Henri IV à Chantilly. Portraits d’un règne

avec Nicole Garnier-Pelle, conservateur général du patrimoine, chargée du musée Condé
Le musée Condé du Domaine de Chantilly s’associe à la célébration du quatrième centenaire de l’assassinat d’Henri IV avec une grande exposition dédiée à la figure de l’un des rois les plus populaires de l’histoire de France. Nicole Garnier-Pelle, conservateur général du patrimoine, chargée du musée Condé retrace la vie de ce fameux roi Bourbon à partir des œuvres, exceptionnellement réunies pour l’occasion.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Anne Jouffroy
Référence : CARR709
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr709.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida5998-Henri-IV-a-Chantilly-Portraits-d-un-regne.html
Date de mise en ligne : 25 juillet 2010

Des peintures, des sculptures, des dessins, une tapisserie, des miniatures, composent un portrait fascinant de ce grand familier de Chantilly, premier Bourbon à accéder au trône. La présentation d’Henri IV et de son entourage, les faits marquants de son règne, la pompe funéraire entourant sa tragique disparition mais aussi des productions posthumes, commandées par son descendant le duc d’Aumale, éclairent la vie du souverain jusqu’à la construction du mythe du « bon roi Henri » au cours des siècles suivants.

- Pour Henri IV, Chantilly est « la plus belle maison de France, et plus belle que les siennes. »

Nicole Garnier-Pelle évoque les liens particuliers tissés entre le roi et Chantilly ; il se rend fréquemment chez « son compère » le connétable Henri Ier de Montmorency (1534-1614) ; il vient y chasser et veut même lui échanger Chantilly contre l’un des châteaux royaux ! Mais le compère lui répond : « Sire, la maison est à vous, mais que j’en sois le concierge ».

Le roi Henri IV (1553-1610)
Le roi Henri IV (1553-1610)

Chantilly, propriété de l’Institut de France, dispose par ailleurs de la plus belle collection française de portraits peints et dessinés des grandes figures de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle, contemporaines d’Henri IV. Ainsi dès le temps des princes de Bourbon-Condé, cousins du roi, le château de Chantilly conserve le buste d’Henri IV en cire polychrome attribué au sculpteur Guillaume Dupré.

Henri de Bourbon, roi de France et Henri d’Orléans, duc d’Aumale

Henri d’Orléans, duc d’Aumale, fils du roi Louis-Philippe et donateur de Chantilly à l’Institut de France, voue un véritable culte à Henri IV et se présente comme son filleul. Il place le buste du roi par Marqueste dans le vestibule d’honneur du château avec sa devise : « De bon roi, bon heur » et dans la première pièce de ses appartements l’émail de Popelin représentant le roi équestre.
Au total, le musée Condé conserve seize portraits du roi, que ce soit en peinture, sculpture, dessin, miniature, tapisserie, émail, sans compter plusieurs dizaines de gravures du temps : toutes les techniques sont représentées. On peut comprendre pourquoi une exposition sur Henri IV s’imposait à Chantilly pour célébrer le quatrième centenaire de sa mort !

La pompe funéraire des rois de France et Henri IV

Au Moyen-age et à la Renaissance, il était habituel de présenter le corps du roi à la foule des Parisiens. Ce rite disparut après 1610. Les sculpteurs réalisaient, alors, des mannequins dont les visages de cire devaient évoquer la personne du roi avec réalisme.
Pendant l’exposition, sont confrontés pour la première fois les trois bustes en cire polychrome d’Henri IV conservés au musée Condé de Chantilly, au musée Carnavalet de Paris et au musée Granet d’Aix-en-Provence.

Des portraits de famille… au tocsin de la Saint-Barthélémy

L’exposition du musée Condé est aussi un prétexte pour voir ou revoir les merveilleux portraits peints ou dessinés de Clouet, conservés à Chantilly.

Léonard Limosin (actif entre 1533 et 1577) Antoine de Bourbon, roi de Navarre (1518-1562), père du roi Henri IV
Léonard Limosin (actif entre 1533 et 1577) Antoine de Bourbon, roi de Navarre (1518-1562), père du roi Henri IV

Le premier secteur de l’exposition montre les parents du roi de Navarre (Jeanne d’Albret et Antoine de Bourbon, par François Clouet), sa belle-famille Valois (sa belle-mère la reine Catherine de Médicis, sa première épouse la reine Margot, ses beaux-frères les rois Charles IX et Henri III).
On trouve aussi des portraits de l’amiral Coligny, du duc de Guise et des maîtresses du roi, comme Gabrielle d’Estrées, la plus aimée entre toutes. Enfin, des objets évoquant les Guerres de religion sont également exposés, notamment un fragment de la cloche de l’église Saint Germain-l’Auxerrois, celle-là même qui sonna la Saint-Barthélémy.

La légende du « bon roi Henri » et l’histoire de l’art

Sitôt après sa mort, Henri IV, très controversé de son vivant, est regretté des Français. On parle même de « déploration » ! Par la suite, au début du XIXe siècle, après la Révolution, le premier roi bourbon, incarnant l’union des Français, devient le plus populaire de nos rois, et le symbole de la monarchie retrouvée sous la Restauration. De nombreux peintres et dessinateurs s’emparent de son image, on le représente aussi bien enfant (statuette en argent par Odiot d’après le modèle de Bosio-Salon de 1822) qu’âgé, en rude soldat cuirassé (bronzes de Marqueste, émail de Popelin) ou sous les traits du Vert-Galand.

A Chantilly, cet été, l’évocation de l’univers du souverain, la construction et l’évolution de son image retracent l’histoire de la France.

Buste du roi Henri IV par Guillaume Dupré
Buste du roi Henri IV par Guillaume Dupré

En savoir plus :

- Au même moment au Domaine de Chantilly, au Cabinet des livres : « Il faut tuer le roi. Complots et attentats contre le monarque en France du XVIe au XIXe »

La thématique du régicide, qualifiant à la fois l’acte et son auteur, traverse toute l’histoire de France. Á partir de la figure de Ravaillac, les collections de la bibliothèque et des archives présente ce thème aux résonances contemporaines. Des illustrations des régicides les plus fameux (Jacques Clément, Ravaillac, Damiens, Louvel, Fieschi, Caserio) et leurs victimes frappées ou manquées (Henri III, Henri IV, Louis XV, Napoléon, Louis-Philippe, Sadi Carnot), des textes théoriques, des actes de procédures et même des « pièces à convictions » éclairent les motivations, les faits et leurs conséquences de ces attentats.

Renseignements pour les deux expositions : www.domainedechantilly.com reservation@domainedechantilly.com Tel : 03 44 27 31 80






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires