Les chiens illustres

André Demontoy est l’auteur d’un ouvrage sur les chiens qui se sont distingués au cours de l’Histoire.
Le Dictionnaire des chiens illustres (Éditions Honoré Champion) d’André Demontoy dresse un panorama complet des chiens qui ont marqué l’Histoire de leurs empreintes. Voyageurs, militaires, travailleurs, démineurs... André Demontoy leur rend à tous, sur le papier, un hommage unique jusqu’à aujourd’hui.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : pag1137
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag1137.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida9915-Les-chiens-illustres.html
Date de mise en ligne : 13 janvier 2013

De grands hommes ont été accompagnés, dans leur vie par la plus ancienne des espèces domestiquées : le chien. Parfois entraînés en pleine lumière, souvent témoins intimes de l’ombre, les chiens sont, eux aussi, à leur manière, rentrés dans l’Histoire. André Demontoy, ancien vétérinaire et bibliophile, grâce à un ouvrage érudit, permet aux lecteurs de faire connaissance avec des figures canines plus ou moins connues.
Ces portraits de chiens permettent de mieux découvrir le caractère de certaines personnalités grâce au comportement qu’elles ont eu avec leur chien, comme aime à le rappeler Pierre Perret, autre amoureux des chiens, qui a préfacé l’ouvrage.

"Les Contrebandiers" et leurs chiens redoutables par Aline Billet
"Les Contrebandiers" et leurs chiens redoutables par Aline Billet
L’illustration, 25 novembre 1893

Comme Obama et son chien Bo, les hommes politiques se sont souvent entourés de ces fidèles compagnons, comme Franklin Roosevelt et sa chienne Fala qui ne le quittait jamais. Elle était, par exemple, présente lorsque Roosevelt et Churchill signèrent la Charte de l’Atlantique en 1941, traité d’union de 26 nations en guerre contre les puissances de l’Axe. Elle se déplaça également avec son maître en 1943 à Pearl Harbour. Le pelage de la chienne s’étiolait rapidement, à la grande surprise du Président Roosevelt qui comprit que cela venait du fait que les marins lui coupaient quelques poils en souvenir...
Même intimité avec François Mitterrand et sa chienne Baltique, qui n’eut pas le droit d’assister au convoi funèbre de son maître comme celui-ci l’avait demandé... Ou encore avec Edouard VII et son inséparable chien Caesar qui juste avant de mourir demanda un cigare et son chien. Celui-ci précéda le cortège funèbre de son maître avec derrière des dizaines de souverains venus de différents horizons.
André Demontoy n’oublie pas les chiens héroïques, ceux qui mourraient lors des expéditions, ceux qui ont fait la guerre de 14-18, la guerre du Viêtnam... Il y a aussi Paco, le chien détecteur de diabète, les chiens d’aveugles, les chiens victimes des expérimentations, notamment Brown dog, qui a aujourd’hui sa statue à Londres. Au vétérinaire de rappeler les chiens mascottes embarqués sur les bateaux et « même dans les sous-marins, car ils pouvaient détecter la présence de gaz carbonique au niveau du sol, étant plus près du sol que les marins. ».

André Demontoy, "vétérinaire à vie" et son chien Argos
André Demontoy, "vétérinaire à vie" et son chien Argos

Autres grands amis de la gente canine que n’oublie pas l’ouvrage, les hommes de lettres. À commencer par Emile Zola, « qui eut beaucoup de chiens, et dont la description de la mort de l’un d’eux dans La joie de Vivre est très poignante. ». On y retrouve également Moustache, le chien de Pierre Larousse (fondateur du dictionnaire), Julio, celui de Flaubert, Basket d’Ernest Hegminway et Fidèle, un nom que donnait toujours Lamartine à ses différents chiens... Nous voilà, grâce à André Demontoy, insatiables sur les habitudes canines de nos auteurs.
Mais les chiens ont aussi souvent été des souffre-douleur de l’homme ; en témoignent cruellement l’organisation de combats-les bull-baiting- organisés entre les taureaux et des mastiffs anglais qui devaient pincer le nez de la bête, ou encore des rat catching, qui consistait à lâcher un chien dans une arène et à compter le nombre de rats qu’il était capable d’exterminer en un temps record. Un sport très apprécié dans l’Angleterre du XIXe siècle et dont la plus belle performance est de « mille rats tués en 1 h 40, en 1862. » Une histoire ubuesque que nous confie le vétérinaire, c’est celle de ce pari pour savoir quel chien tiendrait le plus longtemps accroché aux ailes du Moulin rouge ? « Le gagnant n’a pas desserré les dents de la pale du moulin.... Il était en fait décédé et mort sur place... »

C’est parce qu’ils sont des témoins de notre humanité et des acteurs de notre histoire qu’André Demontoy a voulu offrir toutes ces histoires de chiens « à l’usage des maîtres cultivés ». Un index et des illustrations rares et instructives en rendent la lecture encore plus agréable.

L'agonie de l'endurance, <i>"Mon expédition au Sud Polaire"</i> (1914-1917), Sir Ernest Shackleton
L’agonie de l’endurance, "Mon expédition au Sud Polaire" (1914-1917), Sir Ernest Shackleton

Consultez notre rubrique "Au fil des pages" sur Canal Académie.







© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires