Le roman Tant de feuilles emportées par les jours : des imprimeurs dans les tourmentes révolutionnaires

Jean Mauduit met en roman la vie de Sébastien Bottin et des imprimeurs Didot
La vie, les réussites et les épreuves de la famille des Didot, imprimeurs nationaux et fournisseurs officiels de l’Institut de France, et celles de créateur du bottin, ont inspiré à Jean Mauduit son roman Tant de feuilles emportées par les jours. Il nous entraîne dans les tourmentes de l’Histoire et dans les secrets de l’imprimerie, autant dire de la liberté de penser et d’écrire.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Jean MAUDUIT
Référence : PAG789
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag789.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 11 juillet 2010

On peut faire, on le sait, un véritable roman tout en s’inspirant de personnages liés à l’Histoire. Mais choisir un personnage lié à l’histoire de l’Institut de France est plus rare ! Le roman qui s’intitule « Tant de feuilles emportées par les jours » et que l’on doit à Jean Mauduit (publié chez Flammarion) y réussit pourtant.

Tant de feuilles, ne vous y trompez pas, ce ne sont pas les feuilles des arbres emportées par le vent d’automne, mais des feuilles de papier, d’imprimerie, puisqu’il s’agit en réalité de l’histoire d’une grande famille d’imprimeurs, les Didot, qui ont régné pendant deux siècles sur l’imprimerie française.

Sous deux personnages principaux, Firmin Bodin et Sébastien Mongeot, se cachent Firmin Didot, le fondeur, graveur et imprimeur de génie, et Sébastien Bottin, le créateur du fameux bottin. Jean Mauduit nous présente dans cette interview ces deux personnages qui, avec leur famille, vont se trouver mêlés à toutes les convulsions de l’époque, la Révolution, la Terreur, l’Empire, la Restauration, les barricades, la Révolution de 1830, etc. Si bien que le lecteur se trouve emporté dans un tourbillon où tout est à la fois romanesque et historique.

- Firmin Didot, le vrai, il faut sans doute le rappeler, fut élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1790, comme membre libre. Il était l’imprimeur officiel de l’Institut, créé en 1795.

Statue de Firmin Didot à l'Hôtel de Ville de Paris
Statue de Firmin Didot à l’Hôtel de Ville de Paris

« Firmin, avec sa lourde tête auréolée d’une abondance de cheveux châtains que l’âge avait à peine touchée, son jabot de dentelle, son habit bien coupé, l’air de sérénité bienveillante dont son visage était empreint, s’était donné toutes les apparences de l’homme éminent qu’il était devenu. N’était-il pas, avec Pierre son aîné, l’inventeur de la stéréotypie, qui marquait une date dans l’histoire de l’imprimerie et plus encore de la culture ?... Le Premier Consul avait autorisé Pierre à installer ses presses au Louvre dans l’ancien local de l’Imprimerie royale, et Firmin avait reçu le titre d’imprimeur officiel de l’Institut ; il envisageait de se présenter à l’Académie française, fort de ses œuvres personnelles car il tâtait de la littérature. C’était lui qui avait traduit en vers tout un volume de poésie ancienne, les Bucoliques de Virgile, les Idylles de Théocrite, de Bion et de Moschus... »

Sébastin Mongeot, lui, en réalité Sébastien Bottin, est l’ancêtre des statisticiens. Dénombrer est son mot d’ordre ! Il compte tout sur tout et établit des milliers de fiches qui donnent naissance au fameux bottin.

L’époque, que Jean Mauduit connait fort bien, est aussi celle des journaux, nombreux, Le National (dont Thiers était le directeur fondateur) Le Temps, le Globe...

L’auteur nous montre combien ces deux personnages avaient une haute idée de leur travail : « Nous n’avons qu’une loi, mon cher cousin : la transmission de la culture. Nous avons peut-être imprimé les assignats mais dans le même temps, et grâce à cela, nous poursuivions l’édition en trente-deux volumes de la "Collection des auteurs classiques français et latins"... Nous perpétuons ce que le génie des hommes a produit de plus beau en matière d’écrit est nous le rendons accessible aux nouvelles générations. Nous sommes des chambellans de la culture. Nous ouvrons les portes du palais et nous allumons les flambeaux »...

L’écriture de Jean Mauduit, comme dans ses précédents romans, reste enlevée et pleine du panache qui anime ses héros. Pour le plus grand plaisir du lecteur.

En savoir plus :

Jean Mauduit est également l’auteur de :
- La Révolte des femmes, Fayard, 1971
- Saint-Vincent de Paul, France Empire, 1960 et avec Anne-Marie Mauduit :
- La France contre la France, Plon, 1984, couronné par l’Académie française
- Pour l’amour de Mazarin, Flammarion 2000
- La conjuration de la Rose Noire, Flammation, 2007

Ecoutez une interview de Jean Mauduit :

http://www.neuillyjournal.com/fr/videos/actu/2010-05-03/8218/jean-mauduit-tant-de-feuilles-emportees-par-le-temps.html






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires