Pierre Brossolette, le sacrifice d’un théoricien du gaullisme

L’historien Eric Roussel retrace un portrait de ce personnage atypique de la Résistance française
Pierre Brossolette n’a pas bénéficié de la même postérité que Jean Moulin. Certes connu et reconnu – plus de 400 rues en France portent son nom-, il reste malgré tout quelque peu en retrait dans les mémoires d’autant plus que Brossolette fut précisément un des adversaires de Moulin dans les réseaux complexes de la Résistance. L’historien Eric Roussel, primé à plusieurs reprises par les Académies, nous en livre une biographie coéditée chez Fayard et Perrin.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Christophe Dickès
Référence : hist646
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hist646.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida6643-Pierre-Brossolette-le-sacrifice-d-un-theoricien-du-gaullisme.html
Date de mise en ligne : 20 mars 2011

Né à l’aube du XXe siècle, Pierre Brossolette, journaliste pacifiste engagé auprès d’Aristide Briand et de Léon Blum, nous apparaît comme un personnage atypique dans l’histoire complexe de la résistance française au nazisme. Pendant la guerre, il fait partie de ces personnages dont l’engagement a été résolument au dessus de ces divisons politiques et partisanes, si caractéristiques de la IIIe République et qui se prolongent sous certains aspects dans les rangs des Résistants.

Pierre Brossolette
Pierre Brossolette

Brossolette en fait évolue avec le temps, retirant des leçons de ses expériences dans ce siècle bouleversé par la guerre, la barbarie nazie et le totalitarisme soviétique. Le personnage surprend par ses multiples facettes : plus pragmatique qu’idéologue ; à la fois homme d’action, de terrain mais aussi penseur ; admirable organisateur et administrateur mais également figure intellectuelle du gaullisme... La postérité a pourtant préféré une autre figure, celle de Jean Moulin auquel il s’opposa : "Le conflit entre les deux hommes s’explique plus par des différences de tempérament, de conception et de méthodes que par un désaccord de fond. Avant tout, Moulin et Brossolette sont des fidèles de De Gaulle, même si l’allégeance du second ne va pas sans quelques restrictions. Tous les deux ont le souci de rassembler autour du Général, mais si l’un procède par voie d’autorité, l’autre préfère composer. Moulin, si l’on analyse bien sa critique, ne remet pas au demeurant en cause les résultats obtenus par Brossolette au cours de sa mission" affirme Eric Roussel dans sa biographie coéditée par Fayard et Perrin. Mais on retiendra aussi et surtout de Pierre Brossolette, l’admirable discours au Royal Albert Hall en 1943, pour l’anniversaire de l’appel du 18 juin. Ce texte mêle à la fois les héros de l’histoire de France, le sens du devoir, du service et du sacrifice. Mélange de lyrisme et de romantisme, les mots de Brossolette renvoient aussi à une vision fédératrice des forces politiques dans l’adversité. Par certains aspects, sa pensée préfigure le Gaullisme de la fin des années 50, réponse à la crise institutionnelle de la IVe République.

L’invité

Historien et journaliste, Eric Roussel a été critique littéraire au quotidien Le Monde de 1979 à 1984. Il collabore aujourd’hui au Figaro littéraire. Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire contemporaine et la politique française. En 1984, il a publié chez Lattès une biographie de Georges Pompidou. Son "Monnet", (éd. Fayard, 1995) a été couronné par le grand prix de l’essai de l’Académie française, le prix Guizot et le prix européen de l’histoire. En 2002, il publie un Charles de Gaulle, aux éd. Gallimard (prix du Mémorial - grand prix littéraire d’Ajaccio). Cinq ans plus tard, toujours chez le même éditeur, sa biographie de Pierre Mendès France reçoit le grand prix de la biographie de l’Académie française et le prix Jean Zay 2007. Eric Roussel est président de l’Institut Pierre Mendès France depuis mars 2007, et membre du Comité de rédaction de La Revue des Deux Mondes. Depuis 2007, il est membre de la commission Histoire et Sciences de l’homme et du Centre national du Livre. L’ensemble de son œuvre a été couronné en 2007 par l’Académie des sciences morales et politiques (prix Charles Aubert/ Histoire).

A lire également : Français en résistance (Carnets de guerre, correspondances, journaux personnels), édition établie par Guillaume Piketty, Robert Laffont, coll. Bouquins.