Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Polyphonies de Paul Klee : peinture et musique au diapason

Jacques-Louis Binet, correspondant de l’Académie des bBeaux-arts, a vu l’exposition à la Cité de la Musique à Paris

Quelles étaient les méthodes de création de Paul Klee ? Et pourquoi l’artiste a-t-il choisi le mot "polyphonies" pour les exprimer ? Klee que l’on connait comme peintre était également un musicien hors pair. A découvrir grâce à Jacques-Louis Binet qui a vu pour nous l’exposition que la Cité de la Musique à Paris consacre à l’artiste jusqu’au 15 janvier 2012.


Bookmark and Share

J’ai déjà consacré une émission à Paul Klee, mais dans un cadre tout à fait différent, celui de L’œuvre ultime, à propos de l’exposition de la collection Ernst Beyeler, à l’Orangerie en 2010, et en préparation de La Journée du Livre de l’Académie nationales de médecine du 16 septembre 2011.

L’approche du musée de la cité de la musique est autre : ce ne sont plus les dernières œuvres de Klee et sa lutte contre la sclérodermie qui sont en cause, mais son inspiration, sa méthode de création qui sont évoquées dans cette remarquable exposition.





POLYPHONIES ?

Le mot a été choisi par Klee lui-même, véritable musicien par ses relations personnelles (fils d’un professeur de musique et d’une cantatrice, ayant épousé une pianiste) et ses qualités professionnelles (il a joué dans plusieurs orchestres, mais aussi beaucoup publié sur ce sujet). Il convient bien à son œuvre, si on lui donne une extension métaphorique mais c’est une collection de livres qui serait nécessaire pour le traiter. Klee écrit beaucoup, mais publie peu.

Michael Baumgartner en a fait la synthèse pour l’exposition de Bruxelles en 2008 : Contribution à la théorie de la forme picturale (1921-1922) au Bauhaus de Weimar, Esquisses pédagogiques à Dassau en 1925, Recherches exactes dans le domaine de l’art en 1928. La théorie de la composition picturale, comportant 3000 feuillets, qui traite en détail du rythme, ne verra jamais le jour. Y figurent, dans les chapitres « Articulations », une charpente à trois membres reposant sur une microstructure formée par quatre grilles colorées symbolisant, pour Paul Klee, la structure d’une configuration polyphonique.

Un lecteur les a lus pour les confronter à ses compositions musicales, Pierre Boulez, et les a rapportés dans La Leçon de Paul Klee.
Pour saisir la musicalité de la(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires