Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Pierre Curie

par Hélène Renard, Brigitte Weil, Fernand Guiot et David Mascré
L’équipe de Canal Académie dresse le portrait de Pierre Curie.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : David Mascré , Fernand Guiot , Hélène Renard
Référence : hab023
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/hab023.mp3
Adresse de cet article : https://www.canalacademie.com/ida531-Pierre-Curie.html
Date de mise en ligne : 29 mars 2006

Pierre Curie est né à Paris le 15 mai 1859, et décédé à Paris le 19 avril 1906.

En étudiant la cristallographie, il a découvert la piézoélectricité.

Il fut un des pionniers de l’étude des radiations, avec sa femme Marie Curie. Ils reçurent le prix Nobel de physique en 1903, avec Henri Becquerel.

Pierre a été formé à domicile par son père, et il montra très jeune une grande facilité pour les mathématiques et la géométrie. À 18 ans, il avait atteint l’équivalent d’une maîtrise, mais il ne put poursuivre en doctorat, faute d’argent. Il prit un poste d’instructeur de laboratoire.

En 1880, Pierre et Jacques, son frère aîné, démontrèrent qu’un potentiel électrique était créé quand des cristaux étaient compressés. Peu après, en 1881, ils démontrèrent l’effet inverse : les cristaux peuvent être déformés quand on les soumet à un champ électrique. De nos jours, presque tous les circuits électroniques digitaux utilisent cette propriété appelée piézoélectricité.

Pierre travailla avec sa femme, Marie Curie à isoler le polonium et le radium. Ils furent les premiers à utiliser le terme de « radioactivité », et ont été des pionniers dans son étude. Leur travail, y compris le fameux mémoire de doctorat de Marie, utilisa un électromètre piézoélectrique précis construit par Pierre et son frère, Jacques.

Pierre Curie
Pierre Curie
Portrait de Pierre Curie © ACJC - Fonds Curie et Joliot-Curie

Pierre et un de ses étudiants firent la première découverte de l’énergie nucléaire, en identifiant l’émission continue de chaleur par des particules de radium. Il étudia également les émissions de substances radioactives par radiation, et en utilisant des champs magnétiques il put montrer que certaines émissions étaient chargées positivement, certaines étaient négatives et d’autres neutres. Ce sont les radiations alpha, bêta et gamma.

En commun avec sa femme, Marie, Pierre reçut le Prix Nobel de physique en 1903 « en reconnaisance des extraordinaires services qu’ils ont rendus par leurs recherches communes sur les phénomènes de radiation découverts par le Professeur Henri Becquerel. » Cette même année, il furent tous deux lauréat de la Médaille Davy.

Il mourut dans un violent accident de calèche en avril 1906 , lui évitant ainsi une mort probable par l’effet des radiations qui tuèrent plus tard sa femme. Le curie est une unité de radioactivité (3,7 x 1010 désintégrations par seconde) dont le nom est un hommage rendu à Pierre Curie par le Congrès de radiologie de 1910, après la mort de Pierre. Le 21 avril 1995 ses cendres et celles de sa femme sont transférées du cimetière familial de Sceaux au Panthéon de Paris.

Irène Joliot-Curie, la fille de Pierre et Marie Curie, et leur beau-fils, Frédéric Joliot-Curie furent aussi des physiciens qui étudièrent la radioactivité.

Le 3 juillet 1905, Pierre Curie entre à l’institut... de justesse ! Vingt-deux académiciens ont voté pour son concurrent, M. Gernez.

... Je me trouve être à l’Académie sans l’avoir désiré et sans que l’Académie ait désiré m’avoir. J’ai fait une seule tournée de visites, en laissant des cartes chez les absents et tout le monde m’a déclaré qu’il était convenu que j’aurai cinquante voix. C’est pourquoi j’ai failli ne pas passer ! ... Que voulez-vous ? Dans cette maison, ils ne peuvent rien faire simplement, sans intrigues. En dehors d’une petite campagne, fort bien menée, il a eu contre moi le manque de sympathie des cléricaux et de ceux qui ont trouvé que j’avais pas fait assez de visites. On m’a questionné sur les académiciens qui voteraient pour moi et j’ai répondu : "Je n’en sais rien, je ne leur ai pas demandé. - C’est cela, vous n’avez pas daigné leur demander !" Et on fait courir le bruit que je suis orgueilleux... !

Lien Internet
- Académie des sciences

Pour aller plus loin
- Téléchargez le document historique de l’élection de Pierre Curie à l’Académie des sciences le 3 juillet 1905 en cliquant sur l’image ci-dessous.

Document historique de l’élection de Pierre Curie à l’Académie des sciences le 3 juillet 1905
Document historique de l’élection de Pierre Curie à l’Académie des sciences le 3 juillet 1905





© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires