Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les langues régionales de France : le gallo, pris comme dans un étau (17/20)

Dix-septième émission de la série proposée par la linguiste Henriette Walter

Pris comme dans un étau entre le français, langue de tous les Français, et le breton, langue de la Bretagne dite bretonnante, le gallo se trouve dans une situation critique qui en fait un idiome dont l’existence même est peu ou mal connue. Cela tient en premier lieu à l’ambigüité du terme gallo, qui évoque d’abord l’idée une langue celtique. En fait, gallo vient d’un mot breton qui signifie « étranger » ou plutôt « non breton ». Peut-être a-t-on qualifié ainsi à l’origine tous les Bretons qui ne parlaient pas le breton, mais uniquement la langue romane de la Haute-Bretagne, que nous nommons le gallo.


Bookmark and Share

- Gallo et breton

Le terme gallo désigne aujourd'hui le produit de l'évolution du latin dans la partie orientale de la Bretagne, qui se parle encore en Ille-et-Vilaine, dans une partie des Côtes-d’Armor et du Morbihan et dans la Loire-Atlantique.
Sur le plan géographique, la frontière actuelle avec la Bretagne celtique s'étend approximativement de Paimpol à Vannes, en passant par Mur de Bretagne, mais le breton était beaucoup plus étendu vers l'est jusqu'au IXe siècle. Toutefois, à l'est d'une ligne allant du Mont Saint Michel à Pornic, en passant par Montfort sur Meu, les habitants de Haute-Bretagne n’ont jamais, historiquement, parlé le breton.
La Bretagne se divise donc, sur le plan de l'histoire des situations linguistiques, en trois régions :




- La double malchance du gallo

Depuis le rattachement de la Bretagne à la couronne de France, au XVe siècle, le gallo a connu, devant l'expansion de plus en plus pressante du français, le même sort que les autres langues régionales.
Malgré tout, dans cette zone d'oïl de l'Ouest où se parlaient des formes de langue assez proches de celle qui allait devenir la langue commune - le français -, le gallo avait toutefois gardé des spécificités dues à la proximité du breton. Mais alors que le breton, nettement différencié du français, pouvait et allait devenir un des éléments essentiels et reconnus de l'identité bretonne, cette forme de parler d'oïl qu'est le gallo a longtemps été sentie, à tort, comme du "français écorché". Qui plus est,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires