Entrez dans la demeure théâtrale de Pierre Loti, de l’Académie française

A Rochefort avec Sébastien Leboucher
Digne du palais des mille et une nuits, la maison natale de Pierre Loti enchante tous les sens. Découvrez ses coins et recoins orientalistes grâce à Sébastien Leboucher, spécialiste d’un des plus jeunes élus de l’Académie française ! Entre extravagance littéraire et rigueur militaire, bienvenue dans l’univers du personnage Julien Viaud, dit Pierre Loti.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références Émission afficher

Référence : CARR645
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr645.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 3 janvier 2010

Deux hommes peuvent-ils vivre dans le même corps ? Il y a fort à parier que oui. Julien Viaud (1850-1923), militaire fidèle au poste pendant 42 ans, de son nom d’auteur Pierre Loti, célèbre écrivain qui fit quelquefois scandale, entre à 41 ans à l’Académie française après avoir été préféré à Emile Zola.

C’est dans la maison que nous visitons en compagnie de Sébastien Leboucher que la personnalité de Pierre Loti éclate de tous ses feux. Les fêtes exceptionnelles qu’il organise mettent au grand jour des pièces de vie hors du commun. Dans l’histoire des événements mondains français, la date du 11 mai 1903 garde un goût de postérité. Plus de 200 convives fraîchement débarqués de Paris arrivent en gare de Rochefort. La ville entre en révolution. Le tout-paris tournoie en pousse-pousse dans le quartier de la demeure de Pierre Loti.

Le salon Renaissance. Il aurait inspiré Jean Cocteau pour son film <i>La belle et la bête</i>
Le salon Renaissance. Il aurait inspiré Jean Cocteau pour son film La belle et la bête
© Pascal Robin

Rassemblés dans le salon Renaissance dont le plafond culmine à plus de 12 mètres, le gong retentit dans l’immense escalier du fond. L’orchestre commence à jouer. On voit surgir l’impératrice de Chine emmenée par un cortège fabuleux. Elle paraît à côté de Pierre Loti tout en haut de l’escalier. La foule se tait puis s’incline. On comprend le caractère solennel à son visage impassible. Est-ce la vraie impératrice ? Non, elle est en réalité un personnage incarné par le beau-frère de Pierre Loti ! Par chance, les deux chinois qui accompagnent l’impératrice comprennent l’humour et finissent par déclarer :

- « En repartant de Rochefort, c’est comme si nous étions repartis de Chine pour la seconde fois. »

L’une des demeures les plus originales du XIXe siècle

La maison du célèbre officier de marine écrivain est certainement l’une des demeures les plus originales du XIXe siècle. Avec des décors inspirés du passé mais aussi des pays lointains d’Orient et d’Extrême Orient, que Pierre Loti connut lors de ses lointaines missions, il y a de quoi rester songeur.

Passant une grande partie de sa vie à transformer sa maison natale rochefortaise en un lieu théâtral, il aimait se mettre en scène. Le visiteur est transporté dans l’univers étrange et envoûtant de l’écrivain, qui fascine toujours autant plus d’un siècle après sa création.

Le salon rouge
Le salon rouge
© Pascal Robin

La visite de la demeure de Pierre Loti commence par le salon rouge, de mode Empire qui a gardé tout le cachet de l’enfance de l’académicien.

A mesure que nous traversons les pièces, nous pénétrons dans le personnage énigmatique de Pierre Loti. Il a de belles manières, il est un dandy qui capte le regard des salons parisiens. Il devient l’ami de Sarah Bernhardt et le « prince de l’esprit » comme disent les journalistes parisiens. Il adore souligner ses yeux de kohl. Il est orientaliste. N’oublions pas qu’il accède au rang de star par la littérature. A 30 ans, Proust honore son roman Le mariage de Loti. A 36 ans, il connait la consécration avec Pêcheurs d’Islande.

Deux pièces spectaculaires de la demeure

- Le sombre salon Renaissance inspiré des châteaux d’autrefois qui possède une grande verrière et qui est décoré de tapisseries flamandes du XVIIe siècle.

La mosquée
La mosquée
© Pascal Robin

- La mosquée ornée de carreaux de faïence provenant des quatre coins de l’empire ottoman. Dans ce palais des mille et une nuits, Pierre Loti se détend sur sa banquette à la manière des sultans. Subjugué par la magie d’Istanbul, sa ville préférée, il fait même construire un minaret en 1907. Lorsque sa nostalgie est forte, il fait chanter la prière des morts dans tout Rochefort.

Loti et l’Académie française

Pierre Loti apprend à bord du Formidable, en rade d’Alger, son élection à l’Académie le 21 mai 1891, au sixième tour de scrutin par 18 voix sur 35 votants, en remplacement d’Octave Feuillet. Il est reçu le 7 avril 1892 par Alfred Mézières. Ses présences aux séances de l’Académie française sont dispensées car il est retenu par son service. Il dira dans son discours de réception :

- « Parmi toutes les légendes qui courent sur moi, une seule est vraie : je ne lis jamais. »

Certes, il tranche avec le reste des membres car il n’a pas été formé à la littérature. Certains l’adorent comme Ernest Renan, d’autres le détestent comme Victorien Sardou. On lui reproche d’être trop excentrique et efféminé.

Ce « palais des rêves », comme le disait Proust, nous révèle Loti qui se qualifie lui-même de dernier des grands romantiques. Nous percevons à travers les pièces combien le personnage craint les effets dévastateurs du XXe siècle qui arrive à grand pas. Il n’apprécie guère l’industrialisation galopante, la modernité dont on vante tant les mérites et qui fait accélérer les moteurs des trains. Le temps qui passe n’a plus cette saveur d’autrefois...

En savoir plus :

- « Pierre Loti - dessinateur au long cours » (exposition de plus de 200 dessins), musée Anne de Beaujeu, Moulins (jusqu’au 3/01/2010).

- Le site web de la maison de Pierre Loti à Rochefort

- Pierre Loti sur le site web de l’Académie française

- Notre émission : Pierre Loti, le voyageur des lettres
- Notre émission : Hué de Pierre Loti et Sud de Julien Green, deux œuvres majeures rééditées

Retrouvez les dates principales de Pierre Loti sur Kronobase






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires