Théâtre d’ici et d’ailleurs : destination Taïwan avec Bernard Faivre d’Arcier, découvreur de talents chinois et grand organisateur de festivals

Du festival d’Avignon à la biennale de la danse de Lyon : les arts de la scène taïwanaise récompensées
Actuel président des Biennales de Lyon et ancien directeur du Festival d’Avignon, Bernard Faivre d’Arcier parle des arts de la scène de Taïwan qu’il a largement contribués à faire connaître en France. En récompense d’une initiative culturelle lancée en Avignon en 1998, et qui n’a cessé de creuser le sillon fécond des échanges entre cultures, entre Asie et Occident, il a reçu le 12 avril 2010 le prix de la fondation culturelle franco-taïwanaise décerné par l’Académie des sciences morales et politiques.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : CARR689
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr689.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 30 mai 2010
Logo Art absolument


Bernard Faivre d'Arcier, Canal Académie 7 mai 2010
Bernard Faivre d’Arcier, Canal Académie 7 mai 2010
© Canal Académie

Bernard Faivre d’Arcier dispose d’une culture sans frontière, toute au service du spectacle vivant qui lui permet de cultiver la curiosité des découvertes de nouveaux talents, de nouvelles formes d’expression et des formes traditionnelles ignorées ou tombées dans l’oubli.

Qu’est-ce qui a intéressé Bernard Faivre d’arcier dans le théâtre chinois, japonais et dans l’ensemble des pays d’Asie ?

Dans cette émission, il évoque les échanges artistiques entre ces pays et la France, les coopérations entre troupes des deux continents. Son intérêt pour ce théâtre d’ailleurs remonte à ses conversations avec Ariane Mnouchkine dans les années quatre-vingt. Il connaît toute la richesse des formes anciennes et modernes : des danses de cour à la danse contemporaine par exemple. L’intérêt pour des spectacles extra-européens est depuis longtemps au cœur de ses programmations et a permis de faire découvrir au public de France, des classiques du théâtre d’Asie.

S’il ne fut pas le premier professionnel en France à inviter des troupes taïwanaises, il fut en 1998, à l’origine d’une mise sur le devant de la scène d’artistes taïwanais au Festival d’Avignon. L’événement fut marquant pour le public et ses effets durables. Le théâtre taïwanais bénéficia à partir de là, d’un tremplin formidable en France et en Europe. Ce moment unique fut tout aussi considérable côté taïwanais.
L’émission revient sur l’événement et sur la singularité de ce théâtre d’Asie. En effet, la culture traditionnelle a mieux été préservée à Taïwan que sur le continent chinois. L’île a pu perpétuer et renouveler "l’Opéra chinois" et le genre musical Nanguan. A l’inverse de l’Occident, les arts en Asie n’ont pas évolué au fil de l’histoire en se spécialisant entre musique, danse ou théâtre. Cette transversalité qui nous apparaît comme le comble de la modernité fait partie intégrante des arts du spectacle en Asie.
Dans son discours de remerciements, lors de la remise du prix, Bernard Faivre d’Arcier avait rappelé l’action pionnière de Chérif Khaznadar dans la découverte des arts traditionnels avec son Festival de l’imaginaire, celle de Patrice Martinet avec son Festival Paris quartier d’Été ou encore celle Michel Caserta dans le cadre de la Biennale de la Danse du Val de Marne. Mais il est vrai que le programme d’Avignon en 1998 dont il est à l’origine, eut une immense répercussion.

Ses fonctions de président des Biennales de Lyon et de conseiller artistique du festival Automne en Normandie lui ont donné l’occasion d’inviter la compagnie de danse de Lin Li Chen, la compagnie du Han-Tang Yue-Fu, le U-Theatre, le Contemporary Legend Theatre avec son adaptation du Roi Lear.

Certaines créations sont le fruits d’une collaboration entre artistes occidentaux et orientaux. La Déesse de la rivière Luo est ainsi une co-création de Han Tang Yue-Fu et de Lukas Hemleb. Prochainement, le public pourra voir en France, Le Grand Voyage produit par le Centre Chiang Kaï-Chek dans une mise en scène de Bob Wilson, dans le cadre du festival Automne en Normandie. Le regard de Bernard Faivre d’Arcier sur cette collaboration entre artistes montre combien le temps, la réflexion sont nécessaires à ces créations.

Bernard Faivre d’Arcier entend poursuivre ces échanges artistiques entre la France et Taïwan. Il s’est rendu tout récemment à Taïwan avec Ariane Mnouchkine en ce sens.

Ecoutez-le parler de ses projets et des programmations prochaines dont il est en charge, de sa passion pour le théâtre et la danse.

En savoir plus

Remise du Prix de la Fondation culturelle franco-taïwanaise, 12 avril 2010, Académie des sciences morales et politiques
Remise du Prix de la Fondation culturelle franco-taïwanaise, 12 avril 2010, Académie des sciences morales et politiques

- Sur le prix de la Fondation culturelle franco-taïwanaise, fondation de l’Académie des sciences morales et politiques
Le prix 2010 de la Fondation culturelle franco-taïwanaise a été remis à Bernard Faivre d’Arcier, le 12 avril 2010 à l’Académie des sciences morales et politiques, dans la grande salle des séances de l’Institut de France, par Sheng Chih-Jen, Président du Conseil national de Affaires culturelles de la République de Taïwan et par Michel Albert secrétaire perpétuel de l’Académie en présence de nombreux invités. La fondation a pour mission de récompenser chaque année des œuvres artistiques ou littéraires mettant en lumière les rapports entre l’Europe et le monde chinois et/ou contribuant à l’intensification des rapports culturels entre l’Europe et Taïwan.

- Biennales de Lyon
- Automne en Normandie






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires