Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Autour de Lucy : nos connaissances sur les traces de nos origines

Par Yves Coppens, membre de l’Académie des sciences, Maurice Taïeb et Brigitte Senut
Trente années après sa découverte, Lucy n’a pas encore dévoilé tous ses secrets et le sol d’Éthiopie continue de livrer de multiples indices sur les origines de l’humanité. Canal Académie a sélectionné les interventions d’Yves Coppens, Maurice Taïeb et Brigitte Senut, données en juin 2010 au Muséum national d’histoire naturelle. Yves Coppens revient sur l’histoire de la découverte de Lucy, Maurice Taieb évoque l’évolution des techniques de fouilles depuis 1974. Brigitte Senut parle du débat animé sur les raisons de la bipédie.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : col616
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/col616.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 3 septembre 2010


Lorsque Yves Coppens poursuit ses recherches au bord du fleuve Omo en Éthiopie en 1967, les fouilleurs sont trois parties prenantes : une partie britannique, une autre américaine et enfin une française. « Nous nous sommes divisé le terrain comme en concessions » explique le paléontologue. « Rapidement, les Britanniques sont partis au Kenya et comme les Américains ne trouvaient rien sur leur bout de terrain, nous avons séparé ma concession en deux ; Clark Howel dans le Nord et moi dans le Sud ».

Yves Coppens de l'Académie des sciences, professeur honoraire au Collège de France
Yves Coppens de l’Académie des sciences, professeur honoraire au Collège de France

Deux ans plus tard, en 1969, le jeune paléontologue Maurice Taieb vient voir Yves Coppens au Muséum à Paris. Il lui rapporte une magnifique dent d’éléphant retrouvée au bord du fleuve Awash, datant de 2 à 3 millions d’années. Un an plus tard, il revient de nouveau avec un deuxième lot de fossiles retrouvés cette fois-ci à Gawani, toujours en Éthiopie ; des restes de cochons, d’antilopes, d’éléphants, datant eux aussi de 2 à 3 millions d’années. C’est une certitude, il y a une piste à explorer.
C’est ainsi que Maurice Taieb monte en 1972 une expédition internationale appelée l’IARE, Internationale Afar Research Expédition, avec quatre fondateurs : Maurice Taieb, Yves Coppens, et les deux américains Donald Johanson et Jon Kalb.

Lucy, <i>Australopithecus afarensis</i>, découverte par le trio Coppens, Taieb, Johanson.
Lucy, Australopithecus afarensis, découverte par le trio Coppens, Taieb, Johanson.

« Il était important pour Maurice Taieb de travailler main dans la main avec les chercheurs étrangers. Il ne voulait plus de concessions ». C’est ainsi que Lucy, du nom de la célèbre chanson des Beatles Lucy in the Sky with Diamonds écoutée en boucle par les chercheurs, a été découverte au bout de deux années de fouilles, en 1974. « Jon Kalb nous ayant quitté en 1973, il existe trois papas de Lucy : Maurice, Donald et moi ».
Ce n’est qu’en 1978 que le genre Australopithecus afarensis a été attribué à notre chère Lucy, avec des ambiguïtés que le professeur Coppens précise au cours de son intervention.

Maurice Taieb, Docteur en géologie
Maurice Taieb, Docteur en géologie

Dans la deuxième partie de cette conférence-débat, c’est justement Maurice Taieb qui prend la parole. Il explique la richesse des découvertes réalisées encore dans le traingle de l’Afar : "Le triangle de l’Afar est une zone de dépression où l’on retrouve toutes une série de dépôts associés au volcanisme, depuis 7 millions d’années jusqu’à 150 000 ans. Ardipithcus a été trouvé et daté à 4,4 millions d’années avec des datations de béryllium, Toumaï, Orrorin, et Lucy y ont été découverts également. C’est la raison pour laquelle je parle de nos "origines éthiopiennes".
On retrouve dans un même espace tous les strats qui ont donné des hominidés".

D’après les fouilles réalisées, la faune qui entoure Lucy est celle des forêts claires tropicales (des forêts qui pourraient ressembler à l’Okavango) , avec des crocodiles, des silures, des hippopotames, des cochons, des éléphants (dont le mammouth) et toutes sortes de carnivores à dents de sabre ; « une faune très riche qui change peu de temps après Lucy. C’est la conséquence du changement climatique » précise Yves Coppens.

Brigitte Senut, Docteur en Paléontologie
Brigitte Senut, Docteur en Paléontologie

Le point sur lequel Maurice Taieb et Yves Coppens sont en désaccord, c’est l’origine de la bipédie de Lucy et des autres australopitechus afarensis.
« C’est pour manger dans les arbres des forêts clairsemées que l’homme s’est relevé. C’est ce qui caractérise les pré-humains (Orrorin, Toumaï) de l’homme. Avec Lucy, on s’oriente vers une bipédie exclusive assure » Yves Coppens. Maurice Taieb de son côté pense que l’origine de la bipédie n’a rien à voir avec les changements climatiques qui auraient transformé une forêt dense en forêt clairsemée... Débat à suivre !

La troisième partie de cette conférence retransmise ici pourra peut-être aider nos deux éminents chercheurs à s’entendre. Brigitte Senut, Professeur au Muséum national d’Histoire naturelle et Docteur en Paléontologie revient sur le débat actuel des raisons de la bipédie et de la locomotion.

Autour de Lucy, un fossile pas comme les autres était une conférence-débat avec Yves Coppens, Maurice Taieb et des chercheurs spécialistes des premiers hominidés. Elle a eu lieu le 19 juin 2010 et était organisé par la fondation Alliance Française et l’Alliance Française d’Addis-Abeba, le Musée de l’Homme et la Société des Amis du Musée de l’Homme.

Canal Académie a repris des extraits de cette journée enregistrée par le service multimédia du Muséum. Retrouvez la totalité des interventions sur le site du Muséum national d’histoire naturelle.

En savoir plus :

- Yves Coppens, de l’Académie des sciences
- Yves Coppens sur Canal Académie






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires