Ignace de Loyola : la blessure (1521) et la conversion

François Sureau, auteur de la biographie Inigo, est l’invité de Christophe Dickès
Primé par l’Académie française pour son roman L’infortune, François Sureau est aussi l’auteur d’Inigo qui évoque la conversion d’Ignace de Loyola. Un livre au carrefour de l’histoire, de la spiritualité, de la philosophie mais aussi de l’ecclésiologie. Il vient d’être réédité en format poche chez Folio.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Christophe Dickès
Référence : HIST720
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hist720.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida8901-Ignace-de-Loyola-la-conversion-1521.html
Date de mise en ligne : 29 avril 2012

Le livre de François Sureau se termine par une confession surprenante : « J’ai longtemps détesté Ignace de Loyola » écrit-il, « lui trouvant l’air d’un égaré baigné de larmes, nous appelant sans discrétion aux sacrifices qu’une imagination médiévale lui faisait concevoir. Je n’aimais ni sa phrase, ni ses deux étendards, ni son passé de soldat ni son avenir de général du pape, ni son visage au front étroit et fuyant. Son militarisme m’écœurait, tout comme ses règles et ses disciplines et les mille arguties de sa correspondance. Je ne voyais pas comment le même homme qui avait voulu, selon la tradition orientale, devenir " fou pour le Christ ", et méprisé, pouvait dans ses lettres peser à ce point le pour et le contre et composer avec les puissants. »

Pourtant, en dépit de cette vision, François Sureau a voulu se pencher sur la conversion du personnage, conversion généralement isolée dans le temps, après la bataille de Pampelune en mai 1521. A la suite d’une blessure grave à la jambe, Ignace (Iñigo en castillan), est dans l’obligation de rester alité. Ce serait au cours de cette longue et douloureuse convalescence qu’il se convertit et offre sa vie à Dieu. Or, dans son livre, Sureau offre une version bien différente en situant certes le personnage dès le siège de Pampelune, mais en inscrivant surtout sa conversion sur le temps long. Véritable biographie psychologique, le livre de François Sureau est bien plus qu’un roman historique et constitue une véritable réflexion spirituelle et philosophique sur l’homme face au Créateur.

L’auteur

François Sureau
François Sureau
Copyright La procure.com

Né en 1957, François Sureau est écrivain et avocat, ancien maître des requêtes au Conseil d’État. Cofondateur et codirecteur de la Revue française d’économie. il est également président fondateur de l’association Pierre-Claver, aidant les personnes déplacées par force de leur pays d’origine et trouvant refuge en France. Il est l’un des membres du comité de rédaction de la revue Commentaire. Auteur de nombreux ouvrages dont L’infortune, Grand prix du roman de l’Académie française en 1990 ; L’obéissance, récompensé par le Roman historique des Rendez-vous de l’histoire de Blois. Dans Garçon, de quoi écrire, il s’entretient avec Jean d’Ormesson de littérature, de politique et de morale. Il vient de publier Sans bruit, sans trace chez Gallimard.







© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires