Les mots des religions : "liberté" 1/2

avec Laurent Schlumberger, président de l’Eglise réformée de France
Laurent Schlumberger, Président de l’Eglise Réformée de France, est convaincu que « c’est au cœur de la culture et des questions du monde contemporain que la foi chrétienne éprouve sa pertinence libératrice ». C’est pourquoi Canal Académie le reçoit pour commenter en deux parties le mot "Liberté".


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Virginia Crespeau
Référence : TOR539
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/tor539.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida6048-Les-mots-des-religions-liberte-1-2.html
Date de mise en ligne : 22 août 2010

Laurent Schlumberger est théologien, auteur, formateur, pasteur de l’Eglise Réformée de France, a été détaché pendant plusieurs années auprès de la Mission Populaire Evangélique de France : un mouvement qui se situe dans une sorte de tension constitutive entre d’un côté l’Evangile, cette parole que Jésus a incarnée et portée, et de l’autre l’action sociale parmi la population et les plus démunis en reconnaissance, dignité et biens matériels.

« Il n’y a de fatalité ni dans l’injustice, ni dans l’oppression, ni dans l’échec ; la solidarité, l’éducation populaire, l’engagement, la fraternité renversent des montagnes, permettent d’être à nouveau debout quand on a été à terre ; c’est une conviction, ce sont des actions que l’on jette en quelque sorte à la face du malheur. Les travailleurs de la Mission Populaire entendent contribuer à rendre habitable et fraternelle la terre habitée. »

Concernant sa démarche chrétienne personnelle, Laurent Schlumberger confie aux micros de Canal Académie : « Je crois que c’est le cas de beaucoup de protestants, ceux du moins qui ont reçu une éducation marquée par le protestantisme : il y a toujours un moment où il faut prendre de la distance, aller voir ailleurs, faire du chemin et on redevient protestant par un itinéraire personnel ; ce n’est pas quelque chose qui se transmet sans que l’on fasse soi-même la démarche d’y plonger… Car cela ne relève ni d’un rite à accomplir ni simplement de valeurs à recevoir et à retransmettre mais bien d’un saisissement de toute l’existence, c’est ce qui m’est arrivé : j’ai reçu une éducation, j’ai pris mes distances et puis j’ai été, si je puis dire, rattrapé par le col par cette foi chrétienne ; et paradoxalement, c’est en étant « rattrapé par le col et saisi » que j’ai découvert de l’intérieur la liberté que donne la foi chrétienne. »

Foi chrétienne et liberté :

« Il s’agit d’une liberté de relation ; je prends un exemple : pensez à l’amoureux qui se sent pousser des ailes lorsqu’il tombe amoureux ; c’est de cette liberté là qu’il s’agit : non pas une liberté qui me laisse extérieur à ce dont il est question mais au contraire une expérience forte qui me saisit, me dépasse, me précède d’une certaine manière et qui m’ouvre alors à une liberté qui me relève et me met en marche.

La liberté de la foi, la liberté dont il est question dans l’Evangile, c’est cette liberté de relation que je ne choisis pas mais qui me propulse dans un univers nouveau, de relation nouvelle que je n’aurais jamais découvert si ce n’était pas un autre qui m’avait saisi… »

Virginia Crespeau propose à Laurent Schlumberger de choisir parmi tout un choix de citations ayant trait à la liberté, celle qu’il préfère.

Laurent Schlumberger : « J’ai été sensible à cette phrase fameuse de Jean-Paul Sartre qui dit que nous sommes condamnés à la liberté, qu’on ne choisit pas la liberté… : peut-être qu’une partie de cette réflexion vient des ascendances protestantes de Jean-Paul Sartre puisqu’il avait un grand-père pasteur… Sartre souffre comme Luther dit qu’il souffrait Dieu, c’est-à-dire qu’en effet nous ne choisissons pas la liberté comme nous ne choisissons pas notre langue maternelle, mais c’est cela qui ouvre le champ des possibles de manière illimitée. Je trouve dans cette phrase de Sartre, le paradoxe qui fait que la liberté c’est ce à quoi nous sommes appelés, et en laissant cet appel résonner en nous, la vie dans toute son humanité la plus épaisse, la plus profonde, la plus promise à un avenir ouvert, se révèle. »

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie " écrivait Jacques Prévert.

Notre invité avoue également bien aimer la phrase de Jacques Prévert qui met en tension Liberté et Vérité parce qu’elle lui fait penser à cette parole que Jésus, selon l’Evangile de Jean, adresse à ses disciples : "Si vous demeurez dans ma parole, vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libre. »

Ecoutez la seconde partie : Les mots des religions : "Liberté" 2/2






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires