Nicolas Bouzou : une rentrée économique sous le signe de la "ri-lance"

L’économiste et président d’Astérès donne son point de vue sur l’actualité économique
Pour Nicolas Bouzou, cette rentrée économique 2010 rime avec "ri-lance" c’est-à-dire rigueur et relance. La terminologie de Christine Lagarde bat son plein à un moment où les stratégies du gouvernement doivent prouver leur efficacité.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Jean-Louis Chambon
Référence : ECL666
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/ecl666.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 26 septembre 2010

Nicolas Bouzou (1), économiste et président d’Astérès, donne son point de vue sur l’actualité économique de cette rentrée 2010. Où en est-on de la crise ? Quelle étape devons-nous à présent franchir ?

La « ri-lance » ou l’équation économique de rentrée

C’est au ministre Christine Lagarde que revient la paternité de ce néologisme, subtil concentré à base de rigueur et de relance qui évoque la difficulté d’une équation, économique, politique et sociale, que l’équipe gouvernementale devra s’efforcer de résoudre au plus tôt dès cette rentrée 2010.

Nicolas Bouzou passe en revue les pistes qui pourraient permettre de conjuguer l’impérieuse nécessité :

- d’un soutien d’une croissance encore atone qui conditionne à la fois le niveau de l’emploi, dramatiquement faible pour les jeunes et les seniors

- d’une réduction drastique d’un surendettement de l’Etat et de ses déficits.

Comment impulser à la fois « ce besoin d’air » avec l’incontournable rigueur, grand tabou de la parole publique, déjà bien avancée dans les faits comme dans les esprits.

Faut-il le faire sans le dire en satisfaisant au passage la tyrannique vigilance des marchés, avec la volonté chevillée au corps de conserver le fameux triple A, ou bien attendre encore et encore en espérant desserrer une pression sociale montante ?

L’urgence des réformes

Pour Nicolas Bouzou, les réformes qui se sont faites jour avec une grande intensité dans les pays comparables à la France ne peuvent plus attendre. Retraite, éducation, finances publiques, il faut maintenant passer à l’acte. Cela suppose à la fois une forte détermination et une finesse dans le pilotage, au cœur du triptyque « Economie – Finance – Social ». L’enjeu consiste à réenclencher une « spirale vertueuse » prenant sa source d’abord dans une confiance retrouvée pour enclencher une accélération de la croissance qui tire l’emploi vers le haut et redonne des marges de manœuvre pour le redressement des comptes et des finances publiques.

Tel est l’enjeu que Nicolas Bouzou considère, avec un optimisme teinté d’interrogation, comme à la portée de main d’un pays où l’imagination et la certitude d’un juste combat pour préserver son modèle social peut prendre le pas sur l’épuisement et le découragement de quelques « utopies gauloises… »

1 – Nicolas Bouzou a obtenu le prix Spécial du Jury du Prix TURGOT du meilleur livre d’économie financière avec « Le petit précis d’Economie » chez Eyrolles – Il a publié « Le capitalisme idéal » chez Eyrolles Editions.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires