Pierre Dac : De Radio Londres à l’Os à moëlle et au schmilblick, le parcours de l’humoriste loufoque

L’amuseur des mots au pays de la langue française est évoqué par Jacques Pessis
Pierre Dac, grand amoureux de la langue française, a utilisé cette dernière en tant que chansonnier, humoriste et comédien. Ancienne figure de la Résistance il est connu pour ses joutes verbales, son don du jeu de mots, ses citations et autres calembours… Nous l’évoquons avec le journaliste et écrivain Jacques Pessis qui fut son légataire universel.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : par566
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/par566.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 18 mars 2012

André Isaac, dit Pierre Dac, (1893-1975) humoriste et comédien français, a été, pendant la Seconde Guerre mondiale, une figure de la Résistance contre l’occupation de la France par l’Allemagne nazie.

Mobilisé en août 1914 au lendemain de son vingt-et-unième anniversaire, il revient du front quatre ans plus tard avec deux blessures, dont une d’un obus qui lui a raccourci de douze centimètres le bras gauche. Après la Première Guerre mondiale, Pierre Dac vit de petits métiers à Paris. Dans les années 1930, il se produit comme chansonnier dans divers cabarets, notamment la Vache Enragée, le Coucou, le Théâtre de 10 Francs, le Casino de Paris, les Noctambules, et la Lune rousse à Montmartre.

Fondateur de l’Os à moëlle

En 1938, il fonde L’Os à moëlle, organe officiel des loufoques, une publication humoristique hebdomadaire au nom inspiré par François Rabelais et par son père boucher (le mot loufoque vient de l’argot des bouchers, le louchébem, et signifie fou) qui a pour collaborateurs le chansonnier Robert Rocca, les dessinateurs Jean Effel, Roland Moisan, etc. Dès son premier numéro, il annonce la constitution d’un « Ministère loufoque », dont les portefeuilles ont été distribués « au Poker Dice ». Ses petites annonces - dont la plupart rédigées par Francis Blanche qui débutait alors - vendent de la pâte à noircir les tunnels, des porte-monnaie étanches pour argent liquide, des trous pour planter des arbres, etc. Le monde de cette époque pratiquant un style différent de loufoquerie, le journal - dès l’origine très anti-hitlérien - disparut après son dernier numéro (no 109) le 7 juin 1940. L’équipe du journal est contrainte de quitter Paris alors sur le point d’être occupé. Il reparaîtra épisodiquement en 1945-1946, puis vers 1965, avec des talents nouveaux comme René Goscinny (Les aventures du facteur Rhésus) et Jean Yanne (Les romanciers savent plus causer français en écrivant).

Inventeur du schmilblik

Pierre Dac est l’inventeur du Schmilblick, qui « ne sert absolument à rien et peut donc servir à tout. Il est rigoureusement intégral ! ». Le mot « Schmilblick » sera repris par Guy Lux pour un jeu télévisé (hérité de "La Chose" de Pierre Bellemare sur Radio-Luxembourg), puis par Coluche.

Pierre Dac est également l’inventeur d’autres formules :

- « La véritable modestie consiste à ne se prendre pour ni plus ni moins qu’on estime qu’on croit qu’on vaut... »

- « Ceux qui ne savent rien en savent toujours autant que ceux qui n’en savent pas plus qu’eux… »

- « Il faut battre le fer quand il est chaud et la crème quand elle est fraîche. »

- « Rien de ce qui est fini n’est jamais complètement achevé tant que tout ce qui est commencé n’est pas totalement terminé. »

- « Celui qui est parti de zéro pour n’arriver à rien dans l’existence n’a de merci à dire à personne ! »

Humoriste engagé

Réfugié en 1940 au 42 boulevard de Strasbourg à Toulouse, Pierre Dac décide de rejoindre Londres dès 1941, mais est arrêté deux fois lors de ses tentatives de traversée des Pyrénées, incarcéré à la Carcel Modelo (prison Modelo) de Barcelone au premier essai, puis à Perpignan au second. Il finit par être échangé pour quelques sacs de blé, en transitant par le Portugal pour rejoindre Alger, puis enfin Londres. Devenu alors l’humoriste des émissions en français « Les Français parlent aux Français » de Radio Londres à partir de 1943, il y parodie des chansons à la mode (Les gars de la Marine devenant « Les gars de la Vermine », Ça fait d’excellents Français, Horst-Wessel-Lied) pour brocarder le gouvernement de Vichy, les collaborationnistes et le régime nazi. Il fut, parmi d’autres, la voix du slogan célèbre de Jean Oberlé : « Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand » sur l’air de la Cucaracha.

Annonces de Pierre Dac :

- « Lycéen cherche blanchisseuse habile pour l’aider à repasser ses leçons. »

- « Comprimé d’aspirine dans la force de l’âge cherche bonne migraine avec qui se mesurer. »

- « Idiot cherche village. »

Pierre Dac a été surnommé par certains le « Roi des Loufoques », pour son aptitude à traquer et créer l’absurde à partir du réel.

En savoir plus :

Pierre Dac à l’affiche ! Au théâtre des 2 Anes à Paris

Une biographie loufoque et musicale de Jacques Pessis

Cliquer ici pour plus d’informations !

Du mardi au samedi à 19h, 100, boulevard de Clichy.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires