L’histoire est-elle politisée au point de devenir... incorrecte ?

Jean Sévillia, invité par Damien Le Guay, s’explique sur sa démarche et ses motivations
Après Historiquement correct (2003, 120 000 exemplaires), Moralement correct (2007), Jean Sévillia, rédacteur en chef adjoint au Figaro-magazine, nous revient avec un Historiquement incorrect . Damien Le Guay lui a demandé de s’expliquer sur ses choix, ses motivations et sa méthode de travail.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Damien Le Guay
Référence : pag1017
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag1017.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida8179-L-histoire-est-elle-politisee-au-point-de-devenir-incorrecte.html
Date de mise en ligne : 18 décembre 2011

Dans ce livre, comme dans d’autres avant, il lutte contre trois travers communs à un grand nombres de nos historiens actuels : l’anachronisme, le manichéisme et l’esprit réducteur. Car ceux qui sont, en France, les « gardiens sévères de la bienséance intellectuelle et les policiers de la pensée » (pour reprendre les mots d’Alain Besançon - membre de l’Institut), n’étudient le passé qu’à l’aune du présent – et des bons sentiments dont ils se prévalent ! Or, cette manière de déformer le passé, pour mieux former les bonnes consciences d’aujourd’hui, nuit à la mise en perpective de l’histoire. C’est là ou Jean Sévillia intervient. Non pour accuser mais rectifier ; non pour admonester mais pour mettre en avant d’autres historiens plus contextuels, plus imprégnés des situations du moment.

Dans cet entretien, loin d’examiner tous les chapitres de son dernier livre (ce qui est fait ailleurs, dans un autre entretien sur Canal-Academie ), nous tentons de mieux comprendre, avec Jean Sévillia, l’esprit de sa démarche.
Quelles sont ses motivations – qu’il faut sans douter chercher dans un un sens personnel de la responsabilité ? Ne s’agit-il pas, pour lui, de dépolitiser l’histoire afin d’éviter qu’elle ne soit contrôler par certains au détriment des autres ? « Celui qui contrôle le passé, contrôle le présent » dit, avec justesse, George Orwell. Or, il ne faudrait pas que cette volonté de contrôler le présent n’obstrue l’accès au passé, ne l’altère trop, ne le réduise à des enjeux idéologiques.

Dans une seconde partie, nous verrons ce que jean Sévillia dit de nos actuels troubles identitaires et de l’islam. Peut-on considérer que « l’affaiblissement de l’identité nationale » est lié a l’immigration ? Pour Jean Sévillia, la réponse est plus complexe. Il faut également tenir compte de l’affaiblissement du sentiment national et de la « honte de soi » qui en découle trop souvent. Si donc, comme le dit Pierre Nora «  l’idéologie des droits de l’homme porte en elle la destruction du roman national », l’actuelle difficulté à s’opposer aux dérives des islamistes radicaux tient, pour partie, à une certaine forme de complaisance multiculturelle. D’où un désir de préserver l’idée qui veut que l’occident doit beaucoup à l’islam dans la transmission des valeurs. Tel était l’enjeu du livre de sylvain Gougenheim (Aristote au mont saint Michel, 2008) qui fit l’objet de critiques en règles, de coups de semonce en bonne et due forme. Dans son livre Jean Sévillia reprend ce qui est devenu « l’affaire Gougenheim ».
Ici comme ailleurs, Jean Sévillia souhaite revenir aux réalités historiques, aux contextes, loin des fausses représentations, des a priori idéologiques, des constructions et de cette volonté tenace de s’emparer du passé à la lumière d’aujourd’hui.

Damien Le Guay

Historiquement incorrect , aux éditions Fayard
Collection : Divers Histoire
Prix public TTC : 20,00 €
Format (153 x 235)
Nombre de pages : 360

Jean Sévillia, auteur d’ <i>Historiquement incorrect</i>
Jean Sévillia, auteur d’ Historiquement incorrect

biographie

Jean Sévillia est né le 14 septembre 1952 à Paris.

- Journaliste En 1978, à l’issue de ses études à la Sorbonne (maîtrise de lettres) et de son service militaire, Jean Sévillia choisit la voie du journalisme. En 1981, il entre au Figaro Magazine, intégrant une rédaction dont il est aujourd’hui l’une des plus anciennes signatures. Rédacteur en chef adjoint au sein de cet hebdomadaire, il est notamment chargé de la rubrique Idées et Histoire.
Parallèlement, il collabore épisodiquement au Figaro Hors-Série, au Spectacle du Monde, à L’Homme nouveau, à la Nef et à Politique Magazine. En 1992, il a été cofondateur et directeur de la rédaction de Vu de France, bimensuel qui parut jusqu’en 1994.


- Ecrivain Le premier livre de Jean Sévillia, Le Chouan du Tyrol, est publié en 1991. Après cet ouvrage, il touche un vaste public par trois best-sellers successifs : Zita impératrice courage en 1997 (70 000 exemplaires vendus), Le Terrorisme intellectuel en 2000 (50 000 exemplaires), Historiquement correct en 2003 (120 000 exemplaires). Les livres qui suivent confirment la fidélité de ses lecteurs : Quand les catholiques étaient hors la loi (2005), Moralement correct (2007), Le Dernier empereur, Charles d’Autriche (2009).
Tous ces titres ont paru aux éditions Perrin, dont six en édition de poche dans la collection Tempus. Historiquement incorrect, en 2011, est le premier ouvrage de Jean Sévillia publié chez Fayard. L’auteur, par ailleurs, a été traduit en allemand, en hongrois, en tchèque, en roumain, en espagnol et en portugais.
Jean Sévillia a collaboré à des livres collectifs : Paroles de croyants (Via Romana, 2007), Le Livre noir de la Révolution française (Cerf, 2008), Liquider Mai 68 ? (Presses de la Renaissance, 2008). Il a préfacé plusieurs ouvrages : la traduction de La Vienne d’Hitler, de l’historienne allemande Brigitte Hamann (éditions des Syrtes, 2001), un essai de Rachid Kaci, La République des lâches (éditions des Syrtes, 2003), un roman historique de François Cahen, 1918, forteresses (éditions Jean-Paul Bayol, 2009).
Jean Sévillia a également validé la bande dessinée consacrée au dernier empereur d’Autriche : Charles Ier, l’Empereur de la paix, texte de Marc Bourgne, dessins de Marcel Uderzo, Fleurus BD Land, 2007.

- Bibliographie

  • Le Chouan du Tyrol : Andreas Hofer contre Napoléon, Perrin, 1991 (ISBN 978-2262008246 et 978-2262017286) - Prix du Grand Ordre de l’Aigle du Tyrol (Grosser Tiroler Adler-Orden) 1991
  • Zita, impératrice courage, Perrin, 1997 (ISBN 978-2744403781) (ISBN 978-2262015435, 978-2262010553 et 978-2262021054) - Prix Maurice Baumont 1997 (ASMP), Prix Hugues Capet 1997
  • Le dernier empereur, Charles d’Autriche, 1887-1922, Perrin, 2009

    Essais

  • Le Terrorisme intellectuel : de 1945 à nos jours, Perrin, 2000 (ISBN 978-2262013431, 978-2262021764 et 978-2262021498) - Prix Louis Marin 2000 (ASMP), Prix Saint Louis 2000
  • Historiquement correct. Pour en finir avec le passé unique, Perrin, 2003 (ISBN 978-2262017729 et 978-2262024970) - Prix Marcel Thiébaut 2003 (Société des gens de lettres), Grand Prix catholique de littérature 2004
  • Quand les catholiques étaient hors-la-loi, Perrin, 2005 (ISBN 978-2262021962) [présentation en ligne]
  • Moralement correct. Recherche valeurs désespérément, Perrin, 2007 (ISBN 978-2262024123)
  • Paroles de croyants (ouvrage collectif), Via Romana, 2007
  • Le Livre noir de la révolution française (ouvrage collectif), Éditions du Cerf
  • Liquider Mai 68 ? (ouvrage collectif), Presses de la Renaissance, 2008
  • Historiquement incorrect, Fayard, 2011.

A écouter aussi :

- Moralement Correct avec Jean Sévillia
- Quand le passé devient historiquement incorrect selon Jean Sévillia, entretien avec Annet Sauty de Chalon
- les autres émissions de Damien Le Guay






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires