Accueil 

Mots-clés

Académie des inscriptions et belles-lettres

Autres groupes de mots-clés

Académie des inscriptions et belles-lettres


Articles

Les rites romains formaient une véritable religion !

Les rites romains formaient une véritable religion !

Entretien avec l’historien John Scheid, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
Longtemps, la religion des Romains a été présentée comme un culte civique, une sorte de religion laïque exprimant davantage l’allégeance aux institutions qu’un véritable sens du sacré. Dans un récent ouvrage (Rites et religion à Rome, CNRS Éditions, 2019) l’historien John Scheid, professeur émérite au Collègue de France et membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, s’élève contre cette vision résultant, selon lui, d’une longue incapacité à concevoir qu’au même titre que le dogme dans d’autres religions, les rites romains produisaient des énoncés religieux et un véritable ordre du monde.

mardi 23 juin 2020

<i>Saint Dominique de l'ordre des frères prêcheurs</i>

Saint Dominique de l’ordre des frères prêcheurs

Entretien avec l’historienne Nicole Bériou, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
Si saint François d’Assise participe d’un imaginaire familier à la plupart des Européens, son contemporain saint Dominique reste une figure méconnue. Afin de réparer cet injuste oubli, les historiens Nicole Bériou et Bernard Hodel ont récemment publié une somme commentée des témoignages écrits consacrés au fondateur de l’ordre des Prêcheurs, aujourd’hui appelés Dominicains (Saint Dominique de l’ordre des frères prêcheurs, Editions du Cerf, 2019). Au fil des textes traduits du latin et de l’italien ancien, on découvre un homme soucieux d’apporter des réponses originales aux défis de son temps : exacerbation des rivalités religieuses, montée de l’inquiétude spirituelle et morale, tensions sociales, contestation des élites et de l’ordre établi. Si bien que, comme souvent s’agissant des figures médiévales, il nous apparaît tout à la fois lointain et très proche de nous.

mardi 10 mars 2020

Jaune : histoire d'une couleur mal-aimée

Jaune : histoire d’une couleur mal-aimée

Entretien avec Michel Pastoureau au sujet du nouvel opus de son histoire des couleurs
Pourquoi donc le jaune est-il aujourd’hui la couleur la moins aimée des couleurs de base, loin derrière le bleu, le rouge ou le vert ? Pour Michel Pastoureau, qui lui consacre le nouveau volume de sa monumentale histoire des couleurs (Jaune. Histoire d’une couleur, Le Seuil, 2019), la réponse ne se trouve pas tant dans notre rétine que dans les profondeurs de notre imaginaire historique et symbolique. En effet, après avoir été célébré comme une couleur quasi sacrée dans l’Antiquité, le jaune a amorcé son déclin au Moyen Âge qui en a fait un symbole de maladie et de félonie avant que la sobriété chromatique promue par la Réforme protestante et les valeurs bourgeoises du XIXe siècle ne le rejettent en dehors de la bienséance. Pourtant un jaune positif persiste : celui des artistes d’avant-garde tels que les Fauves et bien sûr celui du célèbre “maillot jaune”. Michel Pastoureau se garde donc bien d’enterrer définitivement cette couleur en attente de rédemption. Comme en témoigne la soudaine irruption des “gilets jaunes” dans le champ politique et social, l’histoire des couleurs se poursuit sous nos yeux, si bien que le jaune est peut-être une couleur d’avenir.

mardi 28 janvier 2020

<i>Dictionnaire des saints et grands témoins du christianisme</i> : un outil contre l'amnésie historique (et spirituelle)

Dictionnaire des saints et grands témoins du christianisme : un outil contre l’amnésie historique (et spirituelle)

Entretien avec André Vauchez, de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
Noms de communes, d’hôpitaux, de gares, de rues et de stations de métro, sans oublier un nombre encore très important de prénoms usuels et de patronymes… Les noms des saints chrétiens em-plissent notre vie quotidienne et sont si familiers à nos oreilles que l’on ne s’interroge plus guère sur la vie qui fut la leur. Le Dictionnaire des saints et grandes figures du christianisme récemment pu-blié par les éditions du CNRS sous la direction d’André Vauchez et de Jean-Robert Armogathe, respectivement membre et correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, permet de remédier à cette amnésie. En 1400 pages, l’ouvrage présente les vies réelles de quelque 300 saints et figures marquantes des différentes églises chrétiennes des premiers siècles de notre ère à nos jours. Si bien que, par petite touche, biographie après biographie, c’est aussi une histoire de la sainteté - voire de la notion plus laïque d’exemplarité - qu’il nous propose. Témoins de leur foi et de leur temps, les saints d’hier et d’aujourd’hui portent aussi témoignage de l’évolution de nos sociétés.

lundi 20 janvier 2020

Le petit monde d'Aixônè : un dème antique à la loupe

Le petit monde d’Aixônè : un dème antique à la loupe

Par Delphine Ackermann, lauréate du prix Raymond Lantier décerné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres
Les citoyens athéniens étaient très attachés à leur dème, circonscription administrative de la cité et élément fondamental de leur identité. Comment la vie quotidienne s’y déroulait-elle ? Delphine Ackermann a mené à bien une démarche de microhistoire pour saisir toutes les facettes de l’existence ordinaire des habitants d’Aixônè, situé à quinze kilomètres de la ville d’Athènes. Exposant sa méthode et ses sources, elle évoque la description des lieux par certains voyageurs des XVIIe et XVIIIe siècles, les résultats des fouilles archéologiques et l’intérêt considérable des inscriptions épigraphiques, qui renseignent l’historien dans une grande variété de domaines. Vie politique, fonctionnement institutionnel, activités productives, célébrations religieuses, relations avec le reste du monde grec : c’est tout un pan de l’histoire antique qui se dévoile.

lundi 20 janvier 2020

Un nouveau regard sur Hermès Trismégiste et l'hermétisme

Un nouveau regard sur Hermès Trismégiste et l’hermétisme

Entretien avec Jean-Pierre Mahé, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
On a longtemps considéré que les textes épars produits pendant près de six cents ans, depuis le début de l’âge hellénistique jusqu’au troisième siècle de notre ère, sous le nom d’Hermès Trismé-giste constituaient une philosophie constellée de contradictions née de la rencontre tumultueuse entre les traditions grecques, égyptiennes et hébraïques. Dans un récent ouvrage (Hermès Trismé-giste. Paralipomènes Tome V, Les Belles Lettres, 2019) prolongeant, grâce à de nouvelles sources, notamment coptes et arméniennes, les travaux accomplis, dans les années 40 et 50, par son con-frère André-Jean Festugière, Jean-Pierre Mahé propose une interprétation différente : ces écrits n’exposeraient pas un système philosophique, mais une voie, c’est-à-dire une progression mentale, où les valeurs s’affirment et se transforment à chaque étape au fil d’une remontée vers l’intellect divin.

mardi 17 décembre 2019

Voyages à Jérusalem : expériences médiévales de la diversité proche-orientale

Voyages à Jérusalem : expériences médiévales de la diversité proche-orientale

par Camille Rouxpetel, historienne, lauréate de la médaille Jeanbernat et de Ferrari Doria de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
Dans son ouvrage L’Occident au miroir de l’Orient chrétien. Cilicie, Syrie, Palestine et Égypte (XIIe - XIVe siècle), Camille Rouxpetel étudie les relations nouées en Terre Sainte entre chrétiens d’Orient, chrétiens d’Occident et musulmans à la période mamelouke, dans les derniers siècles du Moyen Âge. Ayant travaillé à partir de récits de voyage pour saisir dans toutes ses dimensions l’expérience vécue par les pèlerins et les missionnaires débarquant à Jérusalem, elle montre en quoi les archives franciscaines locales et les fouilles archéologiques lui ont permis de saisir plus en détail le mélange des populations. Voyageuse elle-même, lors de ses séjours dans la ville sainte, la chercheuse a dû composer avec ses propres impressions face aux croisements et aux tensions propres à ce lieu unique.

mardi 17 décembre 2019

L'Europe, le monde et l'histoire

L’Europe, le monde et l’histoire

Entretien avec Serge Gruzinski, lauréat 2019 du Prix Paule Dumesnil, décerné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres
Le 29 novembre dernier, l’historien Serge Gruzinski a reçu le Prix Paule Dumesnil, décerné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres, “pour l’ensemble de son œuvre sur la colonisation en Amérique, et en particulier pour son dernier ouvrage intitulé : La machine à remonter le temps. Quand l’Europe s’est mise à écrire l’histoire du monde” (Editions Fayard, 2017). Dans cet ouvrage, comme dans l’entretien qu’il nous a accordé, il s’appuie sur la colonisation du Mexique par Hernan Cortès pour mener une réflexion plus vaste sur la façon dont l’Europe, entrant dans la modernité, s’est mise à écrire l’histoire du monde. Comme il l’explique, ces événements éclairent singulièrement le défi que représente, pour notre continent, le sentiment de n’être plus le centre de l’histoire mondiale.

mardi 10 décembre 2019

“Renaissance de Notre-Dame de Paris”

“Renaissance de Notre-Dame de Paris”

Allocutions de Xavier Darcos, de l’Académie française, chancelier de l’Institut de France, et Michel Zink, de l’Académie française et secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
Ces allocutions ont été prononcées à l’occasion de l’édition 2019 des “Conversations chez M. Thiers”

lundi 14 octobre 2019

Étendre la justice du roi, construire l'État

Étendre la justice du roi, construire l’État

Par Pierre-Anne Forcadet, historien du droit, lauréat la 1ère Médaille de la Commission des Antiquités de la France décernée sur approbation de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
Le “siècle de saint Louis” est celui du déploiement nouveau d’une justice royale hiérarchisée et professionnelle. Plusieurs réformes successives permettent aux sujets du royaume d’avoir accès à la justice. L’appel judiciaire au parlement royal se systématise contre les jugements de justices concurrentes et scelle la supériorité de la justice royale, que l’on commence à qualifier de « souveraineté ». Les recours sont alors portés, pour une large part, contre le roi lui-même et ceux de ses agents qui commettent des exactions, mais également par les hommes contre leurs seigneurs laïcs ou ecclésiastiques. La justice royale apparaît de manière croissante comme un régulateur des relations féodales. Étendant son influence, elle participe à l’instauration d’un État de droit. La 1ère médaille de la commission des Antiquités de la France, a été décernée en 2019 à Pierre-Anne Forcadet, maître de conférences en histoire du droit à l’université d’Orléans, sur approbation de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, pour son ouvrage Conquestus fuit domino regi. Le recours au roi d’après les arrêts du Parlement de Paris (1223-1285), paru chez De Boccard en 2018.

lundi 16 septembre 2019

Romulus, jumeau et roi : un récit mythologique indo-européen ?

Romulus, jumeau et roi : un récit mythologique indo-européen ?

Entretien avec Dominique Briquel, correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
Et si la légende de Romulus représentait la version romaine d’une antique tradition indo-européenne relatant l’émergence de l’humanité civilisée sous la forme d’une société tripartite dans laquelle les fonctions spirituelle, guerrière et productive coopèrent pour rompre avec le chaos originel ? C’est l’hypothèse stimulante formulée par Dominique Briquel à l’issue d’une vaste étude de mythologie comparée mettant en lumière les similitudes existant entre l’histoire de la fondation de Rome et d’autres récits, essentiellement issus des mythologies iraniennes, arméniennes et scandinaves.

mardi 3 septembre 2019

Un autre regard sur la prédication au Moyen Âge

Un autre regard sur la prédication au Moyen Âge

Entretien avec Nicole Bériou, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
Comment être écouté et se faire entendre des simples gens ? Comment les entretenir efficacement de Dieu, des anges et des saints ? Comment les inciter à une authentique conversion ? Ces questions sont celles que se posaient les prédicateurs du Moyen Âge, dont la médiéviste Nicole Bériou souligne, dans un récent ouvrage (Religion et Communication, Éditions Droz, 2018), la volonté de parvenir à l’excellence dans l’art oratoire. En révélant notamment leur constant souci d’innovation, elle nous invite à porter “un autre regard sur la prédication Moyen Âge”, mais aussi sur l’ensemble de cette période, décidément plus inventive qu’on a longtemps voulu le dire.

lundi 1er juillet 2019

<i>Condamner à mort au Moyen Âge</i>

Condamner à mort au Moyen Âge

Entretien avec Claude Gauvard, professeur émérite d’histoire du Moyen Âge à l’université Paris
“Entre la rémission qui crée une mort fictive et le petit nombre d’individus jugés irrécupérables dans le royaume, sans compter la place importante des résolutions négociées, il est probable que les exécutions ont été moins fréquentes que ne le laisse supposer l’image d’un Moyen Âge violent et sanguinaire”, écrit Claude Gauvard, lauréate du Prix du Budget décerné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres pour son ouvrage Condamner à mort au Moyen Âge (PUF, 2018). En explorant la façon dont étaient prononcées les peines capitales en France du XIIIe au XVe siècle, elle souligne que cette pratique n’a jamais été anodine. Elle met aussi en lumière combien la condamnation à mort comme peine publique découle de l’idée, empruntée au droit romain, qu’aucun crime ne doit rester impuni parce qu’il lèse la chose publique avant de léser la partie adverse. Si bien que la condamnation à mort aurait été, conjointement avec la grâce, un instrument au service du pouvoir royal et étatique alors en cours d’affirmation.

mardi 23 avril 2019

Une vie au service de la protohistoire

Une vie au service de la protohistoire

Rencontre avec Jean Guilaine, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
“Je mesure le privilège que j’ai eu de disposer de tout mon temps pour prospecter, fouiller, voyager, rapporter, écrire, enseigner et, bien sûr, appréhender ce basculement fondamental qu’assumèrent nos semblables en devenant agriculteurs”, confie l’archéologue Jean Guilaine dans ses Mémoires d’un protohistorien (Éditions Odile Jacob, mars 2019). Riches en péripéties, ses mémoires professionnels sont aussi un plaidoyer en faveur de l’archéologie et le récit d’un combat pour faire connaître et reconnaître l’importance des dix millénaires qui ont conduit des ultimes sociétés de chasseurs-cueilleurs jusqu’au monde urbanisé antique.

lundi 15 avril 2019

Histoire et légendes de Bouvines

Histoire et légendes de Bouvines

Entretien avec Dominique Barthélemy, correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
La bataille de Bouvines, remportée le 27 juillet 1214 par le roi Philippe Auguste sur un empereur allemand, un comte de Flandre et d’autres coalisés financés par l’Angleterre est sans conteste l’un des actes fondateurs de la dynastie capétienne et l’un des épisodes les plus célèbres du “roman national” français. Du XIIIe siècle jusqu’à nos jours, elle a été l’objet de multiples légendes que l’historien médiéviste Dominique Barthélemy confronte à la réalité des faits. À l’issue d’une enquête fouillée (La bataille de Bouvines. Histoire et légendes, Éditions Perrin, 2018), il décrit un affronte-ment certainement plus modeste et moins épique que celui construit et enrichi au gré des nécessi-tés politiques. Mais de la sorte, il clôt moins un dossier qu’il ne nous invite à poursuivre la réflexion sur l’idée que les Français se font d’eux-mêmes.

lundi 25 février 2019

Le loup dans l'imaginaire européen

Le loup dans l’imaginaire européen

Entretien avec Michel Pastoureau, membre correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
“Entre chien et loup”, “avoir une faim de loup”, “marcher à pas de loup”, “se jeter dans la gueule du loup”… Notre langage courant a conservé la trace de l’importance qu’a eue le loup dans l’imaginaire européen. Comme l’explique Michel Pastoureau, auteur d’une récente histoire culturelle du loup (Le Seuil, 2018), durant des siècles ce fauve nocturne n’a pas seulement peuplé nos campagnes : il a aussi hanté nos pensées suscitant la peur et l’exécration. Du loup Fenrir, destructeur du panthéon no rdique aux loups lubriques des dessins animés de Tex Avery, sans oublier les innombrables contes, légendes et récits de loups-garous, cette histoire du loup est aussi la nôtre.

lundi 4 février 2019

L'art du sous-entendu

L’art du sous-entendu

Entretien avec Laurent Pernot, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
Notre époque prétend apprécier particulièrement le franc-parler, le langage direct, voire le “parler cash”… Il n’en reste pas moins que, comme le remarque Laurent Pernot, professeur à l’université de Strasbourg et spécialiste du discours antique, dans un récent ouvrage (L’Art du sous-entendu, Fayard 2018) “nous vivons environnés de sous-entendus et nous ne nous en rendons pas compte. À l’instar du Monsieur Jourdain de Molière, qui disait de la prose sans le savoir, nous émettons des messages à double sens et décryptons ceux qu’autrui nous adresse sans même y prendre garde”. On aurait probablement tort de le déplorer car, de l’Antiquité à nos jours, le sous-entendu enrichit considérablement le langage en même temps qu’il permet de se jouer des interdits posés par la bienséance, le politiquement correct et la censure.

jeudi 13 décembre 2018

L'invention de l'alphabet arménien : une épopée spirituelle

L’invention de l’alphabet arménien : une épopée spirituelle

Entretien avec Jean-Pierre Mahé, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres

En 405, le moine Mesrop Machtots inventait l’alphabet arménien. Comme le rappelle Jean-Pierre Mahé, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, dans un récent ouvrage consacré à cette aventure intellectuelle, politique et surtout spirituelle (L’alphabet arménien dans l’histoire et la mémoire, Les Belles Lettres, 2018), il s’agit “de l’événement historique qui a le plus marqué le destin du peuple arménien et qui a déterminé sa survie, en dépit des nombreuses catastrophes qui se sont abattues sur lui”. Réflexion sur la place de l’écrit dans l’essor et la pérennité des nations et des civilisations, cet ouvrage présente aussi une épopée humaine, contée ici avec verve et passion par Jean-Pierre Mahé qui a choisi de clore son entretien avec un extrait de chants religieux arméniens.

Grigor Narekatsi, Tagher, Erévan 2018 copyright : "Narekatsi" arvesti miutyun ténor : Gevorg Hunanyan soprano : Anna Mayilyan


mercredi 28 novembre 2018

Les secrets du vin

Les secrets du vin

Entretien avec Yves-Marie Bercé, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
Le vin fait tellement partie de notre culture que nous croyons tous le connaître. Mais est-ce si vrai ? Dans son dernier ouvrage, Yves Marie Bercé parvient à nous révéler quelques secrets que nous ignorions encore. En trente chapitres aussi variés, surprenants et plaisants que les vins de France et d’ailleurs, il illustre combien ce breuvage familier est certes le résultat d’un savoir-faire mais aussi d’une étonnante alchimie dans laquelle l’histoire, la géographie, la culture, et même le sacré, occupent une place prépondérante.

mercredi 21 novembre 2018

Saint Homebon, “père des pauvres et patron des tailleurs”

Saint Homebon, “père des pauvres et patron des tailleurs”

André Vauchez analyse le culte rendu à ce premier laïc non noble canonisé au Moyen Âge
« Au XIIe siècle, alors qu’il avait reçu et manipulé une grande quantité d’argent, un marchand de la ville de Crémone vit ses mains devenir noires et rester telles après avoir été lavées. Inquiet, il alla voir son directeur de conscience, qui lui rappela alors la parole du Christ au jeune homme riche : “Va, vends tout ce qui tu possèdes et donne-le aux pauvres.” » C’est à la suite de ce prodige que, selon son hagiographie, le riche négociant Homebon de Crémone changea de vie en devenant pieux et généreux envers les pauvres, au point d’être canonisé par Innocent III en 1199, deux ans seulement après sa mort. Dans un récent ouvrage, l’historien médiéviste Andrez Vauchez tire de l’oubli où elle était tombée la vie de ce saint, choisi comme protecteur par la corporation des tailleurs. Il souligne aussi combien le culte qui lui est rendu illustre les inflexions du regard porté par l’Église sur l’argent, le commerce et le travail au fil du Moyen Âge.

mercredi 12 septembre 2018

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...