Point de vue : Pr André Vacheron sur l’euthanasie

de l’Académie des sciences morales et politiques, ancien président de l’Académie nationale de médecine
Le Pr André Vacheron résume son point de vue sur la proposition de loi visant à légaliser l’euthanasie, ou plus exactement "l’assistance médicale pour mourir", proposition repoussée par le Sénat mercredi 26 janvier 2011 par 170 voix contre 142. Nul doute que le débat reviendra sur le devant de la scène et que les assemblées parlementaires seront à nouveau appellées à se prononcer durant 2012 ou 2013. Notre invité rappelle la déontologie médicale, les risques de dérive et évoque aussi les situations exceptionnelles.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : VUE507
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/vue507.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida6599-Point-de-vue-Pr-Andre-Vacheron-sur-l-euthanasie.html
Date de mise en ligne : 30 janvier 2011

Cette émission a été enregistrée en janvier 2011.

Si une large majorité de Français (60% selon un sondage sur 1015 personnes de plus de 18 ans réalisé par Opinion Way pour la Société française de soins palliatifs, en janvier 2011) disent préférer le développement des soins palliatifs à la légalisation de l’euthanasie, que faut-il entendre exactement sous ce mot ? Est-ce un droit à mourir ou un permis d’accorder la mort dans certaines conditions ?
- "Ni l’un ni l’autre" répond le professeur Vacheron, qui compte parmi les membres de l’Observatoire national de fin de vie mis en place il y a un an (janvier 2010) par le Ministère de la santé, "c’est un acte délibéré qui provoque la mort d’un malade incurable pour abréger ses souffrances ou son agonie. Elle est considérée comme un meurtre, comme un homicide, dans la législation actuelle". Et de préciser que l’euthanasie ne saurait non plus être considérée comme une alternative aux soins palliatifs qui sont un accompagnement de fin de vie, ôtant autant que faire se peut la souffrance et l’angoisse.

Il rappelle que les soins palliatifs, largement développés depuis la loi Léonetti de 2005, ont permis une mise en place de plus de 105 unités en milieu hospitalier, plus de 6000 lits et des accompagnements à domicile par des équipes spécialisées.

La dérive majeure à craindre ?
- que l’on en vienne à confondre l’aide à mourir et l’aide au suicide. Dans certains pays, comme la Suisse, l’acte pour aider au suicide est toléré. "On n’est plus dans l’assistance à une personne en fin de vie. La porte sera ouverte à toutes les formes d’euthanasie, on finira par admettre l’euthanasie pour les déprimés, les très âgés, les grands malades, les personnes vulnérables et on finira par tuer pour des motifs personnels (un malade lourd à porter...) ou de société (les malades coûtent cher...)"

Il rappelle que la loi Léonetti prônant les soins palliatifs permet de respecter la personne et sa volonté librement exprimée de ne pas subir d’acharnement thérapeutique. Il n’y a aucun cas de geste létal pour abréger la vie et obtenir une mort plus rapide.

Les tenants de l’euthanasie n’utilisent d’ailleurs le mot euthanasie mais l’expression "Assistante médicalisée pour mourir". S’il y a assistance ou aide à... c’est bien qu’il s’agit d’un "acte", lequel doit, selon cette proposition de loi, être "réalisé sous le contrôle et en présence du médecin traitant qui a reçu la demande..." Le médecin serait donc impliqué obligatoirement. Or, "c’est impensable !" souligne le Pr Vacheron, "le médecin, de par le code de déontologie (art. 38) doit s’interdire de donner la mort : "Le médecin doit accompagner le mourant jusqu’à ses derniers moments... il n’a pas le droit de provoquer délibérément la mort. Il serait inacceptable que la relation de confiance entre le malade et son médecin soit ainsi ébranlée ".

Néanmoins, il faut admettre les situations exceptionnelles (comme celle du jeune Vincent Humbert), "je pense qu’il appartient au juge de déterminer si on peut dépénaliser la personne qui a aidé le demandeur à se suicider". La loi Léonetti est, à ses yeux, suffisante, il n’est nul besoin de légiférer.

Aller plus loin :

- Le Pr Vacheron avait déjà fait partager son point de vue opposé à l’euthanasie dans son discours de rentrée des 5 académies sous la Coupole, sur le thème du doute en médecine. Ecoutez le Le doute, thème de la séance de rentrée solennelle 2010 des cinq académies

- sur le site academie-medecine.fr on trouve le texte du communiqué publié en janvier 2011.

- Canal Académie propose également d’écouter la communication du Pr Vacheron lors de la séance du lundi 31 janvier 2011 La fin de vie et l’euthanasie .

- Ecoutez aussi le point de vue du cancérologue : Pr Lucien Israël : Regard sur l’euthanasie, dangers et dérives

Consulter des sondages :

- http://www.sfap.org/content/sondage-sur-les-soins-palliatifs-janvier-2011

- http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20070315.OBS7223/87-des-francais-favobablesa-l-euthanasie.html

Précision :

Comme tout académicien qui s’exprime sur Canal Académie, les propos du Pr Vacheron n’engage que lui-même et non l’Académie dont il est membre et non plus l’Institut de France.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires