Le couple franco-allemand a-t-il encore un avenir au sein de l’Union européenne ?

L’analyse de l’historien Georges-Henri Soutou, de l’Académie des sciences morales et politiques
L’historien Georges-Henri Soutou, fin connaisseur des rapports franco-allemands, fait le point sur les relations entre la France et l’Allemagne de 1996 à nos jours. Que s’est-il donc passé ces vingt dernières années entre les deux Etats ? Qu’est-il advenu de cette alliance que l’historien qualifiait « d’incertaine » en 2001 dans son ouvrage L’Alliance incertaine, les rapports politico-stratégiques franco-allemands, 1954-1996 ?


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : ECL700
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/ecl700.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 8 mai 2011

Historien, ancien professeur d’université à Paris-IV Sorbonne, connu pour ses livres et ses recherches sur les relations internationales au XXe siècle, Georges-Henri Soutou est un grand spécialiste des relations entre la France et l’Allemagne.
Sa thèse sur les buts des guerre économiques de la Première guerre mondiale l’a conduit à se spécialiser ensuite sur l’histoire des relations franco-allemandes depuis 1945 et sur l’histoire de la Guerre froide.

A l’Université de Paris-IV- Sorbonne, il a été directeur du Centre d’Histoire des Relations internationales et de l’Europe, de 1990 à 2002 et directeur de l’Ecole doctorale « Mondes contemporains », jusqu’en 2000. Il est aussi membre du Conseil de direction du Comité d’Etudes des Relations Franco-Allemandes (CERFA), créé en 1954 par un accord gouvernemental entre la République fédérale d’Allemagne et la France, complété depuis 2007, par la mise en place de Dialogues d’avenir.

Il est donc la personne tout indiquée au sein de l’Institut pour nous éclairer sur l’histoire de ce qu’on a appelé communément « le couple franco-allemand », de ce qu’on a cru être le véritable moteur de l’Union Européenne pendant longtemps.

Georges-Henri Soutou, de l'Académie des sciences morales et politiques, Canal Académie 2011
Georges-Henri Soutou, de l’Académie des sciences morales et politiques, Canal Académie 2011
© Canal Académie

Rappelons que Georges-Henri Soutou est l’auteur chez Fayard de deux ouvrages très importants sur ce sujet.
- La guerre de Cinquante Ans, les relations est-ouest 1943-1990 raconte comment ce conflit global a structuré toute une époque sur le plan culturel, scientifique, économique. Le livre paru en 2001 s’interrogeait sur le fait que la guerre froide n’avait pas entraîné au final une « troisième guerre mondiale »

- Le deuxième livre encore plus orienté que le précédent, sur le « couple franco-allemand », s’intitule : L’Alliance incertaine, sous–titre : les rapports politico-stratégiques franco-allemands, 1954-1996. L’historien analyse l’histoire de ces deux principaux partenaires de la construction européenne avec leurs arrière-pensées divergentes, en particulier sur le plan stratégique.
Dans cette émission, Georges-Henri Soutou accepte de faire le point sur cette relation entre la France et l’Allemagne depuis 1996, jusqu’à nos jours.
Dans cette interview, Georges-Henri Soutou, rappelle pour commencer quelles sont les forces profondes du rapprochement franco-allemand après 1945. La relation entre les deux Etats, née telle une impulsion à laquelle les gens pouvaient ou non adhérer, était nécessaire mais fut insuffisante selon lui. Il explique l’importance des accords de Paris de 1954 qui ont rendu à l’Allemagne sa souveraineté et son armement dans le cadre de l’OTAN. Ces accords établissaient le statut de l’Allemagne et ont déterminé la base de l’équilibre franco-allemand jusqu’à la fin de la guerre froide. Le traité de l’Élysée de janvier 1963 jeta les bases d’une coopération militaire, politique, stratégique et culturelle entre les deux pays. Il revient sur la formation du couple franco-allemand, une dénomination populaire née sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, sur les forces et les faiblesses de cette relation privilégiée depuis la chute du mur de Berlin. Il considère la PAC et la position atlantiste de l’Union européenne comme un des grands acquis du moteur franco-allemand. Il rappelle que les gouvernements allemands ne pouvaient pas choisir Paris contre Washington pendant la guerre froide et qu’avant 1989, il n’y a pas eu de comité stratégique franco-allemand. La chute du mur de Berlin et la réunification de l’Allemagne ont incontestablement ouvert une ère nouvelle. La mise en place de l’Eurocorps adoptée lors du 59e sommet franco-allemand de 1992 et la création de la brigade franco-allemande en 1998, qui existe toujours et offre un extraordinaire laboratoire, ainsi que l’intervention de l’Allemagne au Kosovo en 1999, ont marqué des étapes importantes. Il situe les conséquences des traités de Maastricht (1992) et de Lisbonne (2007) pour la coopération franco-allemande. Enfin, il apporte son éclairage sur l’actuelle coopération entre les deux Etats dans le cadre d’une Europe à 27, abordant leurs divergences en matière de politique économique et énergétique. De la question de l’Euro à celle du nucléaire en passant par la crise libyenne, la coopération franco-allemande est au point bas, pour le moment, résultat de l’actuelle crise économique. Le traité de Lisbonne a pourtant prévu de mettre en place une politique commune de l’énergie et des structures permanentes de coopération renforcée en matière de défense. Le moteur franco-allemand reste nécessaire mais est insuffisant, selon Henri-Georges Soutou. La notion de couple, franco-allemand ou non est à relativiser. La forme même de ces moteurs reste utile à lancer l’impulsion des différentes politiques européennes. Mais, deux, trois pays ou davantage, France, Allemagne ou autre, pourraient désormais assumer ces rôles nouveaux.

Pour en savoir plus

- Georges-Henri Soutou sur le site de l’Académie des sciences morales et politiques
- CERFA : Comité d’Etudes des Relations Franco-Allemandes






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires