance de l’Académie des sciences montrera comment les sciences du Vivant éclairent l’approche historique des sciences de la Terre, et réciproquement.

Retrouvez l’intégralité du Colloque sur le site de l’Académie des sciences : http://www.academie-sciences.fr/fr/Colloques-conferences-et-debats/evolution-vivant-et-biodiversite-mondes-fossiles.html


mercredi 20 juin 2018

« Recherche thérapeutique et modèles animaux »

« Recherche thérapeutique et modèles animaux »

Colloque de l’Académie des sciences

Séance commune Académie des sciences - Académie nationale de Pharmacie, en présence de Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

Est-il possible de créer de nouveaux médicaments sans valider leur activité et connaitre leur toxicité potentielle sans utilisation de modèles animaux pertinents et efficaces ? Comment et pourquoi a été mis en place une réglementation internationale sur l’utilisation des modèles animaux en recherche préclinique ? Les progrès des sciences moléculaires permettent-ils de s’affranchir des étapes réglementaires actuelles faisant obligation de démontrer la pertinence pharmacologique avec un modèle animal ? Comment connaitre la toxicité potentielle d’un candidat-médicament comme la tératogénicité autrement que sur un modèle animal ? Voici quelques-unes des questions qui seront abordées lors de cette séance biacadémique sur la recherche thérapeutique et l’utilisation de modèles animaux.


mercredi 30 mai 2018

Origines de l'Homme, origines d'un homme

Origines de l’Homme, origines d’un homme

Yves Coppens présente ses Mémoires professionnelles
“Faire étalage de ma vie personnelle n’est pas dans mon habitude”, confie le paléoanthropologue Yves Coppens. Au travers de ses propres Mémoires, et à la lumière des découvertes qui ont rythmé sa vie de sa Bretagne natale aux terres africaines qu’il a tant aimées, ce sont, en quelque sorte, les Mémoires de l’humanité que nous restitue ici Yves Coppens, en conjuguant savoir scientifique et convictions humanistes.

jeudi 8 mars 2018

Hugo Duminil, présente ses recherches sur la “Modélisation mathématique de phénomènes physiques.”

Hugo Duminil, présente ses recherches sur la “Modélisation mathématique de phénomènes physiques.”

Le prix Jacques Herbrand 2017 a été décerné par l’Académie des sciences à Hugo Duminil-Copin, professeur à l’Institut des hautes études scientifiques à Bures-sur-Yvette. Comme le précisait l’Académie, “les travaux remarquables en physique statistique de Hugo Duminil-Copin concernent les transitions de phases pour le modèle d’Ising et les modèles de Potts. Ces modèles classiques et l’étude de leur comportement au voisinage du point critique ont été parmi les thèmes centraux de la physique mathématique depuis 60 ans. Hugo Duminil-Copin et ses collaborateurs ont apporté des preuves mathématiques attendues depuis de nombreuses décennies à des questions fondamentales sur ces transitions de phase, comme la détermination de la valeur de certaines températures critiques ou la continuité/discontinuité de la transition de phase en fonction du modèle considéré.”

jeudi 8 mars 2018

Le Spectre d'Atacama d'Alain Connes

Le Spectre d’Atacama d’Alain Connes

Un roman d’aventures mathématiques
Qu’est-ce que le spectre lumineux capté par l’observatoire d’Atacama au Chili ? Un message extraterrestre, un aléa quantique ou une pure illusion ? Telle est l’énigme que devront résoudre, à travers mille rebondissements et péripéties dignes des aventures de Tintin ou des histoires de Jules Verne, les personnages du roman écrit par le mathématicien Alain Connes, membre de l’Académie des sciences, avec la complicité de son épouse et de son ancien directeur de thèse (Le Spectre d’Atacama, Éditions Odile Jacob, 2018). Hymne à l’esprit scientifique, cette quête aux confins des mathématiques et de la métaphysique est aussi une sévère mise en garde contre la tentation d’aliéner la liberté humaine à des machines prétendument intelligentes.

jeudi 1er mars 2018

Lutte contre le réchauffement climatique : 3 ans pour agir !

Lutte contre le réchauffement climatique : 3 ans pour agir !

Entretien avec le climatologue Jean Jouzel, membre de l’Académie des sciences
“La machine climatique est en train de s’emballer dangereusement. Il ne nous reste que 3 ans pour inverser la courbe des émissions de gaz à effet de serre si nous voulons éviter aux jeunes d’aujourd’hui un climat auquel il leur serait difficile, voire impossible, de s’adapter.” Fort de cette conviction, Jean Jouzel, ancien vice-président du groupe scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), propose, dans un ouvrage écrit conjointement avec l’économiste Pierre Larrouturou (Pour éviter le chaos climatique et financier, Odile Jacob, 2017), la création d’un “Pacte européen pour le climat d’un montant de 1000 milliards”. Inquiets mais pas fatalistes, ils estiment en effet qu’il n’est pas encore trop tard pour agir, à condition toutefois de se donner vraiment les moyens d’un sursaut collectif qui, selon eux, permettrait non seulement de diviser par 4 les émissions de CO2, mais aussi de dégonfler la bulle financière et créer plus de 5 millions d’emplois.

jeudi 8 février 2018

Benoit Meyssignac présente ses travaux en océanographie spatiale

Benoit Meyssignac présente ses travaux en océanographie spatiale

Benoit Meyssignac, chercheur au laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales (Legos) de Toulouse est le lauréat 2017 du prix Christian Le Provost décerné par l’Académie des sciences. Après des études à l’École polytechnique et un passage au CNES dans le domaine de l’orbitographie, Benoit Meyssignac a rejoint l’équipe d’Anny Cazenave au LEGOS à Toulouse, pour y démarrer une carrière de chercheur océanographe. Pendant sa thèse, dans les années qui ont suivi, il est allé chercher dans l’océan des éléments pour mieux quantifier le rôle du déséquilibre radiatif de la planète en réponse aux gaz à effet de serre. En quelques années Benoit Meyssignac est devenu l’un des experts mondialement reconnus de ce domaine qu’il a su aborder à la fois par l’observation, l’analyse de processus, et la modélisation climatique. Auteur ou co-auteur de 39 publications, c’est un jeune chercheur extrêmement brillant qui inscrit sa démarche dans la continuité du travail de Christian Le Provost lui-même.

vendredi 2 février 2018

La communication au cœur du vivant

La communication au cœur du vivant

Entretien avec Joël Bockaert, membre de l’Académie des sciences
“Homo sapiens, animal social par excellence, s’est longtemps cru seul à même de communiquer. Mais la parole n’est pas le seul mode de communication. Tous les êtres vivants, bactéries, champignons, plantes, invertébrés et vertébrés, mais aussi chacune de leurs cellules, pratiquent une communication chimique souvent très élaborée, d’une remarquable élégance et d’une redoutable efficacité, et la communication par ondes - radio ou sonores, voire lumineuses - ne l’est pas moins”, explique Joël Bockaert, membre de l’Académie des sciences, dans son dernier ouvrage (La Communication du vivant, Éditions Odile Jacob). Mais, pour ce spécialiste des communications cellulaires, la situation actuelle n’en constitue pas moins une révolution. En effet, l’omniprésence des outils de communication dans notre environnement ne modifie pas seulement le fonctionnement de nos sociétés mais la façon dont notre cerveau communique et se structure.

jeudi 18 janvier 2018

Un autre regard sur la catastrophe de la Montagne Pelée

Un autre regard sur la catastrophe de la Montagne Pelée

Jean-Paul Poirier éclaire d’un jour nouveau l’explosion volcanique qui, le 8 mai 1902 causa la mort de 29.000 personnes à la Martinique.

jeudi 14 décembre 2017

Comprendre et maîtriser l'informatisation du monde

Comprendre et maîtriser l’informatisation du monde

Entretien avec l’informaticien Gérard Berry, membre de l’Académie des sciences
L’informatique est désormais omniprésente dans nos vies, transformant profondément la plupart des activités humaines, et peut-être jusqu’à la nature même de nos sociétés, en plaçant l’information au cœur de celles-ci. Dans son dernier ouvrage (L’Hyperpuissance de l’informatique, Éditions Odile Jacob, 2017) Gérard Berry, membre de l’Académie des sciences et professeur au Collège de France où il occupe la chaire Algorithmes, machines et réseaux, s’attache à donner les outils intellectuels nécessaires pour comprendre ce nouveau monde. Avec une conviction forte : l’essor de l’informatique exige que nous nous dotions d’un nouveau schéma mental, différent de ceux issus des sciences et techniques liées au monde physique.

jeudi 30 novembre 2017

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...