Le français, langue d’Orient ? un essai de Giovanni Dotoli

Notre langue a accumulé depuis le XIe siècle un "patrimoine orientalisant"
Quelle est la part de l’Orient dans la langue française ? Giovanni Dotoli, professeur de langue et de littérature françaises à Bari, s’est penché sur "nos habits orientaux" dans un essai à la fois savant et optimiste, et nous fait ici partager sa thèse : la langue française dispose d’un important "patrimoine orientalisant". Mais de quel Orient s’agit-il ?


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : PAG753
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/pag753.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida5621-Le-francais-langue-d-Orient-un-essai-de-Giovanni-Dotoli.html
Date de mise en ligne : 15 août 2010
Drapeau de l'Organisation Internationale de la Francophonie
Drapeau de l’Organisation Internationale de la Francophonie
Devise : « Égalité, Complémentarité, Solidarité »

Dès ses débuts, on le sait, la langue française a conservé des vestiges du roman, du gaulois, du germanique, de breton, du slave, du grec, bref, et sans doute bien d’autres encore. Mais comme elle est une grande voyageuse, en traversant les villes et les ports de la Méditerranée, elle aurait revêtu des habits orientaux, autrement dit des turqueries, des arabesques et autres chinoiseries.

Telle est du moins la thèse de Giovanni Dotoli dans son essai intitulé « Français, langue d’orient ? »(le point d’interrogation n’est évidemment pas anodin), paru chez Hermann Editeurs.

Giovanni Dotoli est professeur de langue et de littérature françaises à l’université de Bari et auteur de nombreux ouvrages en français et sur le français, directeur de plusieurs collections et revues et, soulignons-le, officier de la Légion d’Honneur et Grand Prix de l’Académie française 2000 pour l’ensemble de son oeuvre.

Il affirme que « le génie » de la langue française, c’est d’être ouverte à l’autre, toujours, tout au long de son histoire : « Elle est le fruit de la transhumance des mots, dit-il, jamais la langue de l’autarcie".

D’emblée, il énonce l’objectif de son livre : « Je voudrais prouver une thèse qui me paraît quelque peu évidente : la langue française est une langue même et surtout d’origine orientale. … et après : « j’insiste sur la connotation orientale de la langue française, que je voudrais nommer par le néologisme « orientalité ».

Parce que la langue française a accumulé un « patrimoine orientalisant » depuis le XI ème siècle. Cependant, on ne peut guère préciser de quel Orient il s’agit...

On comprend mieux le français langue d’orient dans ses relations avec l’arabe (391 mots actuellement répertoriés mais beaucoup plus dans la langue parlée). Auxquels il faut ajouter les idiomes hérités du moyen orient : les mots persans (98), hébreux, turcs (58). Sans omettre ceux de l’Extrême Orient : de l’Hindi, de la Malaisie, de la Chine, du Japon, de la Polynésie, du Tibet, du tamoul , du sanskrit (89). Giovanni Dotoli dresse à la fin de son livre un tableau précis de cet héritage (4000 mots en tout approximativement).

Giovanni Dotoli est un universitaire italien, essayiste, poète... et francophile.
Giovanni Dotoli est un universitaire italien, essayiste, poète... et francophile.

Que la langue française ait fait de multiples emprunts à des parlers particuliers, on le savait déjà, et depuis plusieurs siècles. Selon notre invité : " Tout cela prouve que la langue française est une langue ouverte sur le monde, en dialogue avec les autres peuples, et donc jamais figée. C’est une « terre d’accueil » pour reprendre l’expression d’Henriette Walter."

Et cela est rassurant pour l’avenir de notre langue affirme Dotoli parce que la langue française a sa place dans le système de la mondialisation, qu’elle est une géolangue, une langue de brassage linguistique et culturel.

Dans son dernier chapitre, il énumére un certain nombre de caractéristiques « évidentes » de la langue française :
-  elle est l’accomplissement provisoire d’un vaste métissage
-  elle est polyglotte,
-  elle n’hésite pas à emprunter
-  elle est mobile, jamais fermée sur elle-même

En conclusion, ce qui, selon Dotoli, sauvera la langue française, c’est sa force à continuer le partage et le dialogue avec d’autres langues. A garder sa capacité d’accueil. "Car, dit Alain Rey, il n’a pas d’amour sans rencontre…"

A écouter aussi : Traduire en français, du Moyen-âge au XXIe siècle, un essai de Giovanni Dotoli

Giovanni Dotoli est aussi poète. Il a publié "Je la vie", oeuvres poétiques en deux volumes chez Schena Editore-les éditions du Cygne

- Le site Internet de Giovanni Dotoli






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires