Fêtes et Crimes à la Renaissance : La Cour d’Henri III

avec Pierre-Gilles Girault, commissaire de l’exposition et conservateur adjoint du château de Blois
La figure mal aimée d’Henri III, troisième fils d’Henri II et de Catherine de Médicis, incarne particulièrement les ambiguïtés du temps. Le Château Royal de Blois a présenté en août 2010 une exposition d’or et de sang : « Fêtes et Crimes à la Renaissance : la Cour d’Henri III ». Pierre-Gilles Girault, commissaire de l’exposition et conservateur adjoint du château de Blois, s’attache à reconsidérer la légende noire et rose de ce roi méconnu.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Anne Jouffroy
Référence : HIST619
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hist619.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida5999-Fetes-et-Crimes-a-la-Renaissance-La-Cour-d-Henri-III.html
Date de mise en ligne : 18 juillet 2010

Blois, carrefour des cours européennes au XVIe siècle, fut une ville très fortement marquée par le sceau de la Renaissance. Le souvenir d’Henri III lui est associé en raison des États généraux qu’il y réunit et de l’assassinat de son rival Henri de Guise, qu’il y organisa.

Bal des noces de Joyeuse. Attribué à Hieronymus Francken
Bal des noces de Joyeuse. Attribué à Hieronymus Francken

La confrontation des thèmes de l’exposition - qui peuvent sembler antinomiques : « Fêtes et Crimes » ! - attestent des liens entre la dure réalité de la politique en temps de guerre civile et les artifices, cérémonial et fêtes, utilisés comme instruments de la réconciliation. La fête jouait, en effet, un rôle politique. Elle exprimait la magnificence du souverain et constituait un moyen de gouvernement. Elle permettait au peuple de libérer ses pulsions, tout en obéissant à un discours sur la nécessité de sa sujétion. La fête était un élément indispensable de la vie quotidienne : l’esprit « baroque » regardait la fête, non comme du superflu, mais comme un élément essentiel de la vie.

L'Assassinat du duc de Guise. Paul Delaroche et atelier
L’Assassinat du duc de Guise. Paul Delaroche et atelier

Tapisseries, portraits peints et sculptés, tableaux historiques, gravures et libelles de propagande, armes, armures et objets d’art prêtés par le Louvre, les musées nationaux (Ecouen, Pau…) et de nombreux musées français et collectionneurs privés, ainsi que plusieurs œuvres venues de Pologne, présentées pour la première fois en France, font revivre cette époque tourmentée et renouvellent l’image du roi et du clan Valois autour de Catherine de Médicis.

Roi intellectuel, artiste, poète, mais aussi administrateur soucieux du royaume, Henri III connut les derniers feux de la Renaissance : ceux de l’éclat des fêtes et du brasier des guerres. Roi de Pologne et roi de France, admirateur de l’Italie, Henri III personnifia la dimension européenne de la Renaissance. Lettré et fin politique, le dernier de Valois fut victime d’une légende le dépeignant comme un roi faible, maniéré, entouré des mignons et de bilboquets !

Portrait d'Henri III vers 1575 attribué à Bernard Limosin
Portrait d’Henri III vers 1575 attribué à Bernard Limosin

Tout au long de la vie de ce souverain (1551-1589), fêtes et tragédies se succédèrent : la mort de son père en 1559, la Saint–Barthélemy en 1572, la mort de ses frères et de Marie de Clèves son grand amour.

La cour d’Henri III de réputation scandaleuse et extravagante fut caricaturée par des écrits de propagande, tant de la Ligue Catholique que de Réformés extrémistes, et ridiculisée à partir du XVIIe siècle, quand tout ce qui était « baroque » fut jugé comme manifestation de bizarrerie et de mauvais goût.

La mémoire d’Henri III fut occultée par celle de son successeur Henri IV et des Bourbons dont il ne fut plus que le faire-valoir : dans les affres de l’agonie, la nuit du 1er au 2 août 1589, Henri III désigna Henri de Navarre comme son successeur. Les Bourbons succédèrent aux Valois, Henri IV à Henri III. La tragédie des Valois, ouverte en 1559, par l’accident mortel d’Henri II s’acheva, trente ans plus tard, par le meurtre de son dernier fils.

De nos jours, le recul de l’histoire accorde un rôle emblématique à ce roi assassiné par Jacques Clément : sa mort, son effacement politique, aurait constitué une étape nécessaire à la réconciliation nationale, et ainsi au passage vers la monarchie absolue et à la suprématie de l’État. « Henri III fut le premier martyr royal reconstruit ».

Entre mythe et réalité, cette exposition explore la tension permanente de cette fin du XVIe siècle et permet de mieux connaître ces moments troublés dont la célébrité romanesque a parfois occulté des pans entiers de l’Histoire de France en général et celle du château royal de Blois en particulier.

En savoir plus :

- Château Royal de Blois Place du Château 41000 BLOIS
- Tél : 00 33 (0)2 54 90 33 33
- Courriel : château@ville-blois.fr






© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Commentaires