La nouvelle édition de la TOB, Traduction Oecuménique de la Bible

présentée par Sophie Stavrou pour l’orthodoxie, et Bernard Coyault, pour le protestantisme
La TOB ? Une extraordinaire aventure intellectuelle, culturelle et religieuse ! Sophie Stavrou, Maître de conférences de grec à l’Institut de théologie orthodoxe Saint Serge (Paris) et Bernard Coyault, secrétaire général de l’Alliance biblique française et directeur des Editions Bibli’O nous présentent la nouvelle édition de la TOB : Traduction œcuménique de la Bible, coéditée par Bibli’O et les Editions du Cerf. Cette édition 2010 renferme une nouveauté : l’insertion de 6 livres supplémentaires appartenant à la tradition orthodoxe.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Virginia Crespeau
Référence : PAG904
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag904.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 17 avril 2011

Pour donner une nouvelle édition à la TOB, Traduction Oecuménique de la Bible, un Comité scientifique a été constitué (voir plus bas). Canal Académie, parmi les membres de ce Comité, a choisi de donner la parole à l’orthodoxe Sophie Stavrou qui est venue accompagnée de l’éditeur protestant Bernard Coyault. Il est bien évident que les Catholiques, même s’ils ne sont pas ici interviewés, ont également apporté une contribution essentielle à ce travail.

Notre invité Bernard Coyault rappelle en quelques mots la naissance de ce projet : « Il y a cinquante ans, les éditeurs des Sociétés bibliques française et suisse et les Editions du Cerf engageaient les premiers entretiens avec des biblistes audacieux en vue de donner une traduction œcuménique de la Bible. Ils n’imaginaient pas alors l’ampleur de la tâche à laquelle ils allaient associer, pour deux générations, plus de cent cinquante universitaires, exégètes, prédicateurs, réviseurs, dont les noms sont inscrits avec gratitude au début des éditions de la TOB. Fondés sur des amitiés de la résistance spirituelle partagée dans les années 1940, bénéficiant du renouveau ecclésial, biblique et œcuménique aux premières lueurs du concile catholique Vatican II, développant le travail commun entre exégètes et universitaires dans les années 1950, ils ont réalisés l’une des plus belles œuvres de création intellectuelle, culturelle et religieuse du XXème siècle. La mise en chantier de cette traduction œcuménique de la Bible, de même que les travaux successifs de révision (éditions de 1988 et 2004), ont constitué, de bout en bout, une extraordinaire aventure humaine, intellectuelle et spirituelle...

La TOB, première traduction française jamais réalisée en commun par des chrétiens catholiques, protestants et orthodoxes, a ouvert une voie qu’admirent de nombreuses initiatives interconfessionnelles dans d’autres langues.

L’aventure n’est pas terminée. L’édition 2010 de la TOB, outre des corrections importantes, franchit un nouveau pas dans sa vocation œcuménique. Elle propose à la lecture de tous six textes admis traditionnellement par les Eglises orthodoxes mais jusque-là non intégrés dans les sommaires des Bibles françaises. Il fallait bien cet ouvrage pour marquer l’évènement. Comme une balise sur un chemin qui se poursuit. » Les éditeurs : LeCerf – Bibli’O

Bernard Coyault, secrétaire général de l'Alliance biblique française et directeur des Editions Bibli'O
Bernard Coyault, secrétaire général de l’Alliance biblique française et directeur des Editions Bibli’O

Bernard Coyault, secrétaire général de l’Alliance biblique française et directeur de sa branche éditoriale Bibli’O, précise "C’est une étape importante, un grand changement dans cette édition même si cela ne concerne qu’un petit nombre de pages sur l’ensemble de l’Ancien et du Nouveau testament. Ces 6 livres, 4 récits et 2 prières, ont été ajoutés à la fin de l’Ancien Testament.

Il ne s’agit pas d’une nouvelle traduction en tant que telle mais plutôt d’une importante révision. Outre l’ajout des nouveaux livres, elle porte à la fois sur le texte et sur les notes. Le travail biblique a été supervisé par l’Association œcuménique pour la Recherche biblique (AORB) dont les deux éditeurs sont aussi membres.

La première intuition qui a donné naissance à la TOB remonte à 50 ans et la première édition à 35 ans ; ensuite il y eut deux révisions (1988 et 2004) avant celle qui paraît en 2011.

Deux formats pour la TOB

Traditionnellement il y a toujours eu deux formats de la TOB : d’une part, l’édition dite « à notes intégrales », qui est une Bible d’étude ; et d’autre part, l’édition « à notes essentielles », destinée à la lecture courante. Il faut reconnaître qu’à ses débuts le succès de la TOB provenait en grande partie des introductions très approfondies présentant le contexte historique de rédaction des textes, les auteurs, la théologie et les contenus de chacun de ces livres. Cette version d’étude est parue en 1975. Ceux qui présidèrent à la traduction étaient des érudits, des biblistes catholiques, protestants et orthodoxes. Leur travail était destiné à des personnes familières du texte biblique et de son étude : prêtres, pasteurs etc. Mais très vite, un intérêt certain - voire un besoin - à l’égard de cette traduction, se manifesta auprès du grand public, d’où la parution d’une version à notes réduites, plus accessible, destinée à un usage plus courant. Cette « petite TOB », existe aussi en édition brochée, pour un public de personnes curieuses de découvrir les textes mais ne voulant ou ne pouvant y consacrer qu’un budget limité. Les deux maisons d’édition, l’une protestante, l’autre catholique, possèdent conjointement les droits sur le texte de la traduction ainsi que sur les notes et les introductions. Les décisions concernant les éditions de la TOB, tant au niveau des formats que des contenus sont prises ensemble. Mais traditionnellement, les Editions du Cerf prennent en charge la fabrication de la grande TOB à notes intégrales et Bibli’O, la société biblique française, celle de la petite TOB, à notes essentielles. Nous poursuivons assidûment et passionnément le même objectif : donner au plus grand nombre, et donc pas seulement aux gens d’église ou aux croyants, l’accès aux textes bibliques. La Bible est un patrimoine extraordinaire, un héritage que nous avons reçu, qui appartient à tous, que chacun peut s’approprier à sa manière dans une approche culturelle ou dans une approche spirituelle ou croyante. C’est là notre responsabilité d’éditeur de la Bible."

Un nouvel apport orthodoxe

Notre invitée Sophie Stavrou commence par rappeler qu’une telle oeuvre oecuménique est, par définition, établie de concert entre les spécialistes des trois religions chrétiennes : « Nous avons œuvré, avec Valérie DUVAL-POUJOL (professeur de grec biblique et directrice adjointe de l’Écoles des Langues et civilisation de l’Orient ancien à Paris), Hugues COUSIN (ancien professeur de Nouveau Testament au sein de la Faculté de théologie de Lyon) et Stefan MUNTEANU (professeur de théologie biblique et d’hébreu biblique au sein de l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge de Paris) à la publication et à la mise en harmonie, avec le style de la Traduction œcuménique de la Bible, des 6 livres deutérocanoniques… »

Sophie Stavrou est maître de conférences de grec à

Sophie Stavrou, maitre de conférences à l'Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (à Paris)
Sophie Stavrou, maitre de conférences à l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (à Paris)

l’Institut de théologie orthodoxe Saint-Serge (Paris). A notre question de savoir si toutes les Bibles contenaient les mêmes textes, elle précise :

"Cette nouvelle parution avec l’apport de ces 6 livres contenus jusqu’à présent uniquement dans les Bibles orthodoxes, correspond à une étape supplémentaire dans le travail proprement œcuménique qui est la spécificité de la TOB.

L’essentiel du corpus biblique est la bible hébraïque ; c’est celle qui est commune aux juifs et aux chrétiens ; elle comprend 39 livres qui constituent ce qu’on appellera le premier canon, c’est à dire la première liste de textes sur laquelle tout le monde est absolument d’accord.

Pourquoi donc d’autres livres (appelés « deutérocanoniques ») ont tantôt été acceptés dans les bibles, tantôt chassés, tantôt, pour les distinguer des autres, imprimés en petits caractères ou placés à la fin des éditions ? Pour le comprendre, il faut remonter au IIIème siècle avant Jésus-Christ à Alexandrie, au moment où débute la première traduction de la Bible : une entreprise qui voit le jour au sein de la communauté juive d’Alexandrie (de langue grecque), où pour avoir un accès direct au texte et aussi peut-être à la demande du pouvoir local, on va entreprendre une traduction de la Bible de l’hébreu au grec qui va se poursuivre sur plusieurs siècles : au IIIème siècle avant Jésus Christ pour s’achever au IIème siècle après Jésus Christ. Ce corpus va être appelé la Septante parce que, d’après la tradition, soixante-dix savants, ou sages, auraient ensemble rédigé, écrit cette traduction qui représente la tradition biblique de la communauté juive d’Alexandrie. Elle comprend des textes que nous connaissons en grec mais dont nous avons perdu l’original hébreu ; elle comprend aussi des livres qui n’existent qu’en grec. Alors que petit à petit, la communauté juive va se recentrer sur le texte biblique palestinien, en hébreu laissant de côté les livres qui n’existent qu’en grec ;inversement, les premiers chrétiens vont s’approprier et lire l’Ancien Testament dans cette traduction ancienne grecque. C’est à partir de cette traduction de la "Septante" que sera réalisée la traduction en latin, ainsi que les premières traductions dans les autres langues comme l’arménien, le copte, le syriaque. L’Église orthodoxe est restée fidèle à cette version grecque ancienne alors que du côté occidental, à partir de St Jérôme, au IVème siècle, puis plus tard à l’époque de l’Humanisme, se manifeste le désir d’un retour à la « vérité hébraïque » : un recentrage sur ces livres essentiels du canon hébraïque et cette tendance à finalement ne plus publier, ne plus prendre en compte les textes qui n’existent qu’en grec et qui vont petit à petit disparaître."

Les 6 textes de tradition orthodoxes ajoutés dans cette nouvelle version de la TOB :

Nous lui avons demandé de nous décrire les 6 textes de tradition orthodoxes qui ont été rajoutés dans cette nouvelle version de la TOB :

"L’un des 6 textes, la prière de Manassé est un texte que Luther chérissait particulièrement et qu’il avait traduit et intégré dans sa Bible en allemand, c’est aussi un moyen d’avoir une vision diachronique de la Bible avec l’ajout de ces quelques textes.

Il y a d’abord les 3ème et 4ème livres d’Esdras. Le 3ème livre d’Esdras est un peu en double emploi avec certains des 39 livres du canon hébraïque commun, ce qui peut expliquer pourquoi il a été abandonné. Il raconte le retour des Hébreux à Jérusalem après la déportation à Babylone. Il contient un morceau de bravoure, plein d’humour et tout à fait original : une joute oratoire, à la cour du roi de Perse, entre 3 pages qui vont essayer de savoir qui est le plus fort et qui va l’emporter entre le vin, les femmes, ou la vérité.

Le 4ème livre d’Esdras présente un univers complètement différent, c’est pourquoi je parle d’une grande variété dans ces six nouveaux livres. Il a été écrit après la destruction du Temple de Jérusalem en 70 après Jésus-Christ. C’est un texte très étrange parce que composite : le début et la fin ont été écrits par des rédacteurs chrétiens alors que la partie centrale est une apocalypse juive enchâssée entre ces chapitres rédigés par des chrétiens.

Il s’agit d’un texte apocalyptique qui reprend les thèmes de la mort, de la vie après la mort, du destin du peuple élu au moment où le temple a été rasé ; donc un moment d’un très grand traumatisme et où Esdras apparaît comme une sorte de nouveau Moïse qui va réécrire les livres. C’est un texte extrêmement mystérieux mais dont certains extraits sont employés dans la messe de requiem en Occident.

Autre univers, les 3ème et 4ème livres des Maccabées. Ces 2 livres ont pour point commun l’importance du thème du martyre (un peu comme dans l’histoire d’Esther) et aussi la difficulté du peuple juif à vivre en diaspora, dans un univers étranger, entouré de peuples différents, avec un pouvoir politique qui peut lui être hostile.

Le 3ème livre des Maccabées est un véritable roman historique. Il raconte comment le roi de l’époque - on est à Alexandrie au IIIème siècle avant J.C. - organise l’arrestation de tous les Juifs qui ont refusé de sacrifier à Apollon. Il décide de tous les parquer dans l’hippodrome d’Alexandrie avant de les faire massacrer par ses éléphants qu’il a enivrés en leur faisant boire de l’alcool et respirer de l’encens… Mais vous pouvez deviner la fin : les Juifs fidèles au Dieu unique seront sauvés.

Le 4ème livre des Maccabées, à nouveau un texte très original, propose une manière de penser la foi en termes philosophiques. Il est donc très contemporain. Le livre débute par une sorte de traité, qui pourrait être un traité stoïcien, sur l’importance de maîtriser les passions ; et, au fond, il y a une sorte de convergence entre la sagesse, qui est la maîtrise des passions, et le respect de la loi juive, le respect de sa foi. Comme exemple donné de cette ataraxie, de cette façon de maîtriser les passions, on nous raconte avec un luxe de détails à faire dresser les cheveux sur la tête, la souffrance et le martyre des sept frères Maccabées ainsi que du prêtre de Jérusalem et de la mère de ces sept frères. C’est un texte important dans l’Église orthodoxe parce que les frères Maccabées sont fêtés au calendrier, le 1er août, à cette occasion on lit le récit de la vie de ces personnages.

Pour terminer, deux courtes prières, courtes en taille mais qui ont une grande importance. La première de Manassé vient meubler un « blanc » dans un autre livre biblique, un fait assez courant. Le 2ème Livre des chroniques raconte que le roi Manassé, un roi impie et criminel qui a mené une entreprise systématique de destruction du culte du Dieu d’Israël pour introduire le culte des idoles au point de sacrifier même à ces idoles ses propres enfants, est finalement battu à la guerre. Manassé se retrouve prisonnier, enchaîné à Babylone, et là, au fond de son cachot, il connaît un retournement intérieur. Mais Le livre des chroniques ne nous dit pas les mots de cette prière que Manassé a adressée à Dieu dans sa prison. C’est le thème de ce texte très lyrique, une sorte de poème dans lequel Manassé, dans son acte de reconnaissance de Dieu, demande à celui-ci de changer vis-à-vis de lui. C’est le très beau texte d’une rencontre personnelle entre Manassé et Dieu, dans un changement d’attitude réciproque.

Il y a enfin le court psaume 151, un psaume supplémentaire qui retrace la vie de David. Dans les manuscrits du Moyen-Âge il était souvent considéré comme une sorte de signature du roi David à la fin des psaumes. Dans notre édition de la TOB, il vient clore le corpus de l’Ancien Testament comme une sorte d’action de grâce de David."

http://www.alliancebiblique.fr/

http://www.editionsbiblio.fr/

http://www.la-bible.net/doc/TELECHARGEMENTS8.pdf

voici un lien avec la revue de theologie orthodoxe Contacts, volume 233 (1er trimestre 2011, p 74-78) : www.revue-contacts.com






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires