Abdou Diouf, son espérance pour la francophonie.

Interview exclusive du Secrétaire général de la Francophonie, invité d’Axel Maugey
Abdou Diouf, secrétaire général de la Francophonie, a, toute sa carrière durant, prôné le dialogue des cultures. Véritable mémoire de l’Afrique, l’ancien président de la République du Sénégal confie, au micro d’Axel Maugey, toute l’espérance qu’il place dans la Francophonie, capable de relever les défis de la mondialisation. Une espérance qui ne se décourage jamais.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Axel Maugey
Référence : par563
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/par563.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida7921-Abdou-Diouf-un-homme-rempli-d-esperance-pour-la-francophonie.html
Date de mise en ligne : 6 novembre 2011

Dans cet entretien exclusif, Abdou Diouf revient tout d’abord sur ses premières années africaines et surtout sur les relations exceptionnelles qu’il a entretenues avec le président Léopold Sédar Senghor ( élu à l’Académie française le 2 juin 1983).

Rappelons brièvement les grandes étapes de la carrière de notre invité :

Abdou Diouf est né le 7 septembre 1935 à Louga, au Sénégal. Après des études de droit au Sénégal et en France et un passage réussi à l’École Nationale de la France d’Outre-mer, il commence à 25 ans une carrière de haut fonctionnaire. Directeur de cabinet du président Léopold Sédar Senghor en 1963, il est nommé premier ministre, fonction qu’il occupera pendant onze ans. Il devient président de la République du Sénégal le 1er janvier 1981, à la suite de la démission du président Senghor, en 1980. Abdou Diouf a contribué à faire entendre la voix du Sénégal dans le monde et il a lutté pour une plus grande unité africaine. En mars 2000, il cède sa place à Abdoulaye Wade. En octobre 2002, il succède à Boutros Boutros-Ghali comme secrétaire général de la Francophonie. Il est réélu à ce poste une seconde fois en 2010, à l’issue du Sommet de Montreux.

Abdou Diouf, secrétaire général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF)
Abdou Diouf, secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF)
© Louis Monier

Abdou Diouf apparaît dans cet entretien avec Axel Maugey comme une véritable mémoire de l’Afrique. Il insiste sur l’importance du dialogue des cultures et du dialogue entre les religions. « Quand on a des racines, on a des ailes ». Il aime cette belle formule, lui qui est un pessimiste de la raison mais un optimiste de la volonté et de la foi. Ce musulman respecte profondément les autres religions. Du côté du catholicisme, il a une vive admiration pour sainte Thérèse de Lisieux. Il confirme à notre chroniqueur qu’il « n’agit jamais sans avoir prié ».

L’ancien président de la République du Sénégal est donc bien placé pour mettre de l’ordre dans cet espace francophone qu’il chérit tant. Ce démocrate, qui a lu aussi bien Senghor que Pascal, Hampaté Bâ que Voltaire, cherche à trouver des règles vraiment applicables pour redistribuer les richesses créées par la mondialisation, ce qui n’est pas un mince défi.

En tant que Secrétaire général de la Francophonie, Abdou Diouf se félicite de la progression de la francophonie dans le monde, aujourd’hui, l’organisation internationale de la Francophonie (OIF) compte 75 membres, que ce soit en tant que membre à part entière, membre associé ou membre observateur. Mais l’ OIF peut aussi se féliciter de la compétence de tous les opérateurs de la Francophonie qu’elle soutient et encourage.

En effet, l’OIF agit en synergie avec l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF), l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), TV5, l’Association internationale des maires francophones (AIMF), l’Université Senghor d’Alexandrie ; ainsi qu’avec les deux Conférences ministérielles permanentes : la Conférence des ministres de l’Education nationale (Confémen) et la Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports (Conféjes). Abdou Diouf affirme que son rôle est d’assurer la cohérence des actions de tous ces organismes et ainsi de mener des « actions incessantes ».

Le nombre de locuteurs francophones dans le monde a nettement progressé. En 2007, on comptait 200 millions de locuteur francophones et en 2010, 220 millions. Il y aurait, en 2011, 116 millions d’apprenants du français dans le monde.

Le secrétaire général de la Francophonie souligne, dans cet entretien, le rôle majeur qu’occupe la France, l’un des grands contributeurs pour le développement de la francophonie. Cependant, il fait part de sa déception quant à l’engagement des élites intellectuelles françaises, qui selon lui, « n’ont pas conscience de l’importance du combat pour demain ».

Abdou Diouf est un homme d’espérance qui croit à la mondialisation à condition qu’elle intègre les éléments culturels car ils apportent un peu plus d’harmonie, de paix et peut-être de lumière dans les échanges. Celui qui fait honneur à Senghor, défend la cohérence qui est pour lui une qualité essentielle. Il faut être fidèle à soi-même, en accord avec soi-même. Sinon, rien ne se fait vraiment. Abdou Diouf incarne la francophonie, celle de l’espérance, celle qui ne se décourage pas.

« Il faut être fier d’exprimer sa pensée en français »

« Le monde unilingue, le monde de la pensée unique est à fuir »

Bibliographie :

- Abdou Diouf : Passion francophone, Bruylant 2010.

En savoir plus :

- Consultez le site de l’Organisation internationale de la francophonie

- Écoutez les émissions de la série Merveilleux francophiles sur Canal Académie

- On peut également conseiller l’ouvrage - Axel Maugey : Le roman de la francophonie, éditions Jean-Michel Place.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires