Son Altesse royale le prince Henrik de Danemark : un homme de conviction

Rencontre autour d’un destin exceptionnel
En visite privée à Paris, son Altesse royale le prince Henrik de Danemark, dans cette interview à Canal Académie, a évoqué plusieurs moments importants de son parcours. Il réveille ainsi quelques souvenirs : c’était en juin 1967. Quel Français ne se sentait fier que la princesse héritière de Danemark, Margrethe, épouse un descendant d’une noble et ancienne famille française, Henri de Laborde, comte de Monpezat ? Secrétaire d’ambassade à Londres durant 4 années, il avait jusqu’alors mené une vie très discrète ; il allait désormais devoir se tenir sur le devant de la scène !


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Axel Maugey
Référence : par565
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/par565.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida8352-Le-Prince-Henrik-de-Danemark-un-homme-de-conviction.html
Date de mise en ligne : 22 janvier 2012

Quel destin pour ce jeune diplomate qui devient prince consort lorsque, succédant au roi Frederik IX son père, Margrethe II monte sur le trône en janvier 1972. Il entre ainsi dans la plus ancienne dynastie d’Europe depuis Gorm den Game qui régna de 936 à 958. Une monarchie très populaire qui sait se faire fastueuse lorsque les circonstances l’exigent mais où l’on sait profiter de la vie de manière simple.

Voilà donc 40 ans -puisque le Danemark vient de célébrer les 40 années de règne de sa souveraine- qu’Henri de Monpezat, qui se prénomme désormais Henrik de Danemark et a changé à la fois de religion et de nationalité- assume parfaitement son rôle.

<i>Destin oblige</i> aux Editions Plon
Destin oblige aux Editions Plon

Son destin, il l’a raconté, bien des années plus tard, dans un ouvrage justement intitulé Destin oblige aux Editions Plon, dont les chapitres ont servi de fil conducteur à notre collaborateur Axel Maugey qui a eu le privilège de le recevoir en notre studio.

C’est en toute simplicité, lors d’une visite privée en France avec son épouse, que le prince Henrik a pénétré dans le palais de l’Institut de France, sans protocole imposant, simplement accompagné de son secrétaire, lequel avait fort aimablement et efficacement organisé cette rencontre.

Si le prince connaissait les salles des séances des académies et les deux bibliothèques, la Mazarine et celle de l’Institut, pour y être venu il y a plusieurs années, il a découvert, non sans étonnement, l’installation toute moderne de la radio Canal Académie, sous une verrière au dernier étage, et il semble avoir apprécié la vue sur la Seine et la presqu’île du Vert Galant.

L’entretien s’est déroulé dans une atmosphère détendue, vous pouvez en jugez en écoutant cette émission. Car son Altesse royale le prince Henrik de Danemark, que l’on appelle Monseigneur, sait rester direct, simple, chaleureux. Sa vie, dont il confie ici des moments forts à Axel Maugey, reste étonnante : né à Talence, non loin de Bordeaux, il passe les cinq premières années de sa vie en Indochine française avant que ses parents ne s’installent dans le Lot. Puis, de 1952 à 1957, il étudie le droit et les sciences politiques à la Sorbonne, ainsi que le chinois et le vietnamien aux "langues O" (École nationale des langues orientales). C’est en Algérie, durant les dures années entre 1959 et 1962, qu’il effectue son service militaire.

Le Prince Henrik de Danemark, né Henri de Laborde de Monpezat
Le Prince Henrik de Danemark, né Henri de Laborde de Monpezat

Passionné par la diplomatie, les relations internationales, la géopolitique -il a rencontré la plupart des dirigeants de ce monde- les religions, l’environnement, le patrimoine, il se révèle homme de conviction. Il aime rappeler cette formule de Confucius : « Qui ne connaît pas son destin ne pourra réaliser dans sa plénitude sa destinée humaine. »

Avec humour, il prend plaisir à relater les rencontres qui l’ont marqué : Paul Morand (de l’Académie française), la princesse Bibesco, le général De Gaulle qui lui a dit : « Soyez toujours fier d’être français. » Il sait que, pour être prince consort, il faut « une sensibilité de sismographe sous un cuir de rhinocéros. » On sent à ses propos qu’il lui importe de mener aussi bien une vie mondaine, puisque son rang la lui impose, qu’une vie intérieure, une philosophie de vie où l’ouverture d’esprit joue un rôle prédominant. Ce descendant des cadets de Gascogne reste néanmoins un homme pudique, attachant, généreux.

Passionné par la langue française, -et les espaces du monde qui s’expriment en français, la Francophonie-, il se révèle aussi un poète raffiné (dans une autre interview sur Canal Académie prochainement diffusée, il évoquera particulièrement son oeuvre poétique). Musicien accompli, il a joué avec Rostropovitch (membre associé étranger de l’Académie des beaux-arts), lequel n’a pas hésité à lui dire avec malice : « Moi, depuis notre dernier concert, je me vante partout d’avoir joué avec vous. Alors, pourquoi ne faites-vous pas de même ? »

Le Prince Henrik pourrait conclure cet entretien par ces mots qu’il a lui-même écrits : « En épousant mon destin, j’ai écouté mon cœur ; puis vint la joie. »

LES LIVRES

Le Prince Henrik est l’auteur de :


- Destin oblige, biographies, 1996, (Prix européen de l’Association des écrivains de la langue française (ADELF) 1998)

- Cantabile, poèmes, illustrations de Sa Majesté la Reine Margrethe de Danemark, (Editions Les Belles Lettres, 2000).
-  Murmures de vent (Editions Le Félin, 2005).
- Fabula, poèmes et sculptures, Forlaget par Kofod, 2011.

Dans une seconde émission diffusée prochainement, le prince Henrik de Danemark présentera plus particulièrement son oeuvre poétique.

Consultez les autres émissions d’Axel Maugey, comme par exemple :

Rolf Tobiassen, une vie au service de la francophonie nordique !

Abdou Diouf, son espérance pour la francophonie.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires