Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Des Cent-Jours à la Commune (1815-1870) : découverte des nouvelles salles du musée de l’Armée

Avec Émilie Robbe, conservateur du département moderne
Le musée de l’Armée rouvre ses espaces dédiés aux années 1815-1870, après la période de Louis XIV à Napoléon Ier inaugurée l’année dernière. Il s’agit d’une étape importante qui clôture une vaste entreprise de rénovation et qui permet au musée de l’Armée de présenter à nouveau l’ensemble de ses collections au sein d’une nouvelle muséographie moderne et didactique. Émilie Robbe nous dévoile les grandes lignes de ce nouveau parcours.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Laëtitia de Witt
Référence : carr679
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr679.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 23 mai 2010
Logo Art absolument

Depuis le 20 mars, l’ensemble des salles de l’aile Orient du musée de l’Armée sont à nouveau ouvertes au public après quatre années de travaux.
- La visite débute avec, au rez-de-chaussée, les deux anciens réfectoires des pensionnaires de l’Hôtel des Invalides, tous deux décorés de peintures murales dues à Jacques Antoine Friquet de Vauroze (1648-1716). Réalisées en 1677-78, ces décors retracent les principaux épisodes de la guerre de Dévolution (1667-1668) et ont fait l’objet d’une importante campagne de restauration.

Salle Vauban, nouvelle scénographie. (c) Musée de l’Armée-Paris / Christophe Chavan

- Ces deux réfectoires sont intégrés au nouveau parcours de visite. L’un, dit « salle Turenne », évoque l’affectation première de l’espace – celle d’accueillir les repas des pensionnaires des Invalides – par un alignement de tables, présentant aux visiteurs documents écrits et graphiques, tout en leur fournissant des clefs de découverte des Invalides. L’autre, dit « salle Vauban », présente un important cortège de treize cavaliers du Consulat jusqu’au Second Empire, provenant pour partie des ateliers des peintres Ernest Meissonnier et Édouard Detaille.

- A l’étage, le parcours, qui s’étend de Louis XIV à Napoléon III, propose une visite chrono-thématique confrontant contexte politique et contexte militaire. Il se décompose en six temps : La vie militaire aux XVIIe et XVIIIe siècles, la Révolution armée, les guerres de l’Empire, Napoléon, 1815-1851 et enfin 1852-1870.
- Après la première ouverture de la période de « Louis XIV à Napoléon Ier » en mai 2009, est désormais accessible à la visite la seconde partie « des Cent-Jours à la Commune ».

Les Cent-Jours ou le retour de « l’Aigle »

- Cette séquence évoque principalement la bataille de Waterloo et la fin de l’armée impériale. Parmi les objets marquants, on peut retenir la cuirasse transpercée par un boulet ayant appartenu au carabinier Fauveau.
- Vient ensuite la Seconde Restauration avec les règnes de Louis XVIII et de Charles X. Cette séquence s’attache à présenter la série de réformes visant à transformer l’appareil militaire avec le rétablissement de la Maison du Roi, la création d’une Garde royale protectrice du régime…

Manteau de cérémonie de l’ordre du Saint-Esprit de Charles X. (c) Musée de l’Armée-Paris. Distr. RMN/Christophe Chavan
Manteau de cérémonie de l’ordre du Saint-Esprit de Charles X. (c) Musée de l’Armée-Paris. Distr. RMN/Christophe Chavan

- La visite se poursuit avec la Monarchie de Juillet et Louis-Philippe. Là encore, le nouveau régime cherche à réorganiser l’appareil militaire. En réalité, la Restauration et la Monarchie de Juillet sont des périodes peu actives sur le plan militaire. Les pièces phares se rapportent aux souverains, avec d’une part le manteau de cérémonie de l’ordre du Saint-Esprit de Charles X et, d’autre part, le harnachement de parade de Louis-Philippe.

Harnachement de parade de Louis-Philippe. (c) Musée de l’Armée-Paris/ Christophe Chavan

- Tout change avec la Seconde République et le Second Empire. Avec l’arrivée de Louis-Napoléon Bonaparte à la tête de l’État, l’armée retrouve une place de choix. Le nouvel empereur se présente comme l’héritier de Napoléon Ier et renoue avec la tradition militaire du Premier Empire. Ses symboles et uniformes sont repris afin de donner au nouveau régime un lustre propre à emporter l’adhésion. On peut ainsi admirer la tenue de Grand uniforme de maréchal de France de Regnault de Saint Jean d’Angély. Plus concrètement, la France est à nouveau présente sur la scène militaire internationale avec les guerres de Crimée et d’Italie qui sont toutes deux évoquées, entre autres par la peinture. Le parcours se termine par l’évocation de la guerre franco-allemande de 1870-1871.

- Tout au long de ces nouvelles salles, le public dispose de nombreux outils d’aide à la visite. En effet, bornes multimédia, plans-reliefs animés de grandes batailles, postes et parcours sonores, compléments interactifs à la signalétique traditionnelle, rendent les collections accessibles et compréhensibles par le plus grand nombre de visiteurs, amateurs ou novices.

En savoir plus :

- Rendez-vous sur le site du musée de l’Armée en cliquant ici.
- Ecouter le général Bresse évoquer Athéna, le projet de rénovation du musée de l’Armée
- Retrouver Émilie Robbe pour la présentation des salles de Louis XIV à Napoléon Ier

Émilie Robbe, conservateur du département moderne.
Émilie Robbe, conservateur du département moderne.





© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires