Émissions à découvrir !


Autocréateurs de richesses

Plus que jamais d’actualité... la chronique de François d’Orcival, de l’Académie des sciences morales et politiques
C’est la réforme du quinquennat Sarkozy plébiscitée par les Français : 73% d’entre eux (enquête TNS Sofrès) considèrent comme très positive la création du statut d’auto-entrepreneur. A juste titre. Ils sont près d’un million à s’être lancés dans l’aventure et la moitié d’entre eux ont réalisé 4,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires l’an dernier. Une hausse de 40% sur l’année précédente – et en pleine crise ! Selon l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale, chaque auto-entrepreneur a généré un chiffre d’affaires moyen de 9 300 euros par an. Bien modeste ? Au contraire : ces 4,3 milliards d’euros de création de richesses, ces 9 300 euros, constituent un supplément de pouvoir d’achat ; c’est exactement l’équivalent de ce que l’État distribue en exonérations de charges fiscales et sociales sur les heures supplémentaires. Ici comme là, du travail en plus pour gagner plus.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : CHR828
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/chr828.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida8783-Autocreateurs-de-richesses.html
Date de mise en ligne : 10 avril 2012

Mis en œuvre par Hervé Novelli, alors secrétaire d’État au Commerce et à l’Artisanat, le régime de l’auto-entrepreneur est entré en vigueur en 2009 : en trois exercices, le nombre des créateurs a triplé et le volume de la richesse produite a quadruplé. Une révolution fondée sur l’autonomie et la liberté individuelle à l’égard de toutes les contraintes : trois clics sur Internet et vous voilà votre propre patron. Finie la lutte des classes. Les auto-entrepreneurs sont des chômeurs qui veulent s’en sortir, des retraités qui vont compléter leurs revenus, des jeunes qui ont envie de mettre à l’épreuve leurs idées.

Cette révolution, ce « changement de société », comme l’a dit Nicolas Sarkozy, est née de la nécessité de sortir de la rigidité des 1 500 pages du Code du travail, tabou intégral des syndicats de salariés. Un outil anti-travail, créateur de chômage mais stimulant pour l’imagination : il a fallu contourner ces dispositions rouillées pour pouvoir libérer l’initiative. Eh bien, cette libération, même modeste, même plafonnée, est maintenant contestée. Par les centrales syndicales, par certaines corporations et à leur suite par François Hollande et François Bayrou qui, l’un et l’autre veulent remettre en cause ce régime. Le premier par idéologie : on ne touche pas à un code du travail inscrit dans le marbre pour l’éternité ; le second par méconnaissance : il veut un régime « temporaire ». Mais la liberté est ou n’est pas, elle n’est jamais temporaire.

Le texte de cette chronique est paru dans Le Figaro Magazine du samedi 7 avril 2012. Elle est reprise ici par son auteur, avec l’aimable autorisation de l’hebdomadaire. Les propos de François d’Orcival n’engagent que lui-même, et non pas l’académie à laquelle il appartient ni l’Institut de France.


Écoutez les précédentes chroniques de François d’Orcival








© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires