Accueil 

Mots-clés

Académie des inscriptions et belles-lettres

Autres groupes de mots-clés

Académie des inscriptions et belles-lettres


Articles

Bérets noirs, bérets rouges

Bérets noirs, bérets rouges

Michel Zink, de l’Académie française et secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, présente son dernier roman.
Un notable lyonnais sexagénaire reçoit un professeur parisien septuagénaire à la recherche de son enfance lyonnaise et du mystère entourant un frère et une sœur, dont il était proche lors de ses années passées au Lycée du Parc. Tel est le point de départ du roman que vient de publier Michel Zink, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres : Bérets noirs, bérets rouges (Éditions de Fallois, 2018). Au fil de leurs échanges, les souvenirs refont surface pour se fondre peu à peu dans la mémoire collective. Aux joies et drames intimes de la jeunesse se mêlent bientôt d’autres tragédies comme la guerre et la Libération, l’Indochine et l’Algérie pour brosser un tableau doux amer de la France des années cinquante.

mercredi 30 mai 2018

Diplomatie et “relations internationales” au Moyen Âge

Diplomatie et “relations internationales” au Moyen Âge

Entretien avec Jean-Marie Mœglin, correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
Si le terme même de “relations internationales” suppose, par définition, l’existence de nations, il n’en est pas moins vrai qu’avant leur émergence, les puissants entretenaient entre eux des relations suivies, notamment marquées par la nécessité de résoudre leurs conflits. C’est à l’exploration de ces relations que nous invitent Jean-Marie Moeglin et Stéphane Péquignot avec leur ouvrage Diplomatie et “relations internationales” au Moyen Âge. De la décomposition de l’Empire de Charlemagne à la Renaissance, cette magistrale synthèse dévoile les étapes qui ont permis l’émergence progressive de nouvelles pratiques diplomatiques encore en vigueur de nos jours.

jeudi 22 février 2018

“Naissance et sources de l'opinion publique”.

“Naissance et sources de l’opinion publique”.

Communication de Philippe Contamine, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres
Parce qu’il est convenu que ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle que l’opinion publique est identifiée en tant que telle dans les sociétés occidentales, faut-il renoncer à appliquer cette notion aux “hautes époques” ? Tel n’est pas la conviction de Philippe Contamine qui souligne que la période médiévale offre de ce point de vue un poste d’observation intéressant. Tout porte, a priori, à contester la réalité d’une opinion publique médiévale en présence d’une population massivement illettrée, dispersée et soumise à un dominium clérical et féodal, dont le seul mode d’expression aurait été la révolte. Ph. Contamine a cependant relevé que depuis une génération, les historiens médiévistes utilisaient couramment le concept d’opinion publique, particulièrement face à des épisodes de crise, comme ceux qui jalonnent la guerre de Cent Ans. Ils s’intéressent, pour cela, aux rumeurs, cris, doléances, ou encore à la propagande. Ainsi lors de la mobilisation du tiers état par Philippe le Bel dans le cadre de sa lutte contre le pape Boniface VIII en 1303. Le monarque avait en effet envoyé des commissaires dans les provinces, pour expliquer son attitude et recueillir l’adhésion de ses sujets, parvenant ainsi à créer un véritable courant d’opinion publique. D’où une nouvelle question : “Entre la ‘commune renommée’ des années 1400 et l’opinion des années 1900, le changement est-il de degré ou de nature ? Serait-on passé des premiers vagissements à la pleine maturité ou plutôt d’un régime politique à l’autre ?”

jeudi 25 janvier 2018

Charles Guérin présente La Voix de la vérité. Témoin et témoignage dans les tribunaux romains du premier siècle avant J.-C.

Charles Guérin présente La Voix de la vérité. Témoin et témoignage dans les tribunaux romains du premier siècle avant J.-C.

Fidèles à l’une de leurs missions fondatrices, l’Institut et les Académies décernent chaque année des centaines de prix et de bourses à des chercheurs ou à des créateurs qui voient ainsi leur travail distingué. Dans sa nouvelle rubrique, « À tout prix », Canal Académie leur donne la parole, avec une attention particulière portée aux plus jeunes d’entre eux. Cette semaine, Charles Guérin présente son ouvrage consacré au rôle du témoin dans les procès de la Rome républicaine (La voix de la vérité, Éditions Les Belles Lettres, 2015, 432 p.). Ce travail de recherche lui a valu de se voir décerner le prix Georges Perrot décerné par l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

jeudi 18 janvier 2018

Réhabilitation de Charles VII

Réhabilitation de Charles VII

Dans une récente biographie politique, Philippe Contamine rend justice à ce roi méprisé et décrié

mardi 19 septembre 2017

Les langues humaines entre universalité et réjouissantes singularités

Les langues humaines entre universalité et réjouissantes singularités

Entretien avec Robert Martin, linguiste, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres

lundi 17 juillet 2017

La domestication du feu : un événement décisif de l'aventure humaine

La domestication du feu : un événement décisif de l’aventure humaine

Entretien avec Henry de Lumley, membre correspondant de l’Académie des sciences et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
Il y a 400 000 ans, nos lointains ancêtres ont appris à allumer le feu à leur gré. Comme l’explique Henry de Lumley, directeur de l’Institut de paléontologie humaine-Fondation Albert 1er Prince de Monaco, dans un récent ouvrage (La domestication du feu aux temps paléolithiques, Éditions Odile Jacob, mai 2017), il s’agit d’un tournant décisif dans la longue aventure humaine. En effet, la maîtrise du feu n’a pas seulement permis aux hommes d’améliorer considérablement leurs conditions d’existence et leur espérance de vie. Elle a aussi permis l’éclosion d’une nouvelle sociabilité. Autour du feu où, tout en cuisant la viande et en partageant les repas, les premiers hommes ont aussi échangé des idées et façonné des récits communs soudant le groupe. Une véritable révolution dont nous sommes les héritiers directs comme en témoigne le sens que nous donnons, aujourd’hui encore, au terme de “foyer”.

jeudi 6 juillet 2017

L'humiliation, le Moyen Âge et nous : pourquoi l'humiliation nous révulse et nous fascine

L’humiliation, le Moyen Âge et nous : pourquoi l’humiliation nous révulse et nous fascine

Entretien avec Michel Zink, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belle-lettres
“L’humiliation me touche, elle m’obsède et me révolte”, confie Michel Zink. Souvent aussi, elle nous fascine. Pour expliquer ces sentiments forts et ambivalents, le secrétaire perpétuel est remonté, dans son dernier ouvrage (L’humiliation, le Moyen Âge et nous, Éditions Albin Michel) à leur source : un monde médiéval redoutant l’humiliation plus que tout mais professant, simultanément une religion de l’humilité dont la scène fondatrice de l’humiliation du Christ en croix. En explorant cette féconde contradiction, il dévoile la place centrale tenue par la question de l’humiliation dans notre civilisation, d’hier à aujourd’hui.

mercredi 7 juin 2017

Le monde grec face à la domination romaine

Le monde grec face à la domination romaine

Entretien avec Jean-Louis Ferrary, membre de l’Académie des inscriptions et belles lettres
Spécialiste des rapports entre Rome et le monde grec, Jean-Louis Ferrary, directeur d’études émérite à l’Ecole pratique des hautes études, a récemment publié un recueil de travaux consacrés à cette question (Rome et le Monde grec, Les Belles Lettres, 2017). Dans l’entretien qu’il nous a accordé, il aborde tout particulièrement le passage d’un monde multipolaire à la domination sans partage de Rome, l’évolution de la conception de la démocratie sous influence romaine, ainsi que la façon dont les Grecs ont surmonté le terrible choc qu’a représenté, pour eux, la sujétion à une puissance initialement jugée barbare. Autant de sujets qui, bien sûr, ne sont pas sans évoquer quelques enjeux très actuels, à moins qu’ils ne soient plutôt éternels.

mercredi 26 avril 2017

Corps et Âmes : une histoire de la personne au Moyen Âge

Corps et Âmes : une histoire de la personne au Moyen Âge

Entretien avec Jérôme Baschet, lauréat 2017 du Premier Prix Gobert décerné par l’Académie des inscriptions et belles lettres.
Selon un certain lieu commun, le Moyen Âge chrétien aurait instauré une guerre entre d’un côté un corps, source du péché, et de l’autre, une âme pure tournée vers Dieu ? Pourtant, comme le démontre Jérôme Baschet, enseignant-chercheur à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, dans un récent ouvrage primé par l’Académie des inscriptions et belles lettres (Corps et âmes. Une histoire de la personne au Moyen Âge, Editions Flammarion), il n’en est rien. En s’appuyant sur de nombreuses sources doctrinales et picturales, il estime que, loin du dualisme qu’on lui prête, la pensée médiévale a plutôt placé les rapports du corps et de l’âme et, plus globalement, du matériel et du spirituel, sous le signe de la quête d’harmonie. De la sorte, il ne nous invite pas seulement à porter un regard neuf sur le Moyen Âge. Il nous propose aussi, dans une féconde démarche comparatiste, de porter un regard plus distancié et critique sur la conception moderne du moi qui, à compter du XVIIe siècle, a contribué à couper l’Occident de ses racines mais aussi des autres civilisations humaines.

mercredi 5 avril 2017

À la table des diplomates : cinq siècles d'histoire de France à travers ses grands repas

À la table des diplomates : cinq siècles d’histoire de France à travers ses grands repas

Entretien avec Jean-Pierre Babelon, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres

mercredi 22 mars 2017

Rouge : la plus poétique, onirique et symbolique des couleurs

Rouge : la plus poétique, onirique et symbolique des couleurs

Entretien avec Michel Pastoureau autour de son ouvrage consacré à l’histoire de la couleur rouge de l’Antiquité à nos jours
Même si les Occidentaux lui préfèrent aujourd’hui le bleu, “le rouge reste la couleur la plus forte, la plus remarquable, la plus riche d’horizons poétiques, oniriques, symboliques”, explique Michel Pastoureau dans le récent ouvrage qu’il consacre à l’histoire de cette couleur (Rouge. Histoire d’une couleur, Le Seuil, octobre 2016) après avoir précédemment exploré celle du bleu, du noir et du vert. Des peintures rupestres aux drapeaux rouges de la Révolution sans oublier la pourpre des empereurs et des cardinaux, Michel Pastoureau nous invite ainsi à découvrir toute la palette des valeurs spirituelles, morales, sociales et politiques véhiculées par les couleurs au fil de l’histoire humaine.

mercredi 11 janvier 2017

“Des risques et des livres”

“Des risques et des livres”

Allocution prononcée le 25 octobre 2016 par M. François Déroche, délégué de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, lors de la séance solennelle de rentrée des académies.

mardi 8 novembre 2016

L'avenir du christianisme

L’avenir du christianisme

Extrait lu de L’Avenir de Dieu, de Jean Delumeau (CNRS Editions, 2015)

mardi 11 octobre 2016

Jean Delumeau : l'avenir de Dieu et quelques autres questions

Jean Delumeau : l’avenir de Dieu et quelques autres questions

Libre conversation avec Jean Delumeau au sujet de son livre L’Avenir de Dieu (CNRS Editions, 2015)

mardi 11 octobre 2016

Vie et passions de Catherine de Sienne

Vie et passions de Catherine de Sienne

Entretien avec André Vauchez, ancien directeur de l’École française de Rome, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres à propos de son ouvrage sur la sainte médiévale

lundi 6 juin 2016

Ambivalence des rapports entre science, politique et société : l'exemple de la Belgique

Ambivalence des rapports entre science, politique et société : l’exemple de la Belgique

Entretien avec Robert Halleux, historien des sciences, membre associé étranger de l’Académie des inscriptions et belles-lettres

mardi 23 février 2016

« Peindre en vert au fil des siècles, un exercice difficile ? »

« Peindre en vert au fil des siècles, un exercice difficile ? »

Communication de M. Michel Pastoureau,à l’Académie des beaux-arts

jeudi 11 février 2016

« Peindre en vert au fil des siècles, un exercice difficile ? »

« Peindre en vert au fil des siècles, un exercice difficile ? »

Communication de M. Michel Pastoureau,à l’Académie des beaux-arts

jeudi 11 février 2016

“Le roi tué par un cochon. Une mort infâme aux origines des emblèmes de la France ?”

“Le roi tué par un cochon. Une mort infâme aux origines des emblèmes de la France ?”

Entretien avec Michel Pastoureau, historien, correspondant de l’Académie des inscriptions et belles-lettres

lundi 25 janvier 2016

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...