Malheureux Guillotin, philanthrope incompris !

Avec Jacques Battin, membre de l’Académie nationale de médecine
Malheureux Joseph Ignace Guillotin ! Médecin philanthrope incompris, on lui attribue à tort la guillotine, tente en vain de réformer les études médicales et de réorganiser les hôpitaux... Auteur méconnu, on a oublié qu’il est à l’origine de la Déclaration des droits de l’homme de 1789. Et lorsqu’il tente de créer une Académie de médecine, c’est sous l’égide de son rival Antoine Portal qu’elle voit finalement le jour ! Récit d’une vie semée d’embûches en compagnie de Jacques Battin.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : par543
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/par543.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida5364-Malheureux-Guillotin-philanthrope-incompris.html
Date de mise en ligne : 28 mars 2010


Joseph-Ignace Guillotin (1738-1814), portrait de Moreau le jeune
Joseph-Ignace Guillotin (1738-1814), portrait de Moreau le jeune

Il semble que Guillotin (Joseph Ignace de son prénom) fasse partie de ceux qui portent la poisse ! Presque toutes ses démarches humanistes ont été détournées, mal comprises ou tout simplement oubliées.

Voué aux ordres dans un premier temps, Joseph Ignace Guillotin change rapidement de destinée et devient médecin. Il est reçu « docteur-régent ».
Il soigne la maison du comte de Provence, futur Louis XVIII, mais s’occupe aussi des pauvres, dans une démarche « d’égalité ».
Soucieux de donner les mêmes droits à tous les hommes, il adhère à la Société des Amis noirs fondée par Mirabeau et Brissot.
C’est dans ce sens qu’il demande en 1788 que le tiers état ait le même ratio de représentants au parlement que les deux autres ordres (noblesse et clergé). De même, en tête de cahier de doléances de Paris, il rédige avec Bailly une déclaration des droits de l’homme, reprise un an plus tard en août 1789.

La question du mode d’exécution : un principe d’égalité

C’est toujours sur ce même principe d’égalité que Guillotin souhaite établir un supplice égal pour tous en cas de peine capitale. Il faut rappeler qu’à l’époque l’exécution diffère du rang social : décapitation à l’épée pour les nobles, à la hache pour les roturiers, écartèlement pour les régicides ou encore bûcher pour les hérétiques.
Il préconise le tranche-tête pour tous, appareil existant déjà en Ecosse au XIIe siècle, en Allemagne et en Angleterre au XVIe siècle.

L’erreur de Guillotin a été de plaider maladroitement pour cette machine le 21 janvier 1790 : « Avec ma machine, je vous fais sauter la tête en un clin d’œil ».
Dès lors les journaux reprennent cette phrase et dénomme désormais Guillotin comme l’inventeur de la "guillotine" !

Ironie du sort : la "guillotine" servit à décapiter le roi que Guillotin soignait, mais aussi certains de ses amis comme Lavoisier et indirectement, Condorcet !

Guillotin, précurseur de l’accès aux soins pour tous

Guillotin, qui traîne désormais la réputation de l’inventeur de la guillotine, se remet difficilement de cette méprise.
Il demeure l’humaniste qu’il a toujours été. Rapidement, il fait de nouvelles propositions quant à l’accès aux soins pour tous. Visionnaire, il imagine une assistance médicale aux plus démunis, la réorganisation des hôpitaux (véritables mouroirs) et la réforme des études médicales.

Mais trop en avance sur son temps, ses idées ne seront mises en œuvre que plus tard avec Fourcroy, élève de Lavoisier.

Heureusement, Guillotin ne subit pas que des échecs : il réussit à mettre en place un centre de vaccination gratuite contre la variole, maladie qui sévit durement à l’époque.
Il se heurte un temps au clergé pour qui inoculer une humeur animale à l’homme n’était pas convenable. Mais la vaccination est tout de même validée par le pape Pie VII.

En 1804, il souhaite reprendre les travaux de la Société royale de médecine, créée en 1776. Il réussit à regrouper près de 400 personnes pour créer l’ancêtre de l’Académie de médecine.

Mais Guillotin meurt en 1814, et c’est son rival Antoine Portal qui crée l’Académie de médecine.

Écoutez Jacques Battin vous livrer de nombreuses anecdotes sur la vie de Joseph Ignace Guillotin !

Jacques Battin est membre de l’Académie nationale de médecine, professeur émérite de pédiatrie et génétique médicale à l’université Victor Segalen Bordeaux II. Il est membre de la société internationale d’histoire de la médecine et docteur ès lettres de l’université Michel de Montaigne Bordeaux II.

Jacques Battin est l’auteur de Médecins et malades célèbre, paru aux éditions Glyphe en 2009 ; ouvrage dans lequel on retrouve la biographie de grands médecins du XVIIIe, XIXe et XXe siècle.

En savoir plus :

Jacques Battin, Médecins et malades célèbres, éditions Glyphe, 2009
Jacques Battin, Jean Hameau (1779-1851) : Un médecin précurseur et le Bassin d’Arcachon autrefois, Les Editions de l’Entre-deux-Mers, 2008






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires