Frédéric Vitoux : une passion pour Tiepolo, Nicolas de Staël, Manet...

L’écrivain, de l’Académie française, confie son bonheur de vivre et ses coups de cœur pour l’art
Frédéric Vitoux, de l’Académie française, aime l’art. Il raconte ici comment son goût s’est forgé, grâce à son père, et évoque les artistes qu’il aime par-dessus tout ! Évasion en sa compagnie vers Venise, Lausanne et Montreux. Une conversation d’amoureux, somme toute !


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : HAB671
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hab671.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 8 janvier 2012

Outre Louis-Ferdinand Céline dont il est l’un des meilleurs connaisseurs, les chats ou la lecture des grands auteurs, Frédéric Vitoux, voue une véritable passion à l’art. Il raconte dans cette émission les origines de cette passion : comment, enfant, son père lui faisait découvrir les grands tableaux du Louvre, des maîtres tels que Delacroix (également académicien) ou Géricault ou les impressionnistes. Son goût de la peinture s’est forgé au fil des années et l’académicien est devenu fin connaisseur de certains artistes dont Manet.

Frédéric Vitoux avoue d’abord avoir un grand faible pour la peinture italienne : « Au moment où j’étais un fou de cinéma, j’ai trouvé un peintre qui m’a mis au comble du bonheur : Tiepolo. Ce peintre me rend totalement heureux. ».

Nous évoquons Titien et l’école vénitienne du XVIe siècle. Venise... une ville où se rend souvent notre invité, une ville qui ne cesse de le surprendre et dont il n’hésite jamais à prendre le temps nécessaire pour apprécier ses chefs d’œuvre.

Son regard s’arrête aussi sur la période moderne. « J’aime des choses très différentes : en ce moment je me passionne pour Manet car ses tableaux demeurent toujours mystérieux. Ce qui m’intéresse en général dans la peinture sont les tensions entre le formalisme d’un côté et la représentation de l’autre. Nicolas de Staël par exemple m’intéresse beaucoup car il n’est pas un figuratif. Il joue sur une tension entre la jouissance de la forme et la représentation. Il joue constamment sur les deux. Je peux comprendre qu’il était malheureux face à l’incompréhension des gens, on se sent certainement très seul. J’aime ce jeu entre tradition et modernisme, entre forme et signification. Chez Tiepolo aussi nous sommes pris dans une sorte d’abstraction lumineuse et tourbillonnante. »

Du musée de l’art brut à Lausanne au musée du dé à coudre de Montreux, tout intéresse Frédéric Vitoux. Il nous révèle aussi qu’il était très proche de Jean Dubuffet (« il voulait que je sois son secrétaire » !), un artiste « diaboliquement intelligent. » Qu’importe... Le partage de l’art continue avec Pierre Rosenberg ou Jean Clair, éminents spécialistes de l’art et eux aussi membres de l’Académie française.

Frédéric Vitoux occupe le 15e fauteuil de l’Académie française depuis 2003.
Frédéric Vitoux occupe le 15e fauteuil de l’Académie française depuis 2003.

- A écouter aussi sur Canal Académie :

- Grand Hôtel Nelson de Frédéric Vitoux, de l’Académie française
- Chats de Frédéric Vitoux

- Consulter sa fiche sur le site de l’Académie française : www.academie-francaise.fr






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires