Albert Camus, parcours et œuvre au fil des pages du Dictionnaire Albert Camus(2/2)

Entretien avec Jeanyves Guérin
Découvrez le parcours de l’un des écrivains de France les plus connus et le plus traduit à l’étranger, cinquante ans après sa mort : l’histoire de ses combats et de ses ancrages avec Jeanyves Guérin qui a dirigé la passionnante entreprise éditoriale du Dictionnaire Albert Camus , publié chez Robert Laffont en 2009. Des années quarante à la guerre d’Algérie, en passant par les crispations idéologiques de la guerre froide, Jeanyves Guérin nous donne les clefs d’une œuvre unique et universelle.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : PAR544
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/par544.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 7 février 2010


Saviez vous qu’Albert Camus est l’auteur français le plus traduit à l’étranger ? Aujourd’hui, loin du temps des polémiques avec Sartre, de la guerre froide et de la guerre d’indépendance de l’Algérie, on mesure combien Albert Camus est vraiment un grand passeur d’idées démocratiques à travers ses œuvres. Son message passe en particulier par L’étranger, La Peste, par Les Justes et aujourd’hui par Le Premier homme, des œuvres qui n’ont jamais cessées d’être lues, traduites ou jouées et moins par L’homme révolté. « C’est ce qui fait la gloire universelle de Camus », selon les mots de Jeanyves Guérin, dans cette seconde émission.
Albert Camus est-il philosophe ? Il ne voulait pas passer pour un philosophe mais pour un écrivain, un journaliste ou un artiste. Pendant longtemps cependant, on l’a considéré comme un penseur de second rang, une idée que rectifie le Dictionnaire Albert Camus avec les multiples notices de Maurice Weyembergh consacrées à une pensée que Jeanyves Guérin situe comme « un versant littéraire de la philosophie ». Pourtant de son vivant, sa pensée philosophique à travers ses essais, fut appréciée d’Annah Arendt et de Paul Ricœur qui ne cachait pas son admiration pour L’homme révolté, pas les moindres des noms de la philosophie. Il demeure pour Jeanyves Guérin, professeur de littérature à l’Université-Paris III, un intellectuel qui a sauvé des vies : un honneur, qu’il doit au choix de ses combats, combats au pluriel évidemment.

Comment Camus traverse-t-il la Seconde guerre mondiale et les années quarante, une époque où il est à la fois écrivain et journaliste ?

Il n’a pas du tout le réflexe pétainiste, comme Gide dont la doctrine le révulse. À Chambon-sur-Lignon et à Saint-Etienne où il se fait soigner pour sa tuberculose, il entre de manière active dans la résistance :« une résistance claire qui va être théorisée dans Lettre pour un ami allemand ». Durant cette période d’écriture, Camus établit une déconnection très nette entre ses activités de littérature et ses activités de résistance, sauf pour Lettre à un ami allemand. Entre 1940 et 1944, il écrit et publie, en effet, L’étranger, Le Malentendu, Le mythe de Sysiphe, et Galigula, qui sont fortement étrangères à un projet politique. Pour Jeanyves Guérin, il y a là dans ces œuvres, l’idée d’un potentiel universel.

Jeanyves Guérin, Canal Académie le 5 janvier 2010
Jeanyves Guérin, Canal Académie le 5 janvier 2010
© Canal Académie

Après cette évocation du combat de résistant contre l’Occupation, Jeanyves Guérin aborde le parcours de Camus dans les années cinquante toujours à travers ses œuvres et le contexte de l’époque, sans compter la réception qu’on en a faite depuis. Ainsi, il nous présente l’écrivain comme politiquement non-conformiste, appartenant à une gauche hétérodoxe non-manichéenne, une position rare et fragile qui le place alors en porte à faux dans le contexte idéologisé de la guerre froide. Jeanyves Guérin contextualise les polémiques et les attaques des surréalistes, des existentialistes, Sartre en tête, que l’écrivain n’a pas réussi à gérer faute de tribune, Camus s’est retrouvé seul.

Il aborde longuement la question de l’Algérie et le succès de ses écrits à travers le monde. Des millions d’exemplaires vendus et traduits dans les années cinquante et soixante jusqu’à nos jours sont un des signes du caractère universel de l’œuvre. La rencontre entre les livres et les pièces de Camus et les lecteurs semble inébranlable, même avec des publics très éloignés de l’histoire européenne. Ces derniers temps, en 2009 et 2010, c’est en Algérie et en Iran que Camus connaît un succès croissant.

En résumé, les thèmes abordés au cours de cet entretien, qui constitue le second volet de l’émission consacrée au parcours d’Albert Camus, avec Jeanyves Guérin sur Canal Académie sont : La période de la Seconde guerre mondiale, les années cinquante, le temps des attaques, l’humanisme de Camus, Camus philosophe, ses grands combats, la guerre d’Espagne, l’Europe, le soutien à Pierre Mendès France en 1956, l’Algérie, son soutien aux révoltes anti-totalitaires de Pologne et de Hongrie, son hostilité inébranlable à l’égard de la peine de mort. La fin de l’émission aborde comment l’œuvre fut reçue par le public du monde entier à travers les nombreuses notices du Dictionnaire Albert Camus consacrées à la réception de l’œuvre dans différents pays.

Sur Canal Académie écouter le volet 1/2 de cette émission :
- Albert Camus, parcours et œuvre au fil des pages du Dictionnaire Albert Camus(1/2)

Pour en savoir plus

- Sous la direction de Jeanyves Guérin, Dictionnaire Albert Camus , Editions Robert Laffont, Paris 2009

Retrouvez les dates principales d’Albert Camus sur Kronobase






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires