Souvenirs de famille : Alain Peyrefitte, de l’Académie française

Evocation en compagnie de son fils Benoît
Alain Peyrefitte est ici évoqué par son fils Benoit, le plus jeune de ses enfants qui l’a accompagné dans le monde entier et en garde un souvenir fasciné. De son père, il a hérité de valeurs, de maximes de vie et de souvenirs exceptionnels dont le 13 octobre 1977 : sa réception à l’Académie française par Claude Lévi-Strauss. Cette émission est offerte en souvenir du 27 novembre 1999, date de la mort d’Alain Peyrefitte.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

La rédaction vous conseille la consultation du site : http://www.alainpeyrefitte.fr créé par son fils Benoit.

Benoit Peyrefitte garde en mémoire des discussions avec son père très riches : « C’était un homme passionnant ! Il était sérieux mais il avait beaucoup d’humour ! Etant le plus jeune de ses enfants, j’ai lié une complicité particulière avec mon père. Quand je suis né, il était déjà un homme politique. »

Et notre invité se souvient qu’il a accompagné son père dans la plupart des pays du monde, et notamment en Chine puisqu’Alain Peyrefitte y effectua dix-huit séjours ! Une phrase de grande lucidité indique combien il aimait "l’ailleurs" et le respectait : « L’Occident ne mesure pas toujours la haine que lui vouent des peuples humiliés et offensés par sa prospérité, son passé impérial, son présent dominateur, son appui à des régimes féodaux corrompus. »

Alain Peyrefitte entouré de son épouse et de son fils Benoit
Alain Peyrefitte entouré de son épouse et de son fils Benoit

De multiples fonctions par simple amour du citoyen

Né le 26 août 1925, à Najac dans l’Aveyron, Alain Peyrefitte reçoit une double formation : universitaire (ENS) et administrative (ENA). Diplomate de carrière pendant une dizaine d’années, il est nommé ministre plénipotentiaire en 1975. Il est élu, puis réélu député de Seine-et-Marne dans toutes les législatures de la Ve République (1958, 1962, 1967, 1968, 1973, 1978, janvier 1982, 1986, 1988, 1993). En 1995, il est élu sénateur de Seine-et-Marne puis conseiller général de Bray-sur-Seine de 1964 à 1988. Il est maire de Provins à partir de 1965, et le reste pendant trente-deux ans ! Nommé secrétaire d’État à l’Information en 1962, il enchaîne les portefeuilles (ministre de l’Information de décembre 1962 à janvier 1966 ; ministre de la Recherche scientifique et des Questions atomiques et spatiales en 1966-1967, ministre de l’Éducation nationale en 1967, ministre des Affaires culturelles et de l’Environnement en 1974. En mars 1977, il est Garde des Sceaux, ministre de la Justice, et le reste jusqu’en mai 1981.) Etre à l’écoute de ses concitoyens semble être la véritable nature de sa vocation. Ainsi, s’intéresse-t-il aux missions de réflexion sur des problèmes de société : la participation (1968-1969) ; la drogue (1969-1970) ; la décentralisation (1973-1974) ; la violence, la criminalité et la délinquance (1976-1977).

- « Mon père avait besoin de beaucoup d’action. De tous les titres qu’il a eus, c’était certainement « Monsieur le maire » qui comptait le plus pour lui. »

La solitude de l’écrivain derrière l’homme politique

Parallèlement à sa carrière politique, Alain Peyrefitte s’est distingué par une bibliographie abondante. Son œuvre littéraire lui valut notamment d’être élu membre de l’Académie française le 10 février 1977, au fauteuil de Paul Morand. En 1987, il est élu à l’Académie des sciences morales et politiques au fauteuil de Raymond Tournoux. Son premier essai, Le Mythe de Pénélope, en 1949, fut couronné par l’Académie française. Outre le Quand la Chine s’éveillera… le monde tremblera, (le titre cite une phrase apocryphe attribuée à Napoléon Ier, qui considérait que quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera), on peut également citer Le Mal français, paru en 1976, qui connut un important succès en librairie Son œuvre d’écrivain se compose essentiellement d’essais, bien qu’on y trouve un roman de jeunesse, Les Roseaux froissés qui dessine déjà son talent d’écriture. Il est également collaborateur de nombreux journaux et revues, dont Les Cahiers du Sud, La Nef, La Revue de Paris, La Revue des Deux Mondes, Commentaire, Le Point, L’Express, Le Monde, Le Figaro, Le Figaro-Magazine. Mais selon son fils, « Le livre qui restera à la postérité est son C’était de Gaulle. »

-  « Le Mythe de Pénélope est le fil rouge de sa vie littéraire dans la mesure où le thème de ce mythe est la confiance. Il essaie de montrer que les ressorts des nations, des états, des peuples ne sont pas seulement dûs au travail et aux choses rationnelles mais au côté irrationnel de la confiance qu’on donne à quelqu’un. Cette confiance que l’on reçoit d’autrui nous rend fort, nous permet d’être nous-mêmes et nous épanouit dans la vie ! »

Alain Peyrefitte en compagnie de son fils Benoit, invité de cette émission
Alain Peyrefitte en compagnie de son fils Benoit, invité de cette émission

- « Sa réflexion en tant qu’intellectuel lui a permis d’agir. »

- « Je crois que sa force était de braver tous les temps. Malgré les vicissitudes de la vie politique et notamment de mai 68 Alain Peyrefitte a continué à avoir une influence dans la sphère sociale et politique. »

- « Toute occasion était une occasion pour écrire. Il écrivait dès qu’il avait une minute, même sur un téléski ! Il avait toujours un crayon à la main. »

Le 13 octobre 1977 : jour de la réception d'Alain Peyrefitte par Claude Lévi-Strauss sous la Coupole
Le 13 octobre 1977 : jour de la réception d’Alain Peyrefitte par Claude Lévi-Strauss sous la Coupole

La réception à l’Académie française

- « Je n’oublierai jamais sa réception à l’Académie française le 13 octobre 1977 où pour la première fois la télévision était au rendez-vous et en direct ! Il y avait même eu une rediffusion le soir même animée par Léon Zitrone. J’avais 16 ans et je me souviens de ce grand événement. Mon père avait été reçu par le grand Claude Lévi-Strauss. »

Avec Jacqueline de Romilly également membre de deux académies : Académie française et Académie des inscriptions et belles-lettres
Avec Jacqueline de Romilly également membre de deux académies : Académie française et Académie des inscriptions et belles-lettres

- « J’aime les quelques mots qui sont sur son épée et sur son ex-libris : « Encore un peu plus oultre » ce qui signifie « encore un peu plus en avant, un peu plus haut, toujours plus loin pour pousser ses limites ». »

Et l’homme dans tout cela ?

- « J’ai eu la chance de le voir beaucoup plus physiquement que mes soeurs car je suis né beaucoup plus tard. J’ai voyagé avec lui jusqu’en Chine ou au Canada plusieurs fois, à Singapour, à Hong Kong... C’était un amoureux du sport et de la nature. Chaque année, nous allions faire du ski au moins deux fois. Il était aussi grand amateur de ski nautique et il me l’a enseigné. »

Le ski nautique : une passion
Le ski nautique : une passion

Que gardait cet homme au parcours si riche ? Une phrase du Général de Gaulle : « La seule querelle qui vaille est celle de l’homme. »

En savoir plus :

- Le site web d’Alain Peyrefitte fondé par son fils Benoit

- Alain Peyrefitte à l’Académie française

- Nos émissions : Alain Peyrefitte






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires