Emmanuel Le Roy Ladurie : "Méfions-nous des tempêtes médiatiques, ce sont les pires !"

L’historien du climat livre souvenirs et anecdotes : Chaunu, Fèvre, les Annales, le Languedoc...
Emmanuel Le Roy Ladurie évoque ici plusieurs historiens et géographes, dont Maurice Le Lannou et surtout Pierre Chaunu, tous deux ses prédécesseurs au sein de l’Académie des sciences morales et politiques, ainsi que Bloch, Braudel, Febvre, Goubert et bien d’autres pour situer la méthode historique, née de la revue des Annales. Avec, en prime et à bâtons rompus, des souvenirs et des anecdotes ! Un excellent moment à partager...


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : HAB588
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hab588.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 3 octobre 2010

Membre de l’Académie des sciences morales et politiques depuis 1993, Emmanuel Le Roy Ladurie a succédé à Maurice Le Lannou (1906-1992) et, d’emblée dans cette émission, il raconte cette anecdote : "C’était un grand géographe de la Sardaigne et quand il arrivait là-bas, les populations allumaient de grands feux de joie ! On ne saurait mieux dire...". Maurice Le Lannou tenait, au Collège de France (de 1969 à 1976), la chaire de géographie du continent européen. Il avait été élu à l’Académie des sciences morales le 17 novembre 1975 et, en tant que Breton (de Plouha), il avait publié plusieurs ouvrages consacrés à la Bretagne.

Avec Pierre Chaunu

Emmanuel Le Roy Ladurie
Emmanuel Le Roy Ladurie
Membre de l’Académie des sciences morales et politiques

Au sein de cette académie, Emmanuel Le Roy Ladurie a retrouvé un autre historien Pierre Chaunu qui, lui, avait été élu en 1982, (succédant à Maurice Baumont) et qui nous a quittés en octobre 2009. Emmanuel Le Roy Ladurie a donc siégé à ses côtés, durant près de 15 ans et raconte "J’avais avec Pierre Chaunu une relation ancienne puisque je l’ai connu dans l’entourage de Fernand Braudel ; j’admirais beaucoup ses ouvrages sur l’Atlantique et même sur le Pacifique - que l’on ne connait pas assez - et ses ouvrages sur le XVIIe et le XVIIIe siècles. Il s’était aussi intéressé à la science car il avait l’esprit scientifique. En effet, Pierre Chaunu s’était penché sur le monde écrit en langage mathématique par des savants tels que Newton et Descartes (qui n’avaient pas toujours les mêmes idées), frappé par la succession du paradigme de Tycho Brahé à Kepler, et à Newton. "En outre, il avait, dans son Europe des Lumières, montré qu’il existait une Europe laïque des Lumières mais aussi une Europe catholique. Rappelons-nous que Louis XIV et Colbert avaient fondé ensemble l’Observatoire de Paris".

Emmanuel Le Roy Ladurie se souvient qu’il a mené avec Pierre Chaunu une enquête sur l’histoire du bâtiment : "Mais surtout, nous avons été les auteurs de l’Histoire économique et sociale de la France, dirigée par Fernand Braudel et Ernest Labrouste. Il avait fait la première partie et moi, la seconde, sur la vie rurale. Cela nous a rapprochés. Puis il s’est intéressé au baroquisme, (celui de la Provence étudié par Michel Vovelle) car le baroque est une dimension méditerranéenne". Et notre invité, qui aime à plaisanter, considère qu’il existe de nos jours quelques "personnages baroques qu’on n’arrive pas à comprendre", dit-il, citant, par exemple, Claude Allègre, ou Georges Frêche ! Chaunu s’est donc penché sur le baroque et en particulier ce passage entre le baroque de type catholique et le baroque de type janséniste.

Une année faste : 1929 !

En histoire, on s’intéresse, bien sûr, aux dates, les fastes et les moins fastes. L’année 1929, année, comme chacun sait du krach boursier, est aussi... l’année de naissance d’Emmanuel Le Roy Ladurie qui voit le jour à Moutiers en Cinglais dans le Calvados, un 19 juillet. Et cette année-là naît une revue, intitulée Annales d’Histoire économique et sociale, fondée par Lucien Febvre et Marc Bloch à laquelle Emmanuel Le Roy Ladurie va largement collaborer. "Je l’ai même dirigée, précise-t-il, pendant quelques années ; elle continue aujourd’hui, toujours intéressante. Lucien Febvre partait du sol, des racines, et avait un empirisme remarquable dans sa thèse sur la Franche-Comté tandis que Marc Bloch s’inspirait de modèles, allemand, anglais, pour l’histoire rurale de la France. Leur rencontre a été celle de l’empirisme et de l’organisation, très féconde. La revue des Annales ne s’intéressait guère aux grands événements ou personnages historiques mais aux vastes mouvements de l’économie, de la société, des mentalités. C’est à partir de là que sont nées les œuvres de Braudel, de Chaunu. Au départ, il y avait l’École géographique française, avec des gens comme Albert Demangeon (géographe, 1872-1940), Emmanuel de Martonne (géographe, 1873-1955)... ". Notre invité poursuit ses explications en donnant des détails sur les travaux de Lucien Febvre et les branches "rameaux" qui s’écartent du tronc ou y reviennent, et sur le groupe des historiens démographes (dont lui-même qui se considère comme fidèle à l’esprit des Annales).

Puis il explique qu’à son époque, on faisait de l’histoire des prix, qui indiquaient les tendances d’une époque, ou de l’histoire démographique (insistant sur le rôle de Pierre Goubert). L’histoire, selon les Annales, n’était pas une histoire totale mais une histoire "complexe" selon le mot d’Edgar Morin. Par l’importance de l’économie, on a dit qu’elle avait une coloration marxiste, "mais attention, la religion peut aussi déterminer l’économie et vice-versa, comme des spirales".

Quand Lucien Febvre est élu à l’Académie des sciences morales et politiques, Emmanuel Le Roy Ladurie a tout juste 20 ans, c’était en 1949. A cette époque, il terminait l’École Normale supérieure de la rue d’Ulm. Avait-il déjà le désir de "faire de l’histoire", pour reprendre une expression de Lucien Febvre ? "Je connaissais bien sa thèse sur la Franche-Comté. Braudel aussi, je le connaissais, par l’intermédiaire de mon père qui était un ami d’Henri Flammarion. Il m’appelait Édouard !" . Écoutez Emmanuel Le Roy Ladurie raconter comment il a failli rater le second oral de l’agrégation d’histoire... à cause des effets secondaires d’un médicament ! Mais il était également l’élève d’Ernest Labrouste qui dirigeait les thèses.

Anecdotes et souvenirs :

- sur Labrouste : "Labrouste, quand on allait chez lui, c’était comme chez le dentiste, il y avait 4 ou 5 historiens qui attendaient sur des chaises... "
- sur Braudel aussi chez lequel le jeune agrégé se rendait et qui l’a embauché à l’École pratique des Hautes Études lui confiant plusieurs postes de direction. "Rappelons, dit-il, que Braudel, dans son camp de prisonniers en Allemagne, avait l’autorisation de recevoir des livres de la bibliothèque de Mayence, je crois, de même pour Louis Dumont, le grand anthropologue de l’Inde qui fut aussi l’un de mes maîtres : il avait une permission de sortie de son camp pour prendre des leçons de sanskrit chez un professeur de Hambourg".
- sur ses propres thèses, l’une sur le Languedoc, l’autre sur le climat (il n’existait pas encore de travaux sur l’histoire du climat).
- sur la Sorbonne (Braudel n’aimait pas cet endroit).
- les paysans de Languedoc (et non pas du Languedoc),
- de la chaire d’histoire de la civilisation moderne, qu’il occupe au Collège de France, de 1973 à 1999, soit durant 26 ans... souvenirs de cet enseignement "très libre, où j’ai préparé mes divers ouvrages, j’y étais heureux".
- 1975 : "Montaillou, village occitan" (pas d’idée précise du tirage, dans toutes les langues...) "J’étais parti d’un document tout à fait étonnant, un des plus grands textes de l’histoire du Moyen-âge, celui de Jacques Fournier qui deviendra le pape Benoit XII...". Évocation aussi de l’avocat Jean Duvernoy (qui avait fait noyer le village de Tignes)
- 1987 : nommé administrateur général de la bibliothèque nationale (celle de la rue de Richelieu à Paris). Finalement, il défend le projet de l’informatisation du fichier et la nouvelle bibliothèque : "ça marche !".

- Dates plus récentes, les trois dates de la publication de son grand œuvre Histoire humaine et comparée du climat
- tome 1, Canicules et glaciers XIII-XVIIIe en 2004
- tome 2, Disettes et révolutions, en 2006
- tome 3, Le Réchauffement de 1860 à nos jours, en 2009. "Chez les historiens, j’étais le premier... même si les réflexions sarcastiques n’ont pas manqué mais au final, les scientifiques se sont aperçus de mon existence ! " Rappelons qu’il a publié dès 1967 une Histoire du Climat depuis l’an mil. Puis en 1972 Médecins, Climat, épidémies

- Docteur Honoris Causa de 15 universités étrangères (ou 16, il ne sait plus très bien), la dernière en date étant au Japon !

- Il préside le Prix Provins Moyen Âge organisé par la ville de Provins (dont le maire fut longtemps l’académicien Alain Peyrefitte), ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2001. Les membres du jury : Pierre Bénard, Philippe Contamine (de l’Académie des inscriptions et belles-lettres), Bernard Cottret, Jean-Philippe Delvaux, Alain Demurger, Luc Duchamp, Gisèle Gayraud, Simoneroux, Laurent Teis, François Verdier. Il a été décerné en 2009 à André Vauchez (de l’Académie des inscriptions et belles-lettres), pour son François d’Assise François d’Assise : une vie sainte par André Vauchez et en 2010 à Lydwine Scordia Le Livre des Trois Âges, un traité pour le roi Louis XI.

- et pour terminer, sa familiarité avec la langue allemande et sa littérature qu’il a beaucoup lue. Cependant, il avoue : "Je crois que j’ai une vocation scientifique ratée, car sous l’influence de ma mère, on m’a fait apprendre le grec et j’ai été orienté vers la carrière littéraire, mais j’aurais pu devenir astronome... heureusement, l’histoire du climat n’est pas dénuée d’une dimension scientifique..."

- Ultime conseil d’Emmanuel Le Roy Ladurie - et il sait de quoi il parle : "Méfions-nous des tempêtes médiatiques, ce sont les pires !"

En savoir plus :

La fiche d’Emmanuel Le Roy Ladurie sur le site de l’ASMP

Nos autres émissions avec Emmanuel Le Roy Ladurie :

Emmanuel Le Roy Ladurie

Charlemagne, le grand européen, vu par Emmanuel Le Roy Ladurie

Climatologie et Histoire

Les grands hommes, pour le meilleur et pour le pire...

A lire :
- son ouvrage 33 questions sur l’histoire du climat, paru dans la collection Pluriel en 2010, est une édition revue et augmentée de son Abrégé de l’histoire du Climat.






© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Commentaires