Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’épée de l’académicien Jean-Christophe Rufin : l’œuvre du sculpteur Ousmane Sow

Fragment d’Afrique quai Conti
Le sculpteur Ousmane Sow a réalisé l’épée d’académicien de Jean-Christophe Rufin de l’Académie française, reçu solennellement sous la Coupole le 12 novembre 2009. Jean-Christophe Rufin, romancier, essayiste, médecin est actuellement ambassadeur de France à Dakar au Sénégal. Dans cette émission, l’artiste lève le voile sur l’histoire de cette œuvre unique, née de ses mains, inspirée du personnage de Colombe dans Rouge Brésil, publié en 2001 par Jean-Christophe Rufin.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : CARR651
Adresse directe du fichier MP3 : https://www.canalacademie.com/emissions/carr651.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 7 décembre 2009

En 2009, Ousmane Sow accueillait dans son show-room parisien, notre journaliste Marianne Durand-Lacaze pour cette interview. Au cours de la séance plénière du mercredi 11 avril 2012, l’Académie des beaux-arts a procédé à l’élection de trois nouveaux membres Associés Étrangers dont Ousmane Sow, au fauteuil précédemment occupé par Andrew Wyeth.

 Jean-Christophe Rufin de l'Académie française, 12 novembre 2009
Jean-Christophe Rufin de l’Académie française, 12 novembre 2009
© Brigitte Eymann/Académie française

L’écrivain Jean-Christophe Rufin de l’Académie française a été reçu au fauteuil d’Henri Troyat. Médecin, il a également la cause humanitaire chevillée au corps. Actuellement ambassadeur de France à Dakar au Sénégal, il a demandé à Ousmane Sow de créer son épée d’académicien et de la réaliser.

L’épée d’académicien n’est pas dissociable de « l’habit vert », dont le grand costume fut approuvé par Bonaparte en 1801. Au XXe siècle, selon la coutume, les amis et les admirateurs du nouvel académicien lui offre cette épée symbolique. L’académicien peut la faire réaliser par un artiste ou un joaillier ou la créer lui-même comme le font souvent les académiciens de l’Académie des beaux-arts.


Sculpteur de renommée internationale, Ousmane Sow vit et travaille au Sénégal. Interviewé dans sa maison parisienne, il parle, dans cette émission, de cette création, exceptionnelle, de cette pièce unique qu’il a voulu d’un bronze mat. Il raconte l’histoire de cette épée, née de ses mains, fondue à la Fonderie Coubertin en région parisienne : une œuvre guidée par l’amitié entre les deux hommes, inspirée du personnage de Colombe du roman de Jean Christophe Rufin , Rouge brésil, une figure féminine à qui il a donné les traits de l’épouse de l’académicien prénommée Azeb, princesse éthiopienne rencontrée par Jean-Christophe Rufin en Ethiopie lors d’une de ses missions humanitaires, au plus fort de la famine de 1984.

Détail, épée d'académicien de Jean-Christophe Rufin de l'Académie française, 12 novembre 2009
Détail, épée d’académicien de Jean-Christophe Rufin de l’Académie française, 12 novembre 2009
© Brigitte Eymann/Académie française

Le roman Rouge brésil, publié en 2001 raconte la conquête du Brésil par les Français à l’époque de la Renaissance. Dans cette œuvre, fiction et réalité historique se confondent à travers l’histoire de deux enfants, deux orphelins, aristocrates de naissance, Just et Colombe, enrôlés comme interprètes auprès des tribus indiennes. Abandonnés par leur tante, à la recherche de leur père, ils découvrent le monde des marins et des colons comme celui des Indiens du Brésil, l’occasion pour Jean-Christophe Rufin de parler de la rencontre de deux civilisations, de deux conceptions de l’homme et de la nature que le lecteur découvre à travers le voyage initiatique de ces deux enfants.

Ousmane Sow est né à Dakar en 1935 et sculpte depuis l’enfance. Ce n’est que tardivement qu’il a décidé de se consacrer entièrement à la sculpture et de laisser de côté son métier de kinésithérapeute. À l’âge de cinquante ans, une nouvelle page de sa vie se tourne. En 1987, il présente pour la première fois, sa première série les Nuba, au centre culturel français de Dakar. Les sculptures sont de grande dimension. Il est obligé d’abattre un mur de sa maison pour leur faire passer la porte lors de leur départ pour le centre culturel ! Le succès est immédiat et l’artiste expose 6 ans plus tard à la Documenta de Kassel en Allemagne, haut lieu couru de l’art contemporain. Il est invité à exposer au Palazzo Grassi dans le cadre du centenaire de la Biennale de Venise, en 1995. Mais les parisiens et les touristes se souviennent surtout de son exposition sur le Pont des Arts qui attira plus de 3 millions de visiteurs.

Dans sa demeure parisienne, entouré de quelques-unes de ses sculptures originales, son Victor Hugo, l’Immigré et plusieurs petites sculptures Nuba il évoque son amitié pour Jean-Christophe Rufin et sa présence le jour de la réception de l’académicien lors de la séance solennelle sous la Coupole de l’Institut de France. Il nous raconte comment est née l’idée de cette épée, ses lectures de l’œuvre de Jean-Christophe Rufin et les échanges qu’il a eu avec Béatrice Soulé, sa compagne à cette occasion. Ousmane Sow s’attache à représenter l’homme, les peuples d’Afrique, les Indiens d’Amérique en révélant à nos yeux myopes des pratiques, des rituels qui montrent l’audace, le courage et la beauté des hommes. Il passe avec aisance d’un continent à l’autre, d’une histoire à l’autre, d’un siècle à l’autre par ses sculptures plus grandes que nature pour sortir de l’oubli ou de l’ombre, des guerriers, des nomades, des femmes nuba, maissaï, peulh, zoulous. Avec cette épée d’académicien, il concentre dans un format peu habituel dans sa démarche de sculpteur, l’enthousiasme et la force de l’héroïne littéraire de Jean-Christophe Rufin, Colombe, en y glissant aussi ce qu’il a perçu des liens personnels qui unissent l’écrivain diplomate au monde et à ses engagements les plus profonds.

Ousmane Souw et Jean-Christophe Rufin de l'Académie française, 12 novembre 2009
Ousmane Souw et Jean-Christophe Rufin de l’Académie française, 12 novembre 2009
© Brigitte Eymann/Académie française

Pour en savoir plus

- Jean-Christophe Rufin de l’Académie française
- Site Internet officiel d’Ousmane Sow
- Fonderie de Coubertin

Sur Canal Académie :

-  Les grands hommes du sculpteur Ousmane Sow

- Béatrice Soulé, Même Ousmane Sow a été petit , Actes-Sud septembre 2009, deuxième édition. Ouvrage réalisé avec le concours de la Fondation Dapper
- DVD de Béatrice Soulé, Le soleil en face . Ce film a reçu le prix du meilleur documentaire au Festival International du Film d’art de Montréal (FIFA 2001)
- Ouvrage collectif, Béatrice Soulé, Jacques-A Bertrand, Germain Viatte , Emmanuel Daydé , Ousmane Sow , 250 pages, Actes Sud, octobre 2006, Collection Beaux Livres

Livres et DVD sur Ousmane sow






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires