Un autographe scientifique de Pascal découvert dans le manuscrit des Pensées

Jean Mesnard et Dominique Descotes évoquent la rencontre des lettres et des sciences du XVIIe siècle : Blaise Pascal et Marin Mersenne
Cette émission laisse dialoguer deux éminents spécialistes du XVIIe siècle, de la rencontre entre les lettres et les sciences, en évoquant deux figures majeures : le Père Mersenne et Pascal. Jean Mesnard, de l’Académie des sciences morales et politiques, et Dominique Descotes, professeur à l’université Blaise Pascal de Clermont Ferrand et directeur du Centre international Blaise Pascal, rectifient au passage des critiques fréquemment accolées au manuscrit des Pensées nous faisant apprécier la rigueur de Pascal mathématicien... Et bien sûr, Dominique Descotes raconte son incroyable découverte : un théorème de Pascal passé inaperçu jusqu’à ce jour !


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : ECL730
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/ecl730.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 29 janvier 2012

Jean Mesnard propose tout d’abord à Dominique Descotes d’évoquer ses études sur le père Mersenne, ami de Descartes et de Pascal. Sa correspondance notamment est très riche en renseignements sur l’époque intellectuelle (période de grand désarroi selon Jean Mesnard, empreinte de scepticisme). Mersenne (de l’Ordre des Minimes) a largement contribué à créer la science au XVIIe siècle tout en défendant la religion. A cette époque, chrétiens et déistes s’affrontent. La conciliation entre science et religion apparait donc à Mersenne comme essentielle et même évidente. Son Ordre religieux lui avait en quelque sorte donné une mission intellectuelle qu’il a fort brillamment remplie. Les livres de Mersenne sont abondants, traitent de sujets majeurs pour son époque, et permettent de suivre l’évolution de sa pensée. C’est un mathématicien hors pair et en même temps un brillant philosophe. Il a fait des découvertes dans des secteurs porteurs de nouveautés et a provoqué d’importantes découvertes.

Blaise Pasal (1623-1662)
Blaise Pasal (1623-1662)

On voit ainsi la science devenir indépendante, et là est, selon nos deux invités, tout l’intérêt de se pencher sur cette époque.

Dans la seconde partie, nos deux "dixseptièmistes" abordent Pascal.

D’abord Dominique Descotes précise les relations entre Mersenne et Pascal (géométrie de projection, recherches en physique sur le vide, la pression atmosphérique, problème de la roulette, de la cycloïde, etc).

Et il raconte l’incroyable découverte : il y a un an, dans le manuscrit des Pensées de Pascal, son œuvre la plus célèbre comme on sait, il a trouvé curieusement un texte de géométrie, qui n’avait jamais été repéré jusque là, et qui avait été considéré comme négligeable parce que Pascal avait utilisé le verso d’une feuille déjà remplie pour un problème de mathématiques. On s’était intéressé au recto. Et Dominique Descotes, lui, a déchiffré le verso ! Il donne ici toutes les précisions "techniques" nécessaires pour expliquer la manière dont il a traité cette découverte : prendre des photos, examiner le manuscrit de près et par l’informatique. La page était donc "sous les yeux de tout le monde" mais toujours traitée comme un brouillon. Il a ainsi pu déchiffrer un théorème de mathématiques, même si le papier du manuscrit était fort abîmé. L’énoncé était à peine lisible (encre un peu effacée). Ce théorème mathématique s’exprime avec un vocabulaire savant (sans aucune équation), et sous forme abrégée et symbolique. Or, on disait que Pascal n’utilisait pas le symbolisme. En fait, il avait le sien propre parfaitement adapté pour ce qui annonce le calcul intégral. On voit donc Pascal mathématicien travailler très soigneusement sur les égalités.

Dominique Descotes juge qu’il est indispensable, pour comprendre Pascal mathématicien, d’être familier de Pascal auteur littéraire, et notamment de ses Pensées ("c’est Jean Mesnard qui fut mon professeur pour ce faire en fréquentant ce manuscrit " confie Dominique Descotes). Par exemple, il faut savoir que les barres de séparation du texte ne sont pas des barres de fraction... Quand on connait la méthode de rédaction de Pascal, on peut déchiffrer ce qu’il explique. Cas intéressant de la coopération entre l’analyse littéraire et l’analyse scientifique.

Le père Marin Mersenne (1588-1648)
Le père Marin Mersenne (1588-1648)

Un théorème que Pascal, -qui attendait toujours d’être entièrement sûr de sa théorie avant d’en parler ou de la publier-, avait gardé dans ses tiroirs ! (contrairement à Mersenne qui s’empressait de publier).

Jean Mesnard rectifie une méprise et insiste sur le côté méthodique de Pascal, organisé -et non brouillon comme on le lui a reproché. Le manuscrit des Pensées a été minutieusement construit, fragment par fragment, comme un puzzle qu’il faut ajuster, et Pascal le rédige de cette manière en pleine conscience. " Tout, dans son brouillon, tout est calculé" affirme Jean Mesnard. Mais les esprits modernes ont beaucoup de mal à saisir cette "pensée en formation".

Dominique Descotes (à gauche) et Jean Mesnard : l'élève et le maître, heureux de dialoguer sur leur auteur favori : Pascal.
Dominique Descotes (à gauche) et Jean Mesnard : l’élève et le maître, heureux de dialoguer sur leur auteur favori : Pascal.

Dernier point abordé : La Logique de Port-Royal.

Dominique Descotes a travaillé sur la géométrie d’Antoine Arnauld qui avait lancé un défi à Pascal. Il donne ici les raisons qui ont poussé le groupe de Port-Royal à composer une "logique", un projet qui s’est développé dans des sens inattendus au départ, et qui est devenu plus complexe, les auteurs Antoine Arnauld et Pierre Nicole ont pris des éléments chez Pascal... Ils utilisent également Descartes. Mais notre invité juge que la marque de Pascal est extrêmement profonde et durable, même si Pascal n’a pas contribué directement à la rédaction. Et il explique pourquoi en évoquant les diverses éditions de cette "Logique ou l’art de penser" (parue pour la première fois à Paris en 1662). Autrement dit, conclut Dominique Descotes : "La Logique n’est pas de Pascal mais Pascal y est dedans, presque plus que les autres".

Le mot de la fin appartient à Jean Mesnard : "Nous n’en avons jamais fini avec Pascal ! C’est un auteur qui se renouvelle sans cesse...".

Une précision :
- Dominique Descottes a obtenu le Prix Pierre-Georges Castex, décerné par l’Académie des sciences morales et politiques pour son œuvre de recherche littéraire et scientifique. Un prix cher au cœur de Jean Mesnard qui éprouvait une sincère amitié pour P.G.Castex.

- Ajoutons qu’une édition toute nouvelle d’un texte publié à la fin de la vie de Pascal La logique de Port Royal vient d’être éditée. C’est un document précieux pour juger de l’interpénétration des lettres et des sciences, preuve que le XVIIe siècle reste une période décisive dans l’évolution de notre civilisation.

En savoir plus :

- Sur Jean Mesnard de l’Académie des sciences morales et politiques

- Retrouvez d’autres émissions avec Jean Mesnard, comme par exemple :

- Jean Mesnard : Amitiés précieuses autour de Port-Royal

- L’éditeur de Pascal face à son oeuvre intégrale

- Retrouvez d’autres émissions sur Blaise Pascal :

- Newton a-t-il plagié Pascal ?

- L’éditeur de Pascal face à son oeuvre intégrale

- Jean Mesnard : la découverte de textes inédits de Pascal (2/4)

- dominique.descotes@univ-bpclermont.fr






© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Commentaires