Christian Lacroix et Maurizio Galante face aux divas du Centre National du Costume de Scène de Moulins

Interviews de Martine Kahane, Maurizio Galante et Christian Lacroix, par Virginia Crespeau
Au Centre National du Costume de scène, à Moulins, visite de l’exposition « Vestiaire de Divas », avec trois interviews exclusives pour vous accompagner : l’âme fondatrice de lieu, Martine Kahane, le scénographe et couturier italien Maurizio Galante, et aussi un immense nom de la Haute Couture française, Christian Lacroix. Ils nous parlent des divas... et c’est un enchantement !


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Virginia Crespeau
Référence : CARR712
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr712.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 15 août 2010
Le Centre National du Costume de Scène à Moulins
Le Centre National du Costume de Scène à Moulins

Dans un cadre rendu enchanteur par la nature qui l’entoure, et impressionnant par la présence imposante du monument historique qui abrite le Centre National du Costume de Scène, vous pouvez entendre les entretiens que nous ont accordés sur place l’âme fondatrice du CNCS, Martine Kahane, ainsi que le scénographe, designer, couturier italien qui a réalisé cette exposition Vestiaire de Divas, Maurizio Galante.

Christian Lacroix, Président d'honneur du Centre National du Costume de Scène
Christian Lacroix, Président d’honneur du Centre National du Costume de Scène

C’est en outre un grand nom de la création dans la Haute Couture française, Christian Lacroix, qui a accordé à Virginia Crespeau une interview exclusive (Christian Lacroix est le Président d’Honneur du Conseil d’Administration du CNCS).

Martine Kahane
Martine Kahane

Martine Kahane et sa collaboratrice Delphine Pinasa (Directrice du CNCS) ont écrit : « N’oublions pas qu’à l’origine, pour les Romains, puis pour les Italiens, la Diva est une déesse. À l’aube du XIXe siècle, elle descend sur Terre sous les traits d’une cantatrice dont le talent, la personnalité et la virtuosité forment un cocktail détonnant qui nourrit un succès et une popularité sans pareils ; son public va bien au-delà du cercle des amateurs et lui voue un culte passionné. »

Description de Martine Kahane :

« Le CNCS est un site de 4 hectares au bord de l’Allier, en face de la ligne des toits de Moulins, au-delà d’un très beau pont, le pont Règemorte, du nom d’un ingénieur de Louis XIV.

Le pont de Regemorte sur l'Allier
Le pont de Regemorte sur l’Allier

C’est en fait le premier quartier de cavalerie, -car on ne dit pas caserne pour cette arme noble qu’est la cavalerie- ; il fut construit sous le règne de Louis XV, sur ordre du Duc de Choiseul alors Ministre de la guerre, pour « encaserner » les cavaliers car à l’époque, les troupes étaient logées chez l’habitant où elles faisaient beaucoup de désordre évidemment… Chacun a en tête l’opérette Les Mousquetaires au couvent ! On a donc voulu placer les troupes dans des casernes et celle-ci est un prototype : c’est le premier quartier de cavalerie construit en France par le très grand architecte des Lumières qu’est André Antoine, qui a notamment construit l’Hôtel des Monnaies à Paris.

C’est un noble bâtiment aux belles proportions majestueuses,

Entrée de l'exposition
Entrée de l’exposition

construit avec une belle pierre blonde, dorée, aux veines allant du rose au violet ; les sols sont en lave, on n’est pas loin de Clermont-Ferrand, et de la chaîne des volcans. Les cavaliers ont disparu à l’entre-deux guerres au profit des troupes portées par des engins, et à ce moment-là, la caserne est restée sans destination aucune… L’État l’a sauvée en classant le bâtiment monument historique ; à partir de là, un programme scientifique a commencé à se développer pour savoir ce qu’on allait faire de ces espaces très beaux …C’est ainsi que s’est développée l’idée de les transformer en Musée du Costume de Scène, ce qui n’existe nulle part ailleurs dans le monde, c’est le premier du genre.

Costumes de scène de la Belle au bois dormant
Costumes de scène de la Belle au bois dormant

Nous avons la chance d’avoir pour partenaires de grandes institutions culturelles comme l’Opéra de Paris, la Comédie Française, et la Bibliothèque Nationale de France qui nous ont confié leurs fonds muséographiques et leurs papiers, maquettes, affiches, programmes, photos, estampes… de la vie théâtrale française. »

Maurizio Galante est designer, couturier et directeur artistique de l’exposition « Vestiaire de Divas »

Lorsqu’on lui pose la question : « Qu’est-ce qu’une Diva, qu’est-ce qui vous fascine chez les Divas ? » Maurizio Galante répond : « Réelle et irréelle, fragilité et force, beauté complexe et simplicité pure, vie privée et vie publique, pensée commune et fragilité intime… Un équilibre délicat, parfois un véritable exercice d’acrobatie, sont nécessaires pour réussir à garder les deux mondes bien séparés… »

Le parcours de cette exposition raconte cette dualité avec deux espaces bien précis :

Un premier espace lié à l’intime, au personnel, à ce qui se passe derrière la scène et que le public peut difficilement voir. Dans un décor de loge, divers objets, tenues et accessoires sont rangés et attendent leur diva, prêts à être utilisés comme simples instruments ou comme objets de la mémoire.

Un second espace au contraire, avec ses vitrines généreuses, ouvertes vers le spectateur, raconte l’image publique avec une série de tenues et de costumes de scène, témoignages de moments magiques et uniques.

Maurizio Galante : « J’ai envie que les visiteurs soient devant l’objet et en même temps à l’intérieur… Vestiaires de Divas veut toucher de l’intérieur chaque visiteur et lui faire vivre des émotions, tel est le but de cette exposition. »

Christian Lacroix, grand nom de la Haute Couture française, met sa création au service de bien des Divas.

Le costume de Médée porté par Maria Callas
Le costume de Médée porté par Maria Callas

Pour lui, « La Diva perfetta, assoluta, transgresse tous les codes pour échapper aux simples mortels que nous sommes. Elle use de violence pour brouiller les pistes et perpétuer le feu sacré éblouissant qui nous aveugle. Elle explore les abysses du désespoir (tragédie à la scène, suicide à la ville) pour nous faire éprouver les tréfonds de son âme, de son art et de sa condition. La Diva est d’une dimension où consensus et convenances ne sauraient avoir cours ni sens. »

Christian Lacroix, nous l’avons rencontré pour vous à Moulins, le jour même où il découvrait l’exposition Vestiaire de Divas scénarisée par Maurizio Galante ; nous avons recueilli ses impressions à chaud… Christian Lacroix : « Ce que j’ai aimé découvrir aujourd’hui avec l’exposition « Vestiaires de Divas » c’est l’espace qui ne se ressemble plus ; c’est important car il peut y avoir un effet de lassitude ressenti par les voyageurs, les visiteurs, les gens de Moulins qui viennent souvent… Il était très important que ce lieu grandisse et se diversifie et que chaque exposition apporte un charme renouvelé… »

L’exposition Vestiaire de Divas vous est proposée par le CNCS, à Moulins, jusqu’en décembre 2010.

Pour d’autres événements et programmations en lien avec « Vestiaire de Divas », renseignements : www.cncs.fr

Ecoutez le premier volet de ce reportage : Les divas et leurs sublimes costumes de scène exposés à Moulins






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires