Accueil 

Mots-clés

Thèmes

Autres groupes de mots-clés

Monde


Articles

“La politique internationale de la France dans le domaine du terrorisme”

“La politique internationale de la France dans le domaine du terrorisme”

Communication de M. Éric Danon, directeur général adjoint des affaires de politique et de sécurité.
Pour venir à bout du défi spécifique que représente le terrorisme islamiste, l’orateur estime que la France doit reconsidérer de manière pragmatique ses dispositifs antiterroristes. Il propose ainsi de porter les efforts dans trois directions, qui toutes comportent un volet extérieur. La première est la lutte contre la propagande salafiste, qui est indissociable d’un dialogue avec les pays d’origine des imams et d’une coopération avec les grands acteurs d’Internet. La deuxième est la poursuite des opérations contre les groupes terroristes, qui débordent d’ailleurs le seul cadre militaire, à l’instar de la coopération internationale pour assécher les circuits financiers du terrorisme. Enfin, la sécurité intérieure passe par une meilleure coordination des mesures antiterroristes, en France mais aussi entre partenaires européens. Sur tous ces points, Éric Danon insiste sur la nécessité des sociétés démocratiques occidentales de rester elles-mêmes car tout indique que la violence djihadiste est destinée à durer.

lundi 13 mai 2019

“La solitude stratégique des Européens”

“La solitude stratégique des Européens”

Louis Gautier, ancien secrétaire général à la défense et à la sécurité nationale, devant l’Académie des sciences morales et politiques
Le propos est parti d’un constat simple : en valeur cumulée, les États européens dépensent davantage que la Chine pour leurs affaires militaires ; pourtant ils sont incapables d’aligner une puissance opérationnelle équivalente, faute de rationalisation dans l’emploi de ces sommes et dans le choix de leurs équipements. Les projets et les déclarations en faveur d’une politique de défense intégrée n’ont certes pas manqué, en particulier ces vingt- cinq dernières années, mais sans parvenir à s’inscrire dans la durée. Si les contraintes budgétaires ont pesé, L. Gautier attribue avant tout ces échecs à un retrait stratégique délibéré au lendemain de la guerre froide, qui a consisté à se reposer sur la protection de l’OTAN. Plus profondément, il interroge le rapport des États européens à la notion de puissance, alors que, a-t-il rappelé, “le rejet de la confrontation, de la coercition et surtout de l’usage de la force est inscrit dans l’ADN de l’Union européenne”.

vendredi 26 avril 2019

“Deux parlements pour un objectif : la coopération entre l'Assemblée nationale et le Bundestag allemand”

“Deux parlements pour un objectif : la coopération entre l’Assemblée nationale et le Bundestag allemand”

Communication de Wolfgang Schäuble, président du Bundestag allemand, membre associé étranger de l’Académie des sciences morales et politiques
Prenant pour point de départ de son propos la récente création de l’Assemblée parlementaire franco-allemande réunissant des parlementaires issus de l’Assemblée nationale et du Bundestag, Wolfgang Schäuble a précisé les objectifs de cette chambre : “intégrer le point de vue légitime de l’autre dans notre propre perspective, pour élaborer ainsi ce qui nous est commun”. Puis, élargissant son propos, il a livré une réflexion sur les défis qu’affrontent les démocraties occidentales. Il a notamment appelé à sortir d’une approche purement matérialiste des politiques publiques, car “le bonheur des gens dépend aussi de la capacité à mener sa vie d’une manière telle que l’on est en harmonie avec soi-même ; que l’on bénéficie d’attaches, que l’on se sent enraciné, abrité ; que l’on s’appuie sur un socle, un chez-soi”. Celui-ci est en grande partie représenté par les États-nations, mais il est temps, a estimé W. Schäuble, de travailler à compléter les identités nationales par une identité européenne, qui soit l’expression d’une communauté d’histoire et de culture mais aussi de la volonté, pour les Européens de peser dans l’ordre mondial.

mardi 23 avril 2019

“La conduite des opérations militaires extérieures : une spécificité française en Europe ?”

“La conduite des opérations militaires extérieures : une spécificité française en Europe ?”

Communication de Benoît d’Aboville, ancien ambassadeur
Pour l’orateur, la question fait écho à la réputation que la France a acquise dans ce domaine, en particulier dans la littérature spécialisée anglo-saxonne, mais ne doit masquer les débats dont ces interventions sont aujourd’hui l’objet, entre contraintes budgétaires, relance de la course aux armements par les grandes puissances (États-Unis, Chine) et recherche de solutions européennes ou locales. C’est pourquoi, après avoir examiné les facteurs qui participent de la singularité de la conduite française des OPEX, Benoît d’Aboville s’est interrogé sur de nécessaires évolutions. Toutes ne concernent pas les seules armées. Pour l’ancien ambassadeur, il est notamment crucial que l’opinion française prenne conscience des “sérieuses conséquences pour notre sécurité et notre stature internationale” qu’aurait l’abandon de notre capacité d’intervention et que l’Europe accepte les “réalités du monde qui vient, même si elles ne prêtent pas nécessairement à l’optimisme et dérangent un certain confort politique et intellectuel”.

lundi 15 avril 2019

"Hommage à Michel Jouvet"

"Hommage à Michel Jouvet"

par Étienne Ghys secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences

Michel Jouvet est l’auteur d’une oeuvre fondatrice en neurobiologie, marquée par une profonde originalité de pensée et par les ouvertures qu’elle permet dans de nombreuses directions, en physiologie et évolution, en psychologie, anthropologie, philosophie. Il a révolutionné la connaissance du fonctionnement cérébral par la découverte du sommeil paradoxal défini comme troisième état de vigilance du système nerveux central, outre l’éveil et le sommeil à ondes lentes, ainsi que par son association préférentielle aux rêves. Expérimentateur jamais à court d’idées nouvelles, il a largement déchiffré, avec ses collaborateurs de diverses spécialités, la complexité neurophysiologique des états de vigilance.

- Ouverture par Pierre Corvol et Claude Debru.
- “L’histoire sans fin du sommeil paradoxal”, par Pierre-Hervé Luppi.
- “Voir les rêves”, par Isabelle Arnulf.
- “Cause de la narcolepsie, un syndrome associé à une anomalie profonde du sommeil paradoxal”, par Emmanuel Mignot.


lundi 8 avril 2019

Le cerveau fin stratège

Le cerveau fin stratège

Olivier Houdé, membre de l’Académie des sciences morale et politiques, présente une nouvelle théorie de l’intelligence humaine
Les théories de l’intelligence ont longtemps été structurées par l’opposition entre deux visions antagonistes mettant l’accent, pour l’une sur la rationalité, pour l’autre sur l’intuition. Les recherches menées par Olivier Houdé à la tête du Laboratoire de Psychologie du Développement et de l’Education de l’Enfant (LaPsyDé) de la Sorbonne l’ont conduit à une nouvelle hypothèse, présentée dans son dernier livre (L’intelligence humaine n’est pas un algorithme, Éditions Odile Jacob, 2019) : l’intelligence humaine reposerait sur la capacité à solliciter l’une et l’autre de ces facultés au gré des circonstances et des besoins, autrement dit à agir en “fin stratège”.

lundi 8 avril 2019

Le modèle français en échec : la République helvétique (1798-1803)

Le modèle français en échec : la République helvétique (1798-1803)

Communication de Robert Kopp, professeur de littérature française à l’université de Bâle et correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques
A travers le rappel du bref épisode historique qu’a constitué, de 1798 à 1803, la République helvétique calquée sur les institutions du Directoire français, l’orateur a montré comment celui-ci avait contribué à façonner le rapport de la Confédération helvétique avec son voisin français et plus généralement avec le reste de l’Europe, jusqu’à nos jours. En effet, bien que revendiquée au XIXe siècle par les radicaux comme la matrice du futur État fédéral, ce régime éphémère a été généralement associé à l’imposition d’un modèle exogène, synonyme de perte d’indépendance. Pour Robert Kopp, c’est précisément en cela que la République helvétique représente “un moment de catalyse, qui a précipité certains traits du fédéralisme helvétique”. En effet, “confrontée à son contraire”, la Suisse a “pris conscience, au prix d’une guerre civile, de ce qu’elle était, de ce qu’elle pouvait être et de ce qu’elle ne voulait pas être”. Ce discernement s’est en particulier appliqué aux trois principes fondamentaux qui, depuis le Moyen-Âge, définissent l’identité politique de la Suisse et que heurtait de front la République helvétique : sa neutralité, son refus du centralisme et ses libertés locales.

vendredi 29 mars 2019

Le cerveau humain, matière à mémoires

Le cerveau humain, matière à mémoires

Stanislas Dehaene

vendredi 22 mars 2019

« La France et l'Afrique »

« La France et l’Afrique »

Communication de Lionel Zinsou, président de Terra Nova, ancien premier ministre du Bénin.
Le propos de l’orateur était placé sous le signe de l’optimisme mais aussi de l’urgence : si les solidarités sont encore fortes entre la France et l’Afrique, l’avenir de leur relation passe, pour notre pays, par une compréhension renouvelée de la réalité africaine.

jeudi 21 mars 2019

“La France vue de Chine”

“La France vue de Chine”

Communication de Marianne Bastid-Bruguière, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Ce n’est qu’au début du XVIIe siècle que la France a commencé à être perçue en Chine comme une nation distincte, notamment via les missionnaires jésuites avant que les voyageurs chinois qui fassent part, au XIXe siècle, de leur admiration pour une civilisation brillante et cultivée.

lundi 18 mars 2019

“L'intérêt national”

“L’intérêt national”

Communication de par Thierry de Montbrial, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Spécialiste reconnu des relations internationales, Thierry de Montbrial fait le constat qu’à rebours d’une longue tradition inaugurée par Richelieu et portée en particulier au XXe siècle par le général de Gaulle, l’intérêt national est victime en France, depuis une dizaine d’années, d’une “étrange ellipse”. Certes, les présidents continuent de se référer à des “intérêts vitaux”, mais ils ont tendance à les confondre plus ou moins avec le statut de puissance nucléaire. Les autres dimensions de l’intérêt national sont tues, dissoutes dans la notion plus vague d’influence globale, quand elles ne sont pas niées. Pour l’orateur, le temps est donc venu d’une refondation de la politique extérieure française autour d’une conception renouvelée de l’intérêt national. Pour lui, loin de se limiter aux seules sphères économiques ou stratégiques, celui-ci doit être appréhendé comme un “bien public” dont la définition requiert l’engagement de toutes les forces de la nation car, comme l’avait bien perçu Samuel Huntington, “nous devons savoir qui nous sommes, avant de pouvoir savoir quels sont nos intérêts”.

lundi 18 février 2019

Les secrets du vin

Les secrets du vin

Entretien avec Yves-Marie Bercé, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
Le vin fait tellement partie de notre culture que nous croyons tous le connaître. Mais est-ce si vrai ? Dans son dernier ouvrage, Yves Marie Bercé parvient à nous révéler quelques secrets que nous ignorions encore. En trente chapitres aussi variés, surprenants et plaisants que les vins de France et d’ailleurs, il illustre combien ce breuvage familier est certes le résultat d’un savoir-faire mais aussi d’une étonnante alchimie dans laquelle l’histoire, la géographie, la culture, et même le sacré, occupent une place prépondérante.

mercredi 21 novembre 2018

Claudine Doury, photographe, lauréate du prix Marc Ladreit de Lacharrière 2017 pour son projet “Une odyssée sibérienne”, exposé par l'Académie des Beaux-Arts jusqu'au 25 novembre 2018

Claudine Doury, photographe, lauréate du prix Marc Ladreit de Lacharrière 2017 pour son projet “Une odyssée sibérienne”, exposé par l’Académie des Beaux-Arts jusqu’au 25 novembre 2018

“Une odyssée sibérienne” est l’histoire d’un retour. Partie sur les traces de personnes rencontrées en 1991 et 1998 le long du fleuve Amour, Claudine Doury témoigne dans ses photographies du passage du temps et de ses effets sur les populations sibériennes. Son travail, actuellement exposé par l’Académie des Beaux-Arts, représente à la fois un portrait actuel et intimiste de familles nanaï et oultches et une sorte de journal mental de l’artiste. Des photographies inédites, des carnets photographiques et des photographies d’archives sont présentés au public.

mercredi 14 novembre 2018

Conversations chez M. Thiers

Conversations chez M. Thiers

« Le vin et la gastronomie, quelle histoire ! », par Jean-Robert Pitte, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques
Animées par François d’Orcival, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, organisées à la Fondation Dosne-Thiers à l’occasion des journées du patrimoine 2018 (2e partie).

mercredi 24 octobre 2018

Conversations chez M. Thiers

Conversations chez M. Thiers

« Subconscience et cerveau » par Yves Agid, membre de l’Académie des sciences.
Rencontres animées par François d’Orcival, (Académie des sciences morales et politiques), organisées à la Fondation Dosne-Thiers à l’occasion des journées du patrimoine 2018.

mercredi 17 octobre 2018

“Comment le djihadisme recrute grâce aux réseaux sociaux”

“Comment le djihadisme recrute grâce aux réseaux sociaux”

Communication de M. Gilles Keppel, professeur à l’Institut d’études politiques de Paris
Dans son exposé, l’orateur a notamment rappelé qu’à chacune des phases du djihadisme contemporain, avaient correspondu un mode d’expression et des vecteurs de transmission distincts. Dans la première phase, qui commence autour de 1979 avec la révolution iranienne et l’intervention soviétique en Afghanistan, la mobilisation se fait essentiellement par l’écrit. L’apparition au grand jour d’Al-Qaida en 1998 inaugure une seconde phase, qui porte le djihad en dehors du monde musulman. Ses textes de propagande sont désormais diffusés via Internet et c’est à la télévision que sont rendus publics ses “exploits”. Les attentats, soigneusement planifiés, sont l’objet d’une mise en scène spectaculaire : les images du 11 septembre tournent en boucle, de longues semaines, sur les télévisions. À cette date, l’avènement des réseaux sociaux a déjà ouvert la voie à un nouveau type de djihad, dont l’organisation n’est plus hiérarchique mais cherche à susciter de multiples initiatives locales, au cœur même des pays occidentaux. Les auteurs des attentats qui frappent la France depuis 2012 s’inscrivent dans cette logique.

jeudi 5 juillet 2018

Physiologie du goût, de Jean Anthelme Brillat-Savarin

Physiologie du goût, de Jean Anthelme Brillat-Savarin

par Jean-Robert Pitte, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques.
Le plaisir de la lecture se poursuit longtemps lorsqu’il est partagé ! Nous avons donc demandé aux académiciens de présenter, en toute liberté de choix, un livre qui les a marqués, intéressés, enchantés ou même simplement divertis. C’est Jean-Robert Pitte, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques et président de Canal Académie qui inaugure cette nouvelle rubrique, en présentant Physiologie du goût de Jean Anthelme Brillat-Savarin. Publié en 1825, cet ouvrage fait l’éloge de la gastronomie (française), cette “science nouvelle […] qui nourrit, restaure, conserve, persuade, console, et, non contente de jeter à pleine main des fleurs sur la carrière de l’individu, contribue encore puissamment à la force et à la prospérité des empires” !

mercredi 20 juin 2018

“L'École pratique des hautes études (1868-2018) : l'érudition dans le débat public et ses rapports avec l'opinion.”

“L’École pratique des hautes études (1868-2018) : l’érudition dans le débat public et ses rapports avec l’opinion.”

Communication de M. Hubert Bost, président de l’École pratique des hautes études (EPHE)
Cette communication a été prononcée, le 11 juin 2018. Elle concluait la journée d’étude organisée conjointement par l’Académie des sciences morales et politiques et l’École pratique des hautes études, à l’occasion du 150e anniversaire de cette dernière, sur le thème “De l’érudition à l’opinion”. L’orateur a notamment souligné que “si l’EPHE a joué un rôle dans l’opinion, ce n’est pas dans le domaine des débats d’idées animés par la presse et les médias, mais plutôt dans sa contribution aux évolutions fondamentales et lentes, par sa manière de reposer et de penser à nouveaux frais certaines questions en revenant aux sources”. Et de citer, à titre d’exemple, le rôle joué crucial joué par l’École dans le développement de nouvelles disciplines - la sémantique (Bréal), la sociologie (Mauss), l’anthropologie (Lévi-Strauss) - ou le renouvellement des plus anciennes.

mercredi 20 juin 2018

Lutte contre le réchauffement climatique : 3 ans pour agir !

Lutte contre le réchauffement climatique : 3 ans pour agir !

Entretien avec le climatologue Jean Jouzel, membre de l’Académie des sciences
“La machine climatique est en train de s’emballer dangereusement. Il ne nous reste que 3 ans pour inverser la courbe des émissions de gaz à effet de serre si nous voulons éviter aux jeunes d’aujourd’hui un climat auquel il leur serait difficile, voire impossible, de s’adapter.” Fort de cette conviction, Jean Jouzel, ancien vice-président du groupe scientifique du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), propose, dans un ouvrage écrit conjointement avec l’économiste Pierre Larrouturou (Pour éviter le chaos climatique et financier, Odile Jacob, 2017), la création d’un “Pacte européen pour le climat d’un montant de 1000 milliards”. Inquiets mais pas fatalistes, ils estiment en effet qu’il n’est pas encore trop tard pour agir, à condition toutefois de se donner vraiment les moyens d’un sursaut collectif qui, selon eux, permettrait non seulement de diviser par 4 les émissions de CO2, mais aussi de dégonfler la bulle financière et créer plus de 5 millions d’emplois.

jeudi 8 février 2018

“Comment faire régresser le fondamentalisme musulman dans notre pays ?”

“Comment faire régresser le fondamentalisme musulman dans notre pays ?”

Communication de Hakim el Karoui, essayiste.
En s’appuyant sur le rapport Un islam français est possible, qu’il avait coordonné en 2016 pour l’Institut Montaigne, l’orateur s’est livré à un état des lieux de la réalité de l’islam en France. Il en ressort un tableau complexe, loin de la religion pour travailleurs immigrés dont on a gardé l’image. Pesant environ 8 % de la population - une proportion destinée à augmenter, du fait d’une moyenne d’âge inférieure à celle de la nation dans son ensemble -, les musulmans de France sont travaillés par des dynamiques sociologiques contradictoires. Alors qu’une petite moitié de musulmans est en en voie de sécularisation, l’intervenant relève en effet la préoccupante montée en puissance d’un islam de rupture, suivi par environ un quart des fidèles, en majorité des jeunes, à la culture religieuse rudimentaire. Afin de constituer un “islam de France”, il propose notamment les pistes suivantes : rompre avec l’ingérence et le financement par des pays étrangers, en redirigeant une partie des sommes générées par la consommation islamique vers des associations ad hoc, offrir une alternative scolaire à l’apprentissage de l’arabe dans les mosquées, former et professionnaliser les aumôniers, comme cela s’est fait pour l’armée, ou encore encourager la formation d’une contre-offre sur Internet.

mercredi 20 décembre 2017

1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |...