Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Dominique Fernandez a vu Norma

L’académicien a assisté à la représentation au théâtre du Châtelet de Norma , le chef-d’œuvre de Bellini
Qui mieux que Dominique Fernandez, de l’Académie française, dont chacun sait la passion pour l’opéra et l’Italie, pouvait nous faire partager son point de vue sur la nouvelle mise en scène de Norma ? Nous l’avons invité au théâtre du Châtelet qui crée l’événement en présentant une version de Norma renouant avec les indications de Bellini, maître incontesté de l’opéra romantique.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : CARR656
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr656.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida5393-Dominique-Fernandez-a-vu-Norma.html
Date de mise en ligne : 23 janvier 2010


L’utilisation de la partition autographe de Bellini et la reconstitution d’un orchestre "italien" avec ses instruments d’époque, font découvrir une nouvelle Norma. La mise en scène moderne débarrassée de références historiques se concentre sur cette fameuse histoire d’amour dont les personnages appartiennent à des camps opposés dans la tourmente de la guerre et de l’occupation romaine : l’éclatement au grand jour d’une histoire d’amour cachée. Vie privée, vie publique...Des imbrications bien actuelles.

Norma au Théâtre du Châtelet, janvier 2010
Norma au Théâtre du Châtelet, janvier 2010
Crédit : Public Domain - PHOTO : MARIE-NOELLE ROBERT

Norma , est considéré comme un monument de l’art lyrique. L’œuvre de Bellini est un des plus beaux opéras du monde. Pourtant populaire mais absente des scènes parisiennes depuis dix ans, elle incarne par excellence pour les mélomanes du monde entier, le Bel Canto.

L’air de Casta diva interprété par La Callas ou Monserrat Caballé ont laissé au public des souvenirs exceptionnels. Il demeure pour les sopranos un exercice redouté. Mais la composition de ce chef-d’œuvre romantique résiste au fil du temps. Au XIXesiècle déjà, Chopin amoureux de la mélodie s’en inspirait. Il se glisse dans certaines mélodies de la chanson, s’impose dans le cinéma le plus contemporain comme celui par exemple, de Wong Kar-wai dans son film 2046 qui utilise l’air sublime de Casta Diva.

Norma au Théâtre du Châtelet, janvier 2010
Norma au Théâtre du Châtelet, janvier 2010
Crédit : Public Domain - PHOTO : MARIE-NOELLE ROBERT

Le Théâtre du Châtelet donne Norma, absente des scènes parisiennes depuis 10 ans, pour six représentations jusqu’au 28 janvier 2010, sous la direction de Jean-Christophe Spinosi avec son ensemble Mattheus et le cœur du Châtelet dirigé par Nicholas Jenkins.

L’histoire en quelques mots

L’opéra se déroule dans la Gaule occupée par Rome. Norma, une grande prêtresse gauloise ayant fait vœux de chasteté et dont la fonction est de prédire l’avenir, connaît une histoire d’amour avec le proconsul Pollione, qui l’a épousée secrètement et dont elle a deux enfants, cachés. Norma dans le premier acte, déclare que l’heure de la guerre n’est pas encore venue afin de protéger Pollione. Elle apprend d’Adalgisa, une novice du temple, qui n’a pas encore prononcé ses vœux que celle-ci partage une grande histoire d’amour avec Pollione. Blessée, elle s’apprête à tuer ses enfants mais y renonce préférant confier ses enfants à Adalgisa qui partirait à Rome avec Pollione. Adalgisa refuse s’estimant, elle aussi trahie. Norma bafouée cache la vérité à son camp. Finalement, elle choisit de la révéler. Elle se dénonce et propose de se tuer. Pollione comprenant quelle femme est celle qui l’a trahie, l’accompagne dans son sacrifice.

Dominique Fernandez a vu plusieurs Norma au cours de sa vie. Si musicalement, il a apprécié cette version qui met en valeur les voix, reconstitue des tempi cohérents et des points d’orgue qui ne cassent pas la ligne, la mise en scène l’a heurté profondément. Norma, à ses yeux ne peut vieillir. Immortelle, elle résiste à la tyrannie des metteurs en scène. L’amattore d’opéra a vu dans cette représentation une "bonne" Norma, incontestablement. Les interprètes Lina Tetriani (Norma), Paulina Pfeiffer (Adalgisa), Nicholaï Schukoff (Pollione) qui forment le trio de l’histoire lui ont fait oublier la mise en scène de Peter Mussbach. Écoutez ses impressions sans concession dans cet entretien, accompagné d’extraits.

Norma au Théâtre du Châtelet, janvier 2010
Norma au Théâtre du Châtelet, janvier 2010
Crédit : Public Domain - PHOTO : MARIE-NOELLE ROBERT

Pour en savoir plus

- Théâtre du Châtelet : 18, 20, 22 et 28 janvier, 20H
- Dominique Fernandez de l’Académie française

Norma au Théâtre du Châtelet, janvier 2010
Norma au Théâtre du Châtelet, janvier 2010
Crédit : Public Domain - PHOTO : MARIE-NOELLE ROBERT

- Norma, Opera seria (1831) en deux actes, livret de Felice Romani d’après la tragédie d’Alexandre Soumet Norma ou l’infanticide

- Direction musicale : Jean-Christophe Spinosi
- Mise en scène : Peter Mussbach
- Décors : Peter Mussbach et Daniela Junckel
- Direction musicale : Jean-Christophe Spinosi
- Ensemble Matheus
- Chœur du Châtelet : Nicolas jenkins, chef de chœur et assistant du chef d’orchestre
Interprètes

- Lina Tetriani : Norma
- Paulina Pfeiffer : Adalgisa
- Nicholaï Schukoff : Pollione
- Nicolas Testé : Oroveso
- Blandine StasKiewicz : Clothilde
- Luciano Bothelo : Flavius

Dominique Fernandez de l'Académie française, 3 décembre 2009, Bibliothèque de l'Institut de France
Dominique Fernandez de l’Académie française, 3 décembre 2009, Bibliothèque de l’Institut de France
© Brigitte Eymann/Académie française





© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires